L’alibi de la lutte contre la corruption, contre les abus sexuels, le pouvoir par la calomnie …

On n’arrête pas le progrès!  Le progrès dans la vilenie bien sûr.

Dénoncer les corrompus et les soi disant corrompus a de tous temps été une tactique des pouvoirs, ou des prétendants au pouvoir. C’est un moyen d’utiliser la force, la violence tout en mettant de son côté les opinions publiques.

C’est ce qui se passe en Arabie Saoudite qui nous incite à attirer l’attention sur cette montée des pratiques politiques faussement morales. L’axe de ces pratiques c’est la Sagesse des Nations , laquelle nous rappelle que « quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage! « 

Ce procédé a été très utilisé en URSS et sous la Chine de Mao. Il revient en force en Afrique, au Moyen Orient et c’est lui qui a servi à asseoir le pouvoir sans contrôle  de Xi Jinping ces dernières années.

En France par exemple on commence à entrevoir le potentiel politique  des attaques sous l’angle de la corruption, des détournements, des abus de pouvoirs. Si il n’y a pas de législation, peu importe on en crée une!

On en  a eu un échantillon lors de la dernière élection présidentielle et encore lors des débuts du gouvernement Macron.

Nul doute que les faux bien pensants et leurs médias aux ordres  du type Le Monde, vont exploiter le filon. Nul doute aussi que d’autres médias qui ne sont aux ordres que de la  volonté de puissance de leurs animateurs comme Médiapart ou le Canard,  vont eux aussi abuser de cette nouvelle situation: c’est une telle opportunité!

Les crimes et abus des Pouvoirs sont anciens, vieux comme le monde, mais la médiatisation instantanée, la caisse de résonance des opinions publiques, la systématisation du dénigrement  n’existaient pas à cette échelle avant. Le changement de dimension produit un changement de nature de nos pseudo-démocraties.

Si vous réfléchissez un peu vous vous apercevez que la montée du thème des fake news est directement liée à ce que nous décrivons. En fait le système a commencé par détruire la notion de Vérité, les notions même de déontologie,  pour préparer le terrain , le champ de bataille actuel.

Ces procédés vieux comme le monde tirent une nouvelle efficacité de la révolution médiatique. Non seulement les médias sont au service des puissants, mais en plus il y a maintenant des caisses de  résonance grâce si on peut dire aux médias dits sociaux. Les nouvelles donc les calomnies se répandent comme traînées de poudre sans possibilité de démenti puisque le peuple est convaincu qu’il n’y  a pas de  fumée sans feu et que les opinions viennent toujours renforcer les préjugés existants. Surtout dans un monde dominé par l’image, et dans lequel l’esprit critique a disparu, remplacé par les émotions.

A la limite il n’y aura plus de possibilité même technique de pratiquer la démocratie; n’importe quel candidat devient un suspect ou une cible potentielle, que ce soit sous l’angle de l’enrichissement ou sous l’angle de la sexualité. La technique de la « nazification » des contestataires par exemple est déjà bien développée La Post-modernité a quasi fait disparaître la légitimité éventuelle des pouvoirs. Nous nous installons dans un système de soupçon, de doute. C’est une conséquence de la révolution de la Modernité qui elle, a accompli sa mission destructrice en dynamitant les certitudes, les référents, les absolus, les valeurs et a tout remplacé par l’utilitarisme, le pragmatisme, bref le relativisme.

C’est un  « Autresmondes » que celui dans lequel nous nous enfonçons. Non que les pratiques soient nouvelles, mais parce qu’elles disposent de moyens qui n’existaient pas dans le passé et qu’elle se développent sur des terrains fertiles , qui permettent tout.

Le « tabula rasa » permet de faire pousser toute la pourriture. La tradition, l’histoire, les coutumes, l’objectivité, les valeurs, tout cela est vécu comme des obstacles, comme des contraintes alors qu’en réalité ce sont des acquis qui constituent le fondement de la liberté concrète, leur destruction permet tous les asservissements. Les salauds détruisent tout afin de mieux tout contrôler! Tout devient l’object d’un marché: c’est à dire que la valeur de tout se réduit à l’intersection de l’offre et à la demande;

Un exemple, la Chine; l’épuration des opposants par la soi disant lutte conrte la corruption. En route vers le Pouvoir absolu.

Le combat engagé contre la corruption en Chine a des proportions historiques et un échec pourrait condamner le système politique de la République populaire, déclare samedi le nouveau responsable de la lutte anticorruption.

« Si notre contrôle du parti n’est pas fort et si la gouvernance du parti n’est pas stricte, alors le parti ne pourra éviter d’être effacé par l’Histoire et la tâche historique que le parti porte ne pourra pas être menée à bien », écrit Zhao Leji dans un éditorial publié par le Quotidien du peuple.

Zhao a été promu le mois dernier au comité permanent du Bureau politique lors du Congrès du Parti communiste chinois et a été chargé par le président Xi Jinping de reprendre en main le combat contre la corruption à la place de Wang Qishan, qui était le tout-puissant chef de la Commission centrale de discipline du parti (CCDI).

Depuis son accession au pouvoir, Xi n’a de cesse de présenter la corruption comme un fléau mortel pour le parti. Plus de 1,3 million de responsables du PCC, « tigres » ou « mouches » pour reprendre l’expression du président chinois qui dit vouloir viser aussi bien les élites que les bureaucrates du parti, ont été inquiétés ou poursuivis pour des faits de corruption.

Il n’y aura aucune tolérance pour ceux qui « ne font que ce qu’ils veulent faire », ignorent les directives ou adoptent des comportements illicites, prévient encore le nouveau chef de la CCDI.

Zhao veut aussi que soient rigoureusement examinées les conditions dans lesquelles les promotions sont décidées, plusieurs scandales d’abus de pouvoir et de trafics d’influence ayant ébranlé le parti. (Henri-Pierre André pour le service français)

Publicités

Une réflexion sur “L’alibi de la lutte contre la corruption, contre les abus sexuels, le pouvoir par la calomnie …

  1. Cher Monsieur, à situation constante vous avez sans doute raison. Mais si en France on expulse les oligarques des « grands médias » et si l’État impose dans ses services publics d’information (et autres) une élémentaire neutralité, fût-ce en ayant recours à une information dite contradictoire, rien n’est joué. Le problème du formatage de l’opinion et des dérives des élites s’enracine en (grande) partie dans la gestion privée et les stratégies ultralibérales des grands médias aux ordres. Il est vrai que l’exemple Médiapart prouve que, sans contrainte économique, un média peut véhiculer la même idéologie que ses confrères « privés ». Mais le jour où MDP se retrouvera isolé, il devra plus concrètement gagner sa croûte seul, sur la seule base de sa ligne éditoriale qui, aujourd’hui, sous des dehors mous et hésitants, voire « gentils », est d’une rigueur absolue sur le fond, alimenter des débats dilatoires pour favoriser la poursuite des politiques dont Le Monde déjà du temps de Plenel était le fer de lance. M. Plenel n’a jamais varié, et il poursuit son travail sous le faux masque d’une gauche antiraciste, n’étant en réalité que le reflet du clintonisme que partagent l’essentiel des élites et des oligarchies de part et d’autre de l’Atlantique. M. Plenel est un « faux frère », terme poli pour dire qu’il cache le fond de de stratégie ultra libérale et mondialiste et faisant du sociétal, quitte à se brûler avec T. Ramadan. Je ne vois aucune raison de considérer la situation actuelle comme inéluctable. Il y faut une reprise en main politique, vaste sujet (en cette matière comme sur le plan bancaire et financier), mais tellement humain que je reste, à la marge, confiant. Y compris avec la perspective d’une crise monstrueuse qui nous pend au nez. Cordialement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s