Des canaris dans la mine!

L’index des monnaies émergentes ci dessus mérite attention. Mais il faut le replacer dans la continuité et dans l’histoire.

Les monnaies émergentes ont connu une chute continue et accélérée de 2014 au début de 2016. Elles avaient baissé avant, mais en 2014 la chute s’est aggravée en liaison avec la chute des prix du pétrole, avec le renouveau des craintes déflationnistes et avec les perspectives d’une hausse du dollar qui aurait été provoquée par le Taper et la fin des politiques monétaires conventionnelles. En 2015, on a craint  un éclatement de la bulle chinoise, une dévaluation du Yuan et à une tension sur le refinancement en dollar, le dollar funding.

En février 2106, le consensus de Shanghai propulsé par Yellen, par un  ensemble de mesures secrètes et coordonnées a permis d ‘éviter la rechute dans la déflation  et a stoppé la dislocation chinoise. Le monde est reparti pour une bouffée de reflation , laquelle dure encore maintenant; c’est cette reflation secrète ou discrète, comme on veut, qui explique la reprise conjoncturelle synchronisée des économie en 2017.

Les émergents ont à nouveau bénéficié de l’appétit pour le risque et ils ont même sur-performé. Ce qui se voit clairement sur le graphique ci dessous.

Depuis quelque temps, l’appétit pour le risque n’est plus ce qu’il était en 2017, il s’étiole et on voit se multiplier ce que l’on appelle des divergences: l’ensemble reste bon mais il y a de plus en plus d’exceptions à la tendance générale.

Le momentum de la hausse des monnaies émergentes semble vouloir s’étouffer et on teste un support majeur qui date de ce début 2016 dont nous vous avons parlé.

Cette observation conduit à mettre en doute la poursuite de la reprise économique mondiale et elle conduit à s’interroger sur le comportement futur des monnaies émergentes, sur les risques attachés aux emprunts  des pays émergentes et aussi sur l’orientation future des cours des matières premières. On sait en effet que les émergents sont corrélés aux matières premières.

Pour l’instant rien n’est tranché et la ligne de soutien n’est pas cassée, nous, comme les autres n’avons pas la science infuse et nous ne savons si la reprise  économique va se poursuivre ou non. Nous sommes circonspects et nous doutons, mais sans plus. Mais le signal doit être pris au sérieux.

Il y a un autre canari dans la mine c’est le comportement de la monnaie australienne, l’Australie est le pays type producteur de matières premières et normalement sa monnaie est l’une des premières à monter quand la conjoncture est bonne, et aussi l’une des premières à baisser quand les perspectives se dégradent, ici la monnaie australienne a sale gueule pour parler poliment. Vous remarquerez qu’elle est bien corrélée aux monnaies émergentes en particulier dans la reflation du début 2016. Elle semble vouloir fournir un indicateur avancé, précurseur.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s