Billet d’actualité: je suis un loup!

Ma réponse

Je suis un loup!

Oui, vous dites sous une autre forme ce que je dis régulièrement qui est que:
le système produit la société civile,  les non-citoyens, la masse qui lui conviennent pour se perpétuer et se reproduire.

Autrement dit le système produit ses moutons.

La société civile chère aux conservateurs comme Edmund Burke ne peut se révolter car elle n’est pas différente, pas déviante , elle est déja conforme.

Nos sociétés sont des sortes d’élevages de moutons.

Ceci comporte une grande part de vérité . Il suffit comme vous le faites de penser à tous ces conformismes modernes vehiculés par l’école, par les médias, par les applications digitales.

Pensez aux consoles de jeux que Macron va faire distribuer ! Il est malin le bougre.

Les élites ont compris et elles protègent leurs enfants de tout cela pour qu’ils restent des élites. Les élites font vivre leurs enfants dans un autre monde que celui qu’elles créent!

La société civile ne peut se révolter car elle est deja un produit du système. Elle est intégrée.

Les moutons ne se révoltent pas pour être autre chose que des moutons , non ils se révoltent parce que l’on baisse leur ration de nourriture et rogne sur la qualité.

Je pense beaucoup de cette façon.

Nous sommes au dela de Baudrillard et de Henri Lefebvre qui ont tracé la voie de ce type de vision critique.

C’est la thèse de Michel Clouscard philospohe méconnu, ancien communiste et ensuite passé à la droite extrême identitaire .

Clouscard pense que le combat pour se ressaisir ne peut être mené qu’à l’intérieur des frontières, dans un groupe qui a une identité : on ne peut le faire dans le monde universel et ouvert que veulent les idéologues marxistes et globalistes . On est submergé dans l’universel , sans possibilité d’y échapper. Le combat c’est ici et maintenant, pas dans les nuages de l’universel.

Je partage les conclusions de Michel Clouscard mais je suis moins pessimiste et je crois au pouvoir de la pensée critique.

La pensée critique nous apprend que le système est un moment de l’histoire et que la dialectique n’est pas morte: le positif, le négatif, les contraires s’affrontent, l’énergie, le mouvement sont encore là. Les Gilets c’est de l’énergie pure, brute.

Les moutons dominent en nombre , mais il y a encore des loups, dieu merci!

Vous savez que je défends la concepction Hobbesienne selon laquelle l’homme est un loup pour l’homme ; et que c’est ce qui fait sa dignité d’homme.

Ce qui fait que la notion de progrès n’est pas pure foutaise, c’est le combat, la révolte. Il y a un mouvement de l’histoire et ce mouvement est accompli par le moyen de luttes, pas par le consensus comme le voudrait Macron et la bourgeoisie du pognon qu’il représente..

C’est la lutte, ce sont les luttes qui font avancer.

La pensée bourgeoise nie le caractère humain des luttes, de la guerre, de la volonté de puissance, de l’héroisme parce qu’en tant que classe elle veut que l’histoire s’arrête, elle veut conserver, économsier, accumuler, d’ou son leitmotiv ; ô temps suspend ton vol, pourvu que cela dure!

La société bourgeoise encourage la féminisation comme moyen de réduire le nombre de loups et de les submerger par les moutons/moutonnes, elle encourage la substitution de l’avoir à l’être et toutes les valeurs de la résignation. Les bourgeois apprennent aux enfants à jouir d’être soumis!

Mais l’histoire ne s’arrête pas.

Le système est épuisé par ses contradictions, par la finitude, la preuve il est obligé de rogner sur la nourriture et la reproduction des moutons et cela devient conflictuel.

C’est la rareté qui va faire qu’enfin on va redecouvrir la lutte et les combats qui donnent le sens de la vie. La rareté va réintroduire le sens du rapport au monde , alors que nous n’avons plus qu’un rapport au monde névrotique, aliéné, mediatisé par un imaginaire produit par ceux qui nous dominent ou le prétendent.

Nous sommes dans la bouteille de la névrose, cette bouteille se fissure avec la rareté ou si on veut avec la pression des dettes qui ne sont rien d ‘autre que des promesses que l’on ne peut tenir.

Le système ne peut échapper à la crise car il est miné de l’intérieur par l’excès de dettes et de l’exterieur par les rivalités, les guerres à mort, pour capter les richesses qui subsistent.

Ce que je décris quotidiennement.

Ce n’est pas la fin de l’Histoire mais le début du commencement d’une autre histoire.

Publicités

9 réflexions sur “Billet d’actualité: je suis un loup!

  1. Aussi optimiste que vous.
    Mais les coups de queue de la bestia sont redoutables.
    – manga pedopornographique promu par l’EN
    – sexualisation à partir des petites classes
    – vaccins
    – taxes
    – submersion migratoire
    – déni de souveraineté
    (Pacte de Marrakech, Aix-la – Chapelle , Ceta etc …)
    – délit d’expression
    – délit d’opinion
    – interdiction de manifester
    – macron gaze son propre peuple
    – macron combat son peuple avec des armes de guerre causant des blessures de guerre
    – féminisation de la société
    – islamisation du pays
    Il faut bien que les français aient un ennemi intérieur pour les détourner de la Révolution
    L’ennemi intérieur , c’est le régime , piloté de l’etranger
    Les islamistes ne sont que sa milice
    – presse ? Les chiens de garde du régime
    – censure
    – menaces de poursuites judiciaires
    – prison pour les GJ
    – rien pour les Black blocs, autre milice du régime
    – Opex, cad pillage de l’Afrique
    Non seulement de ses ressources naturelles mais de ses cerveaux
    – terrorisme intérieur et extérieur
    – destruction des valeurs et symboles moraux
    Un joueur de poker lié au milieu marseillais, ministre de l’Interieur
    Superbe pied de nez !
    L’Elysee devient une boîte trans
    La liste est longue
    Sous Sarko et Hollande , on en voyait les prémices
    Le temps s’est accéléré sous macron
    Ce type a fait, pourtant , quelque chose de bien : il nous a appris à n’avoir aucun respect pour la fonction ni d’un président ni d’un élu ni du conseil d’état , conseil constitutionnel etc …
    C’est le seul faux pas
    Ses maîtres en sont conscients
    La répression se durcit
    Un régime totalitaire comme le nôtre , est proche de sa fin.
    Le « pourvou que ça douré » est un « pourvu que ça dure encore un peu ».

    J'aime

  2. Bonjour M. Bertez
    Sur l’identité et le groupe: les dernières recherches sur les débuts de la vie sur terre laissent penser que la membrane , qui définit le eux/nous apparait avant l’ADN / identité.
    La question du pouvoir de changement d’un groupe- implique selon Galbraith ou Mc Luhan (là tout de suite je ne sais plus lequel) d’atteindre une taille critique à l’insu du pouvoir dominant; ce facteur essentiel me semble fort compromis avec le moyens d’investigations numériques disponibles.
    Cordialement.

    J'aime

  3. Votre titre « je suis un loup » m’a interpelle puisque je me reconnaissais davantage comme « chien de berger » a la maniere de la definition du film d’eastwood sur un tireur d’elite us.De la citation l’homme est un loup pour l’homme, je n’en connaissais que la conclusion latine: civis pacem,parabellum.

    Je decouvre donc hobbes et son « leviathan ».
     » Car si Hobbes n’est certes pas un démocrate, il reste que ce contractualiste pose l’Etat de droit comme un fondement de la politique moderne, afin que l’homme ne soit plus un loup pour l’homme. »

    Merci de me rappeler pourquoi je flane avec plaisir sur vos pages et de contribuer a la diffusion de connaissances et d’idees pertinentes.

    J'aime

  4. Cher Monsieur Bertez, merci du dialogue que vous établissez avec vos lecteurs,
    C’est aussi agréable que rare et c’est motivant, pour preuve sur l’ensemble de vos derniers posts, il y a des échanges pertinents,

    On voit d’ailleurs revenir ces questions centrales de comprendre les rapports de force, les causes et conséquences entre :

    . le (vrai) capital (ou travail stocké),
    et
    . l’enrichissement leviétisé par la dette qui permet à ceux qui ont une bonne signature (car exempts de l’impôt) de bénéficier de ce que j’appelais il y a quelques semaines un jubilé permanent (= taux d’emprunt à zéro voire négatif permettant d’investir dans des rachats d’actions ou encore des immeubles d’entreprise par exemple) ; ceci rendu possible car, de fait, ils refilent indirectement une partie de leurs remboursements à ceux qui subissent ET la répression financière ET les impôts…

    Moralité, un schéma soutenable passera(it) par la mise en place de façon cordonnée de :
    1. un contrôle renforcé et une réduction importante de l’accès au crédit à tous les étages de la pyramide,
    +
    2. une réduction de la masse salariale des services publics non régaliens,
    +
    3. un système fiscal global égalitaire et transparent (on peut rêver ça coûte pas cher).

    Point de salut tant que dumping social et fiscal seront légion.
    Ce qui revient à dire que politiquement y a pas 36 solutions, y en a que 2 :

    a) soit on fait enfin l’Europe (après 20 ans de surplace) : euro-bonds, droit fiscal et droit du travail commun, (l’Europe bancaire boitille, mais bon…)

    b) soit on assume le non vouloir / savoir-vivre ensemble et donc on revient sans davantage de délai (de torture des gens d’en bas) à des monnaies nationales et des dévaluations « compétitives »…

    J'aime

  5. « Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant, ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage. […] Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir. Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement. » Le Révolté, octobre 1885. Elysée Reclus

    J'aime

  6. Chapeau bas Mr BERTEZ. Je vous suis depuis plusieurs années.

    Au début, je voyais en vous la parole originale d’un financier qui a acquis de la bouteille et capable de révéler le dessous des cartes …

    Mais ces derniers mois, j’ai découvert que le professionnel aimait aussi fréquenter les philosophes, tous les philosophes mêmes ceux qui sont décriés, moqués, méprisés par l’intelligentsia arrogante du système marchand qui gouverne aujourd’hui notre monde.

    Il me semble que cette citation de Jean JAURES, très connue, est parfaitement appropriée au combat de notre époque:
    « le courage … c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques »

    Certes, le combat de JAURES n’est plus notre combat. Il s’agit aujourd’hui de lutter contre une idéologie qui a lentement mais sûrement envahi la pensée profonde des élites mondiales, à commencer par ceux-là mêmes qui avaient pour mission de défendre le « bien commun », les politiciens « sociaux démocrates »
    Je pense, comme vous, que ce système marchand arrive au terme de ses contradictions et que, je vous cite:
    « Ce n’est pas la fin de l’histoire mais le début du commencement d’une autre histoire »

    Mes petits enfants seront les acteurs (ou les témoins) de cette autre histoire. Angoissant ??

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s