Après Ferrand, le tour de Goulard, et de deux, on attend la suite

Après Ferrand, le tour de Goulard, et de deux, ce n’est que le début!

On a ouvert la boite de Pandore de la pourriture  des politiciens et des syndicalistes français. on attend les associations, la formation, le 1% et autres fromages du tiers payant.

Emmanuel Macron a accepté mardi la démission de la ministre des Armées, Sylvie Goulard, qui a choisi de quitter le gouvernement afin de démontrer sa « bonne foi » si elle venait à être entendue dans l’enquête sur les assistants parlementaires au Parlement européen du MoDem, parti dont elle est issue.

Cette décision, qui a pris de court la communauté militaire et intervient en plein Salon international de l’aéronautique et de l’espace, complique la tâche du chef de l’Etat et du Premier ministre, Edouard Philippe, pour former la nouvelle équipe appelée à gouverner après la victoire de La République en marche aux élections législatives.

Les industriels et militaires présents au Bourget pour la visite de la ministre, prévue à 10h30 mardi, n’ont pas caché leur stupéfaction à l’annonce de son départ, diffusée par communiqué à 09h39. Leur mécontentement aussi, selon des témoins, pour ce mauvais « timing » alors que l’industrie française de l’aéronautique et de l’armement défend ses couleurs à l’occasion de ce rendez-vous stratégique.

Sylvie Goulard, 52 ans, a mûri sa décision, selon l’Elysée, qui précise qu’elle s’en est entretenue avec Emmanuel Macron et Edouard Philippe « ces derniers jours ».

« C’est une décision qu’elle a prise en son âme et conscience (SIC)  et qu’elle a mûrie. Quand elle l’a arrêtée, elle en a informé le président, qui l’a acceptée », a-t-on ajouté de même source.

 

« En prenant cette décision, elle vise clairement à mettre la pression sur François Bayrou », estimait-on mardi de source gouvernementale.

Le garde des Sceaux a jusqu’à présent exclu de quitter le gouvernement, tandis que Marielle de Sarnez n’a pas exclu mardi de renoncer à ses fonctions.

Publicités

Une réflexion sur “Après Ferrand, le tour de Goulard, et de deux, on attend la suite

  1. …On attend la suite…
    de Sarnez, Bayrou ou…Pénicaud, Ministre du Travail qui va se retrouver en difficulté – en tant qu’ex-dirigeante de Business France – concernant l’attribution, sans appel d’offres, à Havas de l’organisation du voyage de Macron à Las Vegas, petite gabegie à 380 000 € dont 100 000 € d’hôtel.

    Macron n’avait pas de légitimité et en quelques semaines, il perd toute crédibilité avec les affaires dans lesquelles sont empêtrés certains de ses Ministres.

    Macron est un communicant-manipulateur mais certainement pas un Chef d’Etat.

    http://www.bfmtv.com/police-justice/deplacement-de-macron-a-las-vegas-en-2016-perquisitions-chez-havas-et-business-france-1190508.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s