Profits et rémunérations, la Troisième Voie!

Profits des entreprises et rémunération des salariés ont commencé à diverger fortement au début des années 2000. Voir le graphique de la Fed ci dessous.

Il y a une grande tendance internationale qui se développe en faveur de la réduction des inégalités et un partage plus harmonieux des valeurs ajoutées. Le FMI de Lagarde va dans cette direction par exemple.

Cette tendance est particulièrement forte aux USA et en Grande Bretagne. Aux USA elle est représentée par Elisabeth Warren (Accountable Capitalism Act.), qui sera peut être la prochaine candidate démocrate aux présidentielles.

On retrouve donc les vieilles lunes de la troisème voie, de l’association capital-travail, de la responsabilité des firmes, de leur rôle social,  etc.  Lunes  qui détruisent le vrai capitalisme sous prétexte de le sauver mais n’améliorent absolument pas le sort des travailleurs. Il suffit de regarder le sort des travailleurs en Allemagne, pays ou on pratique la troisième voie pour mieux les exploiter. C’est au nom de la troisième voie que Schroeder a renforcé le taux d’exploitation!

Toutes ces tentatives de troisième voie sont des avancées fascisantes qui se donnent pour objectif de désamorcer les luttes sociales afin de mieux protéger les ultra riches qui eux n’ont rien à craindre de la réduction des inégalités car elle ne les touche pas.  En fait il s’agit de brouiller encore plus les appartenances et les consciences  de classe. Bref de mystifier.

Ces gens ne souhaitent absolument pas que l’on s’attaque au problème de fond qui est la dérive/perversion de la financialisation. Ils veulent que la financialisation continue, puisque c’est la branche sur laquelle ils sont assis.

Si on veut revenir à un système sain, légitime, il faut commencer par sortir de la financialisation,  revenir à des politiques monétaires orthodoxes, revenir à une monnaie au service du public et non pas au service des élites. Il faut accepter de détruire le capital excédentaire, le faux capital, le capital de poids mort. Après , selon les résultats , on verra.

L’idée de ces gens serait d’améliorer le capitalisme dans son aspect inégalitaire. Ils ne veulent pas toucher au système, surtout pas toucher à la financialisation,  ils veulent que tout continue de la même façon, et surtout l’aspect financier et monétaire, mais ils veulent ajouter un petit supplément d’inclusion.  Le capitalimse selon eux doit devenir « inclusive » et même plus, il doit signer une sorte de charte avec l’état et les travaillleurs!

Association de l’entreprise, des travailleurs et de l’état, encore un effort …on se rapproche de la définition du fascisme! Plus de lutte des classes, je ne veux voir qu’une masse devant moi!

Lady Lynn Forester de Rothschild, (Chief Executive Officer, E.L. Rothschild), qui investit dans les médias, l’énergie, les télécoms, l’agriculture et l’immobilier veut persuader les chefs d’entreprises d’aller au dela des performances financières et de tenir compte des valeurs de l’environnement, des valeurs humaines, des valeurs éthiques etc.  Diable! Des gens comme Bill Clinton ou Mark Carney la soutiennent.

Ah les braves gens!

Publicités

4 réflexions sur “Profits et rémunérations, la Troisième Voie!

  1. Inversion des valeurs et des mots, hypocrisie quand on entend parler de RSE, manipulation quand on vend comme un paquet de lessive un auteur tel Frédéric Lenoir (homme sincère et remarquable) qui fait (honnêtement, bonhommement) la promotion du lâcher prise et de l’altruisme, répression financière, destruction de la middle class éduquée qu’on remplace par des hordes de consommateurs analphabètes.

    L’objectif du FMI est dans l’alignement des intérêts des groupes inter-continentaux : amener le coût du travail à zéro. L’ humain, c’est au mieux une variable d’ajustement, au pire un chiffre dans les statistiques du chômage, du suicide, du divorce.

    J'aime

  2. Partager la VA dans le sconditions actuelles du capitalisme financier est absurde. (La Warren est une bolchevique).
    Le préalable comme le dit Monsieur Bertez est de revenir au bon vieux capitalisme productif.

    La VA aujourd’hui est faite par les acheteurs et les délocalisateurs (style Walmart). L’économie des compradores. L’ouvrier, s’il en reste, ne participe pas du tout, ou peu, à la formation de la VA. Partager avec lui n’a donc aucun sens.
    Ce qui est différent avec le capitalisme productif où l’ouvrier contribue à l’augmentation de la productivité physique. D’où le partage qui a alors du sens.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s