Le suicide à la mode catalane; Daech visait « le rassemblement de croisés »

http://ripostelaique.com/il-y-a-6-mois-150-000-barcelonais-reclamaient-davantage-de-migrants.html


Il y a à peine plus de vingt quatre heures, les Catalans manifestaient, et on peut les comprendre, contre l’invasion touristique.

Oui, le tourisme de masse, le tourisme low cost, qu’un ministre  de Franco avait instauré pour assurer l’entrée rapide et massive de devises, montre le revers de sa médaille : comportement indigne de touristes qui se relâchent en vacances – la presse britannique regorge de tristes anecdotes à ce sujet – saleté, centre ville transformé en dortoirs AirBnb, littoral bétonné. D’autres villes en Europe telles Venise ou Dubrovnik,  s’inquiètent elles aussi des effets de cette affluence qui dépossède les habitants de leurs villes transformées en Disneyland culturel. Le problème vaut qu’on s’y intéresse. Mais cela n’est pas exactement notre sujet.

Dans la Communauté autonome de Catalogne, terre orgueilleuse de son identité, on a donc vu fleurir des tags exprimant une crispation sans doute légitime mais dont l’un  peut surprendre:

                   Tourists go home, refugees welcome.

En effet, si les touristes les exaspèrent,  les Catalans manifestent une solidarité impérieuse pour les réfugiés qu’ils ont exprimée en février dernier lors d’une manifestation de plus de 150 000 personnes dans les rues de la capitale catalane, à l’appel de la Mairesse socialiste de la ville, Ada Colau.

Prise dans un vertige de bons sentiments, la foule scandait Casa nostra casa vostra,  Volem acollir,  dans un élan fou de généreuse hospitalité. Paroles qui résonnent aujourd’hui comme cruellement ironiques.

Immigration massive plutôt que tourisme de masse. On pourrait objecter aux autochtones que s’ils sont en droit de réclamer un  tourisme moins invasif, moins destructeur, plus respectueux de la culture locale, pourquoi lui préférer un débarquement de population allochtone qui risque de se révéler autrement dévastateur. Ne se montrent-t-ils pas aussi imprévoyants que le gouvernement qui a décidé de bétonner les côtes ?

Mais ainsi formulé, le slogan oppose deux populations: l’une frivole, l’autre accablée, l’une gâtée, l’autre déshéritée, l’une hédoniste, l’autre souffrante, l’une fêtarde, l’autre en deuil, en d’autres termes,  l’une coupable, l’autre innocente. Angélisme, hérité peut-être  d’une version doloriste du catholicisme – mais cela n’engage que moi – qui voit dans l’Autre, le non occidental, un porteur de souffrances et donc ipso facto de vertus ? Le choix moral est ainsi vite fait.

A l’image des autres pays européens, la Communauté autonome de Catalogne fait de l’ouverture des frontières la vertu capitale du XXI° siècle. Barcelone ville-monde, a-t-on entendu à satiété, alors même que ses habitants souffrent de ses conséquences, telle une Catalane , hier, qui exprimait son  désarroi : pourtant, nous avons accueilli des réfugiés, s’étonnait-elle d’être si mal payée de retour.

La Catalogne fait preuve d’une même ambiguïté à propos de l’immigration. Pour une population totale de 7,5 millions d’habitants, la Catalogne compte 500.000 musulmans. La natalité est plus forte dans la population d’origine maghrébine et dans certains villages, les naissances dépassent en nombre celles des autochtones sans que les autorités catalanes ne semblent s’en émouvoir. Voilà qui risque en l’espace d’une génération de poser à son identité des problèmes autrement plus graves que le tourisme.

La Catalogne indépendantiste souffre d’hubris. Elle revendique haut et fort  l’accueil de réfugiés et d’immigrés mais comme bien d’autres régions indépendantistes d’Europe, ce n’est que pour mieux  tourner le dos orgueilleusement  au pays avec lequel elle a destin lié.

Quand Barcelone  abolit la corrida, c’est moins par  souci du bien-être  animal  que par rejet de l’Espagne à qui elle signifie qu’elle est barbare et attardée.Désormais obsolète, la Plaza de Toros, la Monumental, est prête à être vendue à l’émir du Qatar qui en  offre 2,2 milliards d’euros pour la  transformer en mosquée monumentale. Lorsque les indépendantistes organisent un référendum sur l’indépendance de la Catalogne, ils se servent de ce projet à des fins électoralistes auprès des 100000 musulmans ayant le droit de vote :  soutenez-nous et vous aurez votre méga-mosquée, marchandent-ils.

Pour fuir l’oppression castillane, la Catalogne est prête à passer un pacte avec le diable mais plutôt que préserver son identité, n’organise-t-elle pas, en toute inconscience, son suicide ?

Excédée par le tourisme de masse, aveuglée par le rejet de l’Espagne, la Catalogne indépendantiste ne se protège pas de dangers bien plus grands pour son identité et sa survie et laisse s’installer chez elle de véritables cellules terroristes capables d’organiser sur son sol un triple attentat.

Carles Puigdemont, le Président indépendantiste, de la Generalitat de Catalogne, a commis hier soir un discours de fort bon aloi, à l’oxymore prévisible :

La Catalogne est et restera une terre de paix et d’accueil.

Nul doute que ces propos ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd et que les terroristes islamiques sauront profiter comme il se doit de cette générosité.

Ada Calau a organisé une minute de silence pour montrer l’unité contrela barbarie et la défense de la démocratie. A la fin de la cérémonie, on a pu entendre la foule scander: On n’a pas peur, on n’a pas peur. Hé bien, c’est l’heure de le montrer et de ne pas se tromper d’ennemis.

En attendant, Barcelone se trouve prise entre deux fléaux, le tourisme et le terrorisme, tous deux qualifiés de low cost, tous deux inégalement destructeurs.

Florence Labbé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s