La révolte est inutile et mal dirigée. C’est contre les banques centrales qu’il faut diriger les fourches.

Je n’ai pas le temps de traduire ce texte excellent. Si quelqu’un veut le faire, c’est une oeuvre d’utilité publique.
Ce texte complète par son rappel historique, celui que je viens juste de rédiger,  » L’austérité et le malthusianisme au service des marchés et des ultra riches. » La coincidence est intéressante.
Il rejoint l’analyse que je fais depuis deux décennies. Il repose sur l’idée que les évolutions scandaleuses que nous constatons ont pour origine la collusion monétaire radicale, l’alliance des banquiers centraux avec la classe des kleptocrates.
Ce qui est en cause c’est la confiscation de la gestion de la  monnaie, qui est un bien commun, qui n’appartient à personne, par un groupe social.
L’indépendance des banques centrales n’a pas rendu les banquiers indépendants,  soucieux du bien public, non elle les a rendu dépendants, connivents avec les ultra riches.
Avant on déplorait que la Banque de France soit entre les mains des 200 familles et singulièrement des de Wendel, , maintenant c’est pire, ce sont toutes les banques centrales qui sont entre les mains d’un cartel. Voir note en bas de page sur les 200 familles.
En bonne logique, vos ennemis ne sont pas  vos  gouvernements , non en bonne logique vous devriez les soutenir, contre les banquiers et les marchés qui en sont le prolongement masqué.
Ce texte vient de ZH, il résume et commente une réflexion d’Albert Edwards.

Evidence of the impact of monetary madness on assets prices is all around if we care to look. I read that a parking spot in Hong Kong was just sold for record HK$5.18 million ($664,200). What about the 3.5x oversubscribed 100 year Argentine government bond? Sure, everything has a market clearing price, even one of the most regular defaulters in history. But what concerned me most about the story was it was demand from investors (« reverse enquires ») that prompted the issue. Is it just me or can I hear echoes of the mechanics of the CDO crisis? But no one cares when the party is still raging and investors, drunk with the liquor of loose money, are blind to the inevitable catastrophe that lies ahead. 

 

There is a lot of anger out on the streets, as demonstrated most visibly in recent elections. Even in France where investors feel comforted that a « moderate » has gained (absolute?) power, it is salutary to remember that the two establishment parties have just been decimated by a man who had never before stood for public office! This is perhaps even more radical than Trump’s anti-establishment victory under the Republican umbrella. The global political situation is incredibly fluid and unpredictable.

While a furious electorate has turned its pent up anger on the establishment political parties, the target for their rage is misguided. I am not completely alone in thinking it is the unelected and virtually unaccountable central bankers who are primarily responsible for the poverty of working people and who will be ultimately held to account in the next crisis.

 

In the immediate aftermath of the 2008 financial crisis, politicians skilfully diverted the publics’ anger away from themselves by scapegoating « the bankers ». After another eight years of economic stagnation that excuse no longer is tenable and politicians themselves are now taking the flak. But citizen revolutionaries will, I think, soon turn their fire on those who I believe are truly responsible for their plight.

We explained back in January 2010 in a note entitled Theft! Were the US & UK central banks complicit in robbing the middle classes? how central banks in the US and UK had deliberately stocked up massive housing bubbles prior to the Global Financial Crisis (GFC) to disguise the rapid rise in income inequality in both countries. Rapidly rising house prices allowed the middle classes to maintain the illusion they were getting richer so that despite stagnant real incomes they could continue to consume by extracting housing equity. We know how that party ended!

 


 

After the GFC central bankers have collectively spent the last decade stepping up the pace of money printing to new extremes in an attempt to drown the global economy in liquidity, while couching their actions in plausible theories such as « secular stagnation ». There is no recognition at all by central bankers that it may well be their own easy money and zero interest rate policies that are actually causing the stagnation in growth while at the same time wealth inequality surges to intolerable heights. Yellen et al will inevitably be sacrificed at the altar of political expediency as citizen rage explodes.

Edwards continues, justifying why it has taken his 2010 prediction so long to play out, and predicting that the end result is nothing short of a full systemic break down:

My dire prognostications back in January 2010 proved premature (as usual). It has taken another seven years of economic stagnation and falling living standards of working people, together with the sight of the rich getting richer as a result of central bank QE polices, for the patience of ordinary working people to snap – most visibly in the US and UK elections. That rage has not diminished and, as Bill Gross predicted, the system is in the process of breaking down.

 

Amidst the current turmoil in the US and UK there is a huge sigh of establishment relief in the eurozone in the wake of the defeat of the far right in recent French and Dutch elections. The establishment hope the tide towards radicalism has turned – at least in continental Europe. That belief is wrong in my view and the current revolution will devour more political and establishment victims before it’s over, most notably the central bankers themselves.

Ultimately, it’s all about wealth inequality however, and here it is central bankers again who are at fault:

Anecdotally we all know wealth inequality has risen due to central bank QE and free money. Although we can see and feel it, it is reassuring to see firm evidence. This week the UK Resolution Foundation published a damning report into rising wealth inequality in the UK (this UK think tank is led by David Willetts, who during his political career was known as one of the most intellectual of MPs – his nickname being « two brains »). The report found the key driver for rising inequality was the collapse in UK home ownership since the 2008 financial crisis to a 30 year low: link and link.

 

Like so many economic commentators and think tanks, the Resolution Foundation doesn’t seem to want to pin the proverbial tail on the donkey – for it is not the lower homeownership that is the real problem per se but the fact that QE is driving up asset prices that households no longer own! (In addition, zero interest rates have driven up buyto- let investment demand for housing hence reducing the supply of housing for owner occupation). While UK home ownership is now at a 30-year low (link), the US too has seen a similar shocking plunge in home ownership (see chart below).

 

At least in the run-up to the 2008 GFC, owner occupation in the UK and US surged along with house prices and so working people had the illusion they were getting richer along with the rest of the population. Now there is no such illusion for what has been dubbed « generation rent ». In the US, to add insult to injury, rent inflation has rapidly outstripped CPI since the GFC.

 

If things are bad in the UK, ?generation rent? has been squeezed far more badly by soaring rents in the US (see chart below). No wonder the JAMs (just about managing) are in revolt.

There is much more, bust the gist is clear: it is only a matter of time before the general population realizes that it is not politics, but monetary policy. But how long? The simple answer: as long as stocks keep rising, all shalle be well: « no one cares when the party is still raging and investors, drunk with the liquor of loose money, are blind to the inevitable catastrophe that lies ahead. » Which is also why the Fed will do everything in its power to keep the market ascent – and its existence – continue for as long as possible. And then, as a last diversion, they will blame Trump.

In other words, by the time all of this happens, the angry natives may have no choice but to rent their pitchforks…

Les 200 familles de la Banque de France

Le slogan a été lancé par Édouard Daladierprésident du Conseil, lors du Congrès radical de Nantes en 1934 :

« Deux cents familles sont maîtresses de l’économie française et, en fait, de la politique française. Ce sont des forces qu’un État démocratique ne devrait pas tolérer, que Richelieu n’eût pas tolérées dans le royaume de France.

L’influence des deux cents familles pèse sur le système fiscal, sur les transports, sur le crédit. Les deux cents familles placent au pouvoir leurs délégués. Elles interviennent sur l’opinion publique, car elles contrôlent la presse. »

Depuis la création de la Banque de France en 1800, ce système s’est instauré légalement, puisque selon l’article 11 des statuts de la Banque de France, (fixés par la loi du 24 Germinal an XI, loi confirmée par Napoléon Ier le 22 avril 1806), « les 200 actionnaires qui composeront l’Assemblée générale seront ceux qui seront constatés être, depuis six mois révolus, les plus forts propriétaires de ses actions ».

Ces 200 membres de l’Assemblée générale avaient ainsi le pouvoir de désigner les quinze membres du Conseil de régence de la Banque de France. Ce pouvoir est toutefois tempéré à par les lois de 1803 et 1806 : le gouvernement nommera une partie (minoritaire) de membres du Conseil général, dont le gouverneur, assisté de deux sous-gouverneurs.

Des recherches récentes[1] montrent que la réalité du pouvoir ne réside pas au sein de l’Assemblée générale mais à la direction même de la Banque de France (Conseil général, Comité des livres et portefeuilles). Il faut considérer les banquiers régents de sa direction comme les représentants actifs des Deux cents familles (largement rentières – donc en faveur de la stabilité monétaire) mais aussi de leur périphérie (les autres grands entrepreneurs).

Dans le contexte de la Grande Dépression économique des années 1930, le slogan des « 200 familles » a été très largement repris, par des milieux politiques aussi opposés que l’extrême-droite largement antisémite, des anti-fascistes tels les anarchistes, le Front populaire, et même Léon Trotsky, qui écrit « Dans le cadre du régime bourgeois, de ses lois, de sa mécanique, chacune des « deux cents familles » est incomparablement plus puissante que le gouvernement Blum » (Où va la France ?, 1936).

Après avoir été un thème de campagne électorale, le système de régence fut réformé par une loi du Front populaire, le 24 juillet 1936 :

  • Un gouverneur, assisté de deux sous-gouverneurs, continue de diriger la Banque ;
  • Il n’a plus à justifier de la propriété d’actions de la Banque ;
  • La pratique du serment, tombée en désuétude, est rétablie ;
  • Le conseil général regroupe le gouverneur, les deux sous-gouverneurs, les trois censeurs élus par l’assemblée et vingt conseillers (remplaçant les quinze régents précédents) : deux sont élus par l’assemblée, neuf représentent les intérêts de la nation, huit sont choisis au titre des intérêts économiques et des usagers du crédit, un est élu par le personnel de la Banque ;
  • Par souci d’égalité, au sein de l’assemblée générale, 1 actionnaire = 1 voix.

Cependant, si le système des « 200 actionnaires » a été réformé, les Accords de Matignon du 7 juin 1936, pris entre la Confédération générale du travail (CGT) et la Confédération générale de la production française (CGPF, ancêtre du MEDEF) sont parfois considérés comme nuisibles aux petites entreprises, favorisant la concentration industrielle, et renforçant ainsi le pouvoir des 200 familles.

Ainsi dans Organized Business in France (1957, traduit en français sous le titre La politique du patronat français : 1936-1955, Colin, 1959), le professeur Henry Walter Ehrmann[2], du Dartmouth College, écrit :

« Beaucoup d’industriels et de commerçants moyens affiliés à la CGPF estimaient, et ils n’avaient pas tort, que leurs propres organisations les excluaient des activités de l’association.

Les trusts qui les contrôlaient et une douzaine de « grands commis » qui dirigeaient la CGPF en leur nom étaient, aux yeux de beaucoup, de petites entreprises industrielles et commerciales, aussi néfastes que la propagande du Front populaire.

Craignant les conséquences de la nouvelle législation sociale, les petits patrons avaient le sentiment d’avoir été trahis et persistaient à croire à un complot entre « les 200 familles » et le gouvernement marxiste. »

  Liste des 200 familles

Dans La Banque de France aux mains des 200 familles (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, 1936), Francis Delaisirecensait ces 200 familles, parmi lesquelles (à rapprocher de la liste d’Alain Plessis dans son ouvrage La Banque de France et ses deux cents actionnaires sous le Second Empire) :

  Confusions dans la dénonciation des « deux cents familles »

La dénonciation des « deux cents familles » naît de la confusion entre la notion même de famille, une notion floue puisque certaines familles tels les Wendel ou les Peugeot peuvent compter plusieurs centaines de membres, du fait qu’il existe entre ces familles de nombreuses alliances ; et la nomination (apparente) des Régents de la Banque de France par le collège des 200 premiers actionnaires de l’établissement. Or parmi les deux cents premiers actionnaires de la Banque de France certaines familles (Rothschild, Wendel, Schlumberger, Neuflize…) disposaient de plusieurs membres (réduisant d’autant le nombre de familles). Parmi les actionnaires de la Banque de France entre un quart et un tiers seront des personnes morales dont l’APHP, la Croix-Rouge française et la Confédération générale du travail[réf. nécessaire].

Surtout, il faut y distinguer la présence de richesse active (essentiellement les entrepreneurs banquiers) de celle de la richesse passive (les rentiers). Seuls les premiers disposent d’un véritable pouvoir par leur présence au Conseil général : c’est-à-dire les représentants de la Haute banque parisienne et ses alliés (négociants, agents de change, grands industriels, receveurs de finance). Inversement les rentiers prédominent à l’assemblée générale[3]. Au sein de la Banque, le pouvoir réel est détenu seulement par quelques dizaines de personnes.

Publicités

2 réflexions sur “La révolte est inutile et mal dirigée. C’est contre les banques centrales qu’il faut diriger les fourches.

  1. Pour le bonheur de vos lecteurs, vous semblez très en forme Mr Bertez, et livrez une longue série de posts dynamisants et d utilité publique. Merci.

    Sur le sujet universel et intemporel d une gestion, d une répartition honnête et cohérente des actifs, ne semble t il pas urgent de construire un systeme politique mondialisé? Comment le construire? Car en effet les politiques nationales courent derriere les banques centrales et conseils d administration avec plusieurs wagons de retard… Comment mettre fin à la confiscation des monnaies et leur gestion?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s