Le profit et l’économisme contre l’identité et la culture; le scandale de l’immigration en tant que politique anti sociale.

Lisez le texte ci dessous, en maigre,  avant de lire mon analyse et mon commentaire qui sont en gras.

————————–

Nous sommes engagés dans un véritable combat ; d’un côté ceux qui veulent réduire l’homme, le citoyen à sa dimension purement économique et de l’autre ceux qui soutiennent que la vie humaine c’est autre chose: de l’identité, de la proximité, de la culture, de la morale, de la sécurité.

Notez bien:  dans l’article  ci dessous, le mot important c’est « active« , population active  . Ce qui souligne  la réduction de l’homme à la seule dimension du travail… mais pas de n’importe quel travail, non le travail pour le système du profit maximum. Ici on ne parle pas de travail socialement nécessaire, non on parle de travail pour le profit. Ici ce que l’on veut c’est que la reproduction de la force de trvail soit assurée… comme du temps de l’esclavage pour la croissance, la compétitivité et le profit. . 

L’hypocrisie se manifeste clairement quand on veut bien rapprocher ce plaidoyer pour l’immigration et le remplacisme de la volonté de réduire le taux de croissance/imposer l’austérité  afin de préserver les ressources et sauvegarder la planète. Personne ne s’avise de la contradiction bizarre, non ? Quand il s’agit de peser sur le niveau de vie des salariés, on doit économiser la planète, mais quand il s’agit de croissance et d’accumulation, là il n’ y a plus de limite! 

Il n’y aucune raison de lutter contre la contraction de la population active et le vieillissement car ce sont des conséquences tout à fait normales de l’évolution! Ce sont des adaptations. Il y a de moins en moins de travail, il faut de moins en moins d’heures travaillées pour la même production au fil du temps.

Il y a de moins en moins d’emplois disponibles à cause du progrès des techniques et des processus de fabrication. On produit de plus en plus de richesses avec moins de main d’oeuvre et donc on a moins  besoin de population active… La preuve ce sont les mêmes qui pronent l’instauration d’un Revenu Universel, c’est à dire distribué à ceux qui ne font rien.

Tout cela n’a guère de sens  sauf si,  bien sur, si on veut entretenir une armée de réserve de chômeurs supplémentaires. Ou sauf si on veut abaisser sans cesse le niveau de conscience politique des pays developpés et détruire les cultures et les solidarités historiques.

Le plaidoyer en faveur de l’immigration et du remplacisme révèle sa vrai motivation; maintenir le taux d’exploitation le plus élevé possible, empêcher que les classes moyennes ne deviennent supérieures,  afin de lutter contre la tendance à la baisse de la profitabilité produite inexorablement par l’accumulation sans fin du capital. 

L’immigration ainsi encouragée est une conséquence des politiques ultra libérales lesquelles sont confrontées à la nécessité absolue peser sur les salaires et donc d’avoir une population active sans cesse pléthorique. 

L’escroquerie intellectuelle de ces gens, consiste quand ils licencient et mettent au chômage à invoquer la productivité, le progrès, l’efficacité de  plus en plus grande des processus de production, mais à les occulter, les oublier quand ils ont besoin de justifier la baisse des salaires, la stagnation des niveaux de vie, la flexibilité…

Encourager l’immigration ainsi que cela est expliqué par les institutions internationles comme le FMI, c’est, ce n’est rien d ‘autre qu’importer de la main  d’oeuvre pour en faire baisser le prix! C’est empêcher qu’avec la tendance à la baisse de la population active, le volant de chômeurs se réduise et permette enfin une revalorisation des revenus salariaux conforme aux gains de productivité réalisés depuis 30 ans.

En fait l’immigration ainsi conçue est un moyen de maintenir les classes salariées dans la dépendanc et la concurrence . Les salariés doivent être des loups pour les autres salariés, ils doivent lutter à mort dans l’arène pour survivre. Ils doivent 20 à se précipiter pour 1 offre d’emploi. 

L’argument du vieillissement de la population ne tient pas debout, il ne résiste pas à l’analyse si on veut bien tenir compte du fait que lors de sa vie de travailleur, le salarié actuel  a produit  beaucoup, beaucoup plus qu’il ne produisait dans le passé et qu’il n’en a pas vu la couleur. Les gains de productivité ont été confisqués. 

Puisque les rémunérations stagnent depuis plus de 20 ans, il a un droit sur ces productions qui n’ont pas été rémunérées. Que sont devenues ces productions non rémunérées? Elle sont allé grossir la masse de capital, produisant les inégalités colossales qui ont enflé exponentiellement au cours de la période. L’argument du vieillissement ne tient que si vous admettez comme une évidence que le salarié ne doit jamais bénéficier des progrès de l’efficacité de son travail. Le surplus croissant doit être confisqué, il ne doit jamais servir à alimenter la prévoyance. 

Le texe à lire!

Les pays développés devraient recourir à de la main d’oeuvre immigrée pour contrer un inévitable déclin de leur population active et un probable ralentissement économique liés au vieillissement de leur population, suggère lundi le Fonds monétaire international (FMI).

« Bien qu’accueillir des migrants puisse poser des problèmes et susciter potentiellement un revers politique, ceux-ci pourraient aussi être une aubaine pour les pays hôtes », affirme le FMI dans un rapport publié dans la perspective de sa réunion de printemps qui se déroulera toute la semaine prochaine à Washington.

Selon les économistes du FMI, même avec des politiques résolument actives pour intégrer davantage au marché de l’emploi les personnes actuellement marginalisées comme les femmes et les personnes âgées, les économies avancées ne pourront lutter contre la contraction continue de la population active liée au vieillissement.

Ce rapport intervient alors que de nombreux pays développés, notamment en Europe, sont confrontés à un fort sentiment anti-immigration, qui a conduit par exemple à la victoire d’une coalition de droite et d’extrême droite aux élections législatives en Italie, en mars ou encore à la victoire du parti national-conservateur de Viktor Orban en Hongrie dimanche.

De l’autre côté de l’Atlantique, le président américain Donald Trump a, lui, promis de limiter l’immigration légale et de lutter contre l’immigration clandestine. Il a annoncé le déploiement de milliers de militaires à la frontière mexicaine.

Selon des estimations des Nations Unies, « la population totale va se réduire dans près de la moitié des pays développés d’ici au milieu du siècle ». Les travailleurs dans la force de l’âge vont devoir soutenir « en quelques décennies » près du double des personnes âgées aujourd’hui, explique le FMI dans un de ses « chapitres » analysant les tendances de la population active.

« A moins que plus de gens ne participent aux marché du travail, le vieillissement de la population pourrait ralentir la croissance des économies avancées et dans de nombreux cas, compromettre la viabilité de leurs systèmes de sécurité sociale », souligne le rapport.

Le FMI souligne que l’immigration « peut contribuer à des gains à long terme telle que la croissance ou la productivité ».

L’institution exhorte ainsi à « repenser les politiques migratoires pour dynamiser la main d’oeuvre disponible dans les économies avancées ». Et, elle prévient: « des politiques d’immigration plus restrictives exacerberaient de manière significative l’effet négatif du vieillissement de la population sur la participation » au marché du travail.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s