France: révision en baisse des prévisions de croissance selon la BDF, mais pas trop grace aux gilets jaunes

Selon les projections pluriannuelles de la banque centrale, publiées mardi, la hausse du produit intérieur brut (PIB) devrait atteindre 1,3% cette année en France. C’est 0,1 point de moins que ce que prévoyait jusque-là l’institution monétaire.

Pour 2020, la croissance devrait également être plus faible qu’anticipé, à 1,4% au lieu de 1,5%. La Banque de France maintient en revanche inchangée son hypothèse pour 2021, à 1,4%.

« Le produit intérieur brut français s’est installé sur un rythme de croissance assez stable depuis mi-2018 », a souligné lors d’une conférence de presse Olivier Garnier, directeur général des études à la Banque de France.

Cela « témoigne d’une certaine résilience par rapport à d’autres économies de la zone euro, qui ont connu un fléchissement plus marqué de l’activité », comme l’Allemagne ou l’Italie, a-t-il ajouté.

Selon la banque centrale, la révision à la baisse de la croissance en 2019 et 2020 provient principalement de l’environnement international, « qui s’avère moins porteur que prévu », en raison des tensions commerciales alimentées par les Etats-Unis.

Cette situation devrait entraîner un « coup de frein important sur la demande adressée par nos partenaires », estime la Banque de France, qui prévoit un ralentissement des exportations à +2,5% cette année, après +3,5% en 2018.

Selon la banque centrale, ces effets seront cependant en partie compensés par la demande intérieure, qui devrait gagner progressivement « en vigueur », grâce aux gains de pouvoir d’achat « très significatifs depuis fin 2018 », et « qui ont pour l’instant été largement épargnés ».

Tout cela grace aux gilets jaunes mais chut il ne faut pas le dire!

Selon la banque centrale, le pouvoir d’achat par habitant devrait progresser de 2,1% cette année, soit sa plus forte croissance depuis 2007. Il devrait ensuite augmenter de 1,2% en 2020, puis de 1% en 2021, sur fond de faible inflation, attendue à 1,3% en 2019 et 2020 puis à 1,4% en 2021.

Ces chiffres, qui intègrent les dispositifs d’urgence votés en décembre, mais aussi la plupart des mesures annoncées à l’issue du « grand débat », à l’exception de la baisse de l’impôt sur le revenu, dont les modalités n’ont pas encore été arrêtées par le gouvernement, devraient stimuler la consommation.

« Les gains de pouvoir d’achat » ont pour l’instant « été consommés plus lentement qu’escompté », a reconnu Olivier Garnier, en précisant que les deux tiers des 8,5 milliards d’euros rendus aux ménages entre le dernier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 avaient été orientés vers l’épargne.

Mais ce phénomène « devrait se résorber », après un pic du taux d’épargne (15,3%) atteint en cours d’année 2019, a poursuivi le responsable de la Banque de France, qui table sur une « accélération progressive de la consommation » au cours des prochains trimestres, de nature à soutenir l’activité.

Cette dynamique devrait se traduire par une diminution graduelle du taux de chômage, qui passerait de 9,1% à 8,6% de la population active en 2019, puis 8,1% en 2021. Une baisse notable, mais a priori insuffisante pour atteindre l’objectif de 7% de chômage fixé par Emmanuel Macron pour la fin du quinquennat.

Côté finances publiques, le déficit dépasserait temporairement le seuil de 3% du PIB en 2019, avec la transformation du CICE en baisse de charges, avant de passer sous la barre des 2% en 2021. Mais la dette publique, de son côté, ne parviendrait pas à reculer.

« A moins d’un ajustement structurel significatif », le ratio de dette « augmenterait en 2019 puis resterait stable autour de 99% » du PIB d’ici 2021. Un niveau largement supérieur aux 98,1% promis par le gouvernement dans son programme de stabilité, envoyé fin avril à la Commission européenne.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s