Macron selon Hollande

https://www.valeursactuelles.com/politique/dans-son-livre-hollande-etrille-un-macron-ambigu-94665

————————————-

Le Figaro s’est procuré les bonnes feuilles du livre de François Hollande, Les Leçons du pouvoir, où l’on trouve pêle-mêle ses regrets politiques, un bilan de son passage à l’Elysée, mais surtout, ses amertumes vis-à-vis de l’ascension du prodige Macron. Ainsi, il commence à percevoir une ambiguïté chez le patron de Bercy dès l’été 2015. «À l’été 2015, le jeune ministre a pris de l’assurance et s’aventure sur un terrain plus politique. Dans un hebdomadaire, il affirme que la France vit dans une nostalgie implicite de la monarchie, que la disparition du roi a laissé une place vide au sommet de l’État. Je n’y vois pas de malice. Je ne crois pas que la France ait besoin d’une nouvelle monarchie, serait-elle élective. Je mets cette idée sur le compte de son goût pour les débats d’idées. Pourtant, rétrospectivement, cette dissertation éclaire bien la pratique du pouvoir qu’il met en avant depuis son élection».

Il revient ensuite sur les rumeurs de démission et de candidature qui concernent alors Emmanuel Macron. Sur le désormais célèbre Meeting de la Mutualité, voilà ce que l’ex-président ressasse : «Je l’exhorte à démentir au plus vite la rumeur. Sa réponse est nette: il n’y aurait que « de la malveillance ». Et il ajoute dans son message: « Mes soutiens diront demain que le 12 (juillet 2016) ne sert ni à démissionner ni à annoncer ma candidature. Grotesque. Bises ». En attendant, les fans de Macron réunis à la Mutualité le voient déjà à l’Elysée. Macron s’écrie d’ailleurs « Plus rien n’arrêtera le mouvement de l’espoir. Nous le porterons ensemble jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire! » 

Trahison et regrets

Jusqu’à la trahison ultime, le 30 août 2016, peu avant la démission du ministre. «Il m’annonce qu’il veut retrouver sa liberté. Je lui demande ce qu’il fera si je me déclare. Il entre dans un développement emberlificoté sur une “offre politique” qui exprime bien plus la gêne que l’ambiguïté. Sa non-réponse en est une. Qu’a-t-il à perdre? Je comprends ce jour-là qu’Emmanuel Macron ne s’inscrit pas dans l’histoire de la gauche, pas davantage dans celle de la social-démocratie, ni même dans une recomposition qui pourrait préfigurer une coalition progressiste. Il est à son compte. Il a créé une entreprise; il entend la mener le plus loin possible».

A propos de la présidentielle qui a suivi, François Hollande revient bien sûr sur sa condamnation des extrêmes, mais il nuance toutefois son propos. « Je pensais simplement que ceux qui annonçaient à son de trompe une nouvelle donne pour en finir avec les affrontements de jadis et « dégager » les leaders d’un autre temps jouaient avec le feu.» Une allusion claire à la vague En Marche.

Publicités

Une réflexion sur “Macron selon Hollande

  1. « Mes soutiens diront demain que le 12 (juillet 2016) ne sert ni à démissionner ni à annoncer ma candidature. Grotesque. Bises »
    C’est comme cela que l’on parle au président de la république ? Les bras m’en tombent !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s