Essai : Pouvoir, post-vérité, post-modernité, nouvelles façons de faire de la politique.

Il en va de la parole comme de la monnaie, elle se dévalue.

La parole, comme la monnaie est un signe, c’est un signe qui est articulé à une réalité, la vérité ou la richesse. Un signe qui tire sa valeur de sa capacité à représenter, à venir à la place de quelque chose de réel; le signe est en quelque sorte le tenant lieu, le symbole du réel.

Mais bien sur on peut tricher!

On peut escamoter le réel ou le remplacer par un faux. C’est ce que font les faux monnayeurs de la monnaie et les faux monnyeurs de la parole. Des gens come Trump ou Macron par exemple.

Les philosophes ont montré les possibilités de disjonction qui existent entre d’un coté le langage, la parole, le discours et de l’autre le réel, la vérité, le monde.

Les philosophes ont, sous l’influence de certaines théories issues du marxisme, de la psychanalyse ou même de la physique  introduit la notion de relativité et ouvertt la voie à la disparition des référents.

Certains ont affirmé que la vérité n’existait pas et que seul comptaient la loi du plus fort , la répétition et la manipulation. Des gens comme Foucault ont connu un grand succès et avec lui ceux que les américains ont récupéré sous le nom de philosophes de la French Theory. Ces gens  qui se sont trompés sur tout et en particulier les révolutions socialistes   ont tout détruit, tout déconstruit sous prétexte   de tout libérer et ou désaliener;

Tout cela donné un monde nouveau, libéré de l’ancrage et du poids du réel, de la pesanteur des valeurs et bien sur de l’héritage et de la tradition. Le vieux a été déprécié, le moderne sur valorisé.

Le moderne , puis le post-moderne ont  pu s’implanter et s’incruster grace aux progrès des techniques et à la digitalisation. Ainsi a pu s’ouvrir le temps de la post-vérité.

Comprenez que la Vérité est le rempart contre la tyrannie. Le vrai est ce qu’il est et il ne dépend pas du nombre ou de la force, non le vrai, il est en soi, en lui même . Et en tant que reférence objective il est le garant des faibles contre les forts , contre ceux qui prétendent imposer  leur vérité, la leur. La vérité est la même pour tout le monde , aussi bien pour Trump ou Macron que pour un Iranien ou un Gilet jaune. La Vérité  c’est l’arbitre suprême .

Tout ceci pour vous dire que le progrès a certes des aspects positifs, mais qu’il a également des aspects destructeurs: il permet la destruction de  la rference au monde, au vrai, au réel.  Le progrés, utilisé par les médias des pouvoirs  a, surtout pour les moins cultivés et donc les plus crédules  détruit le lien symbolique entre le discours et ce qu’il est censé refleter. Le progrés permet dans sa perversion de faire vivre les gens, la masse dans un imaginaire. Il fait marcher les gens à côté de leurs pompes.

C’est le progrès qui a ouvert la voie au monde des fake news, au monde de la post-réalité. Au monde de l’opinion manipulée.

C’est le progrès qui a permis de franchir une étape supplémentaire. L’image supplante maintenant les mots.

Une image vaut peut-être mille mots,  rien ne convainc comme un enregistrement audio ou vidéo d’un événement. À une époque où les gens peuvent à peine s’entendre sur les faits, le pouvoir des images est extrême.

Un tel pouvoir de persuasion pourrait sembler apporter une clarté bienvenue. Les enregistrements audio et vidéo permettent aux gens de devenir des témoins directs  de première main d’un événement. Et grâce aux smartphones, qui facilitent la capture de contenu audio et vidéo, et aux plates-formes de médias sociaux, qui permettent à ce contenu d’être partagé et consommé, les gens peuvent aujourd’hui croire qu’ils peuvent compter sur leurs propres yeux et oreilles à un degré sans précédent.

C’est là que réside un grand danger.

« Imaginez une vidéo montrant le Premier ministre israélien en conversation privée avec un collègue, révélant apparemment un plan visant à mener une série d’assassinats politiques à Téhéran. Ou un clip audio de responsables iraniens planifiant une opération secrète pour tuer des dirigeants sunnites dans une province irakienne donnée. »

Dans un monde déjà préparé à la violence, de tels enregistrements auraient un puissant potentiel d’incitation. Imaginons maintenant que ces enregistrements puissent être falsifiés à l’aide d’outils disponibles pour presque toutes les personnes disposant d’un ordinateur portable et ayant accès à Internet – et que les contrefaçons qui en résultent sont si convaincantes qu’il est impossible de les distinguer de la réalité.

Bien entendu, la situation crée un enjeu politique, et c’est enieu c’est celui du contrôle de l’opinion. C’est ce qu’a perçu l’ingénieur social et politique que fut Zbigniew Brzezinski. Une nouvelle ère s’est ouverte avec ce progrès, avec le numérique, avec les réseaux sociaux. La manipulation peut être  à l’échelle nationale ou mondiale, instantanée et quasi sans contre pouvoir.

Ce qui se passe en matière de climat est tout à fait typique.

La question du climat et du futur de la planète se pose, c’est une évidence. Comment l’homme ne  se préoccuperait il pas de son environnement, comment pourrait il se  dispenser de penser aux générations futures. La demande, la faille sont réels.   Les malthusiens en ont profité pour prendre le contrôle d’une préoccupation légitime et la transformer  en une idéologie de contrôle globaliste , mondialiste et géopolitique. Ils pretendent confisquer, monopoliser  l’avenir de l’humanité! Ils en ont fait  un cheval de bataille sans foi ni loi avec une seul objectif, la destruction d ‘un ordre ancien qui ne convient plus à leur agenda et son remplacement par un ordre nouveau fondé sur la destruction des souverainetés, des identités, des nations et des déterminations personnelles ou historiques. En ce moment l’image d’une fillette fait le tour du monde pour manipuler les opinions.

L’escroquerie  de l’idéologie malthusienne fondée sur la préoccupation écologique est l’exemple le plus achevé des dangers de la post-vérité. Mais rien ne vous empêche,  en ce lendemain d’un incident ou Trump a failli déclarer la guerre à l’Iran,  de transposer. Imaginez ce que cela peut donner dans les mains d’un baltringue sans scrupule!

La post-vérité utilise toujours une base qui s’inscrit dans le domaine  de l’évidence, mais c’est pour la détourner; elle ne se réfère plus au monde, elle  coupe le lien avec le monde, elle bifurque pour devenir idéologique et ainsi servir les objectifs de  ceux qui détiennent le pouvoir, les outils de puissance, l’argent, les médias.

A notre époque, comme l’a bien vu et expliqué Goebbels, la légitimité se construit  dans la répétition, dans la convergence des avis des pseudos experts et ensuite dans la destruction systématique de la démocratie, laquelle destruction est permise par la mise au pas des minorités sous le joug de majorités de circonstances baties sur le clientélisme. La vérité à notre époque cesse d’être un rapport au monde pour devenir un rapport entre les gens.

Nous allons vers le cauchemar.

De ce cauchemar on ne peut sortir par la force, les contrôles et les interdits. On ne peut en sortir que par l’éducation, l’apprentissage de la pensée critique, l’instruction, la mise en place de contre pouvoirs, la propagation de la sagesse et des valeurs d’honnêteté, de respect et d’ authenticité. C’est dire si les voies réglementaires et legislatives actuellement suivies sont des impasses; elles renforcent, c’est d’ailleurs leur but,  la soumission, l’obéissance et fondent l’ordre futur non sur le vrai et la recherche du bien mais sur la peur. Sur le conditionnement et la sanction/récompense.

Les remèdes politiques au monde de la post-vérité consistent à faire de la vérité un monopole d’état sans se poser la question pourtant centrale  de la qualité de l’état , de la pureté  de ses intentions, de sa morale et de ses fins. Sans se poser la question de savoir si cet état un jour ou l’autre ne va pas basculer,  être récupéré par une classe, une clique, une nomenklatura à son profit. Monopole de la vérité d’état comme le monopole de la monnaie d’état qui, dans sa scéleratesse empêche de financer des contre-pouvoirs ou des résistances. J’ai coutume de dire que si la monnaie et les avoirs avait été controlés comme ils  le sont  maintenant dans les années 40 , il n’y aurait jamais eu de  Resistance, de Libération et de retour à l’Indépendance.

Ces remèdes sacralisent une vérité officielle c’est dire  qu’ils construisent les bases du fascisme futur. La vérité ne peut venir que du bas, elle ne peut être produite que là ou elle nait, là ou elle se developpe, dans  le monde d’en bas, à la source. Une vérité géréee par le haut par ceux qui sont coupés du monde par leurs priviliges ne peut jamais être une vérité et si elle l’est, elle  ne peut être que partielle.

Les progrès de la technologie numérique vont  bientôt faire de ce cauchemar évoqué plus haut une réalité. Grâce à la montée en puissance de «deepfakes» – des manipulations numériques audio ou vidéo difficiles à détecter -, il devient déjà plus facile que jamais de montrer  quelqu’un qui dit ou fait quelque chose qu’il n’a jamais dit ou fait.

Pire encore, les moyens de créer des deepfakes vont probablement proliférer rapidement, produisant  un cercle toujours plus large d’acteurs capables de les déployer à des fins politiques.

La désinformation est un art ancien, bien sûr, mais l’inquiétude qu’elle sucite a aujourd’hui une pertinence renouvelée. A mesure que la technologie des fakes se développe et se répand, le courant relativiste et pragmatique-la fin justifie les moyens- ce courant prend le contrôle du monde à son profit.

Les évènements récents incitent à se poser des questions sur le monde de la post-vérité ; des questions radicales au sens de questions qui vont à la racine des choses . La racine des choses , ce ne sont pas les contenus , mais les formes.

Le contenu des tweets de Trump est certes important, mais il ne l’est qu’au jour le jour, même si il peut declencher une guerre. Ce sur il faut s’interroger et réflêchir, c’est sur cette forme « tweet » qui peut influencer , faire basculer l’opinion, créer des émotions, provoquer un mouvement boursier, une panique ou une guerre. Le monde est en suspens,  dans  l’attente, fasciné, hypnotisé par les tweets de Trump. Trump construit un autre monde qui n’est plus horizontal, qui n’est plus un maillage, mais qui est pyramidal avec lui en haut de la pyramide.

Même chose s’agissant d’un autre exemple, celui que je considère comme le politicien le plus dangereux sous cet aspect, Macron.

Il est d’une intelligence dont on peut dire pour simplifier qu’elle est très supérieure à celle de la profession politique, à celle de ses  pairs et à celle de ses prédecesseurs, et cette  intelligence est au service d’une volonté de puissance sans limite. Elle en fait l’un des manipulateurs les plus cyniques et les plus accomplis.

Il a demontré qu’il pouvait jouer à merveille de la disjonction de signes, des inversions, bref des posibilité que donne  la science  lorsqu’elle est mise au service de l’ambition et du narcissisme; au service  de  la construction d’un monde imaginaire;  au service d’un objectif d’accaparement de l’intérêt  général et de détournement de la chose publique.

Macron subrepticement a crée un monde totalement pryamidal. Du grand débat qui devait être un débat entre les Français pour savoir dans quel type de société ils voulaient vivre, il a fait un monologue ! Il s’est fait une tribune, un pavois, lui en haut et les autres, les citoyens transformés en masse, en bas!

Macron a créé un monde pyramidal. Depuis le début de l’affaire des Gilets Jaunes, il a construit un monde ou tous les regards, toutes les attentions sont dirigés sur sa personne. Il a multiplié les apparitions, lui et sa femme d’ailleurs. Il a monopolisé les médias.

Au lieu d’utiliser la technique habituelle du pouvoir qui consiste à multiplier les fusibles il les a court circuités et a tout concentré sur sa personne. Il n’est plus une minute dans la vies des Francais qui puisse échapper à la facination macronesque. Ce que Macron a compris c’est que ce qui compte c’est la position relative de celui qui détient le pouvoir et de ceux qui doivent obéir.

Le secret de Macron n’a pas été démystifié à ce jour.

Il  ne réside pas dans les contenus de ce qu’il dit ou de ce qu’il fait, il s’en fiche totalement. Il réside dans le fait que les gens sont en bas, qu’ils  constituent un troupeau plus ou mons bêlant ou une meute plus ou moins hurlante.  Des troupeaux et des meutes qui regardent en haut. Jupiter ou Atlas. C’est à dire qui regardent Macron et sa femme. Cette création d’un nouveau lien social, si on peut dire,  est le génie propre de Macron, c’est sa marque.

Elle est la preuve d’une connaissance particulèrement approfondie des techniques de communication, de pouvoir et de domination. Elle permet de négliger toutes les broutilles que sont les contenus. Seul compte la forme par laquelle il assure sa domination. Macron en ce sens et plus encore que Trump est un produit de la post-modernité, un produit de la post-vérité. C’est le Panopticon inversé. Dans le Panopticon le peuple est regardé , surveillé et n’échappe jamais a la vue de ses maitres, mais ici le Panopticon est retourné et le peuple ne peut jamais échapper à la fascination du maitre , il est condamné ne voir que lui  à tout instant. Toute sa vie en est impregnée, le maitre est envahissant.

J’ai développé depuis longtemps l’idée que ce qui compte en matière de pouvoir ce n’est pas le combat qui se déroule sur le champ de bataille. Ce combat n’est jamais gagné ou perdu d’avance. Il est relatif, il est ainsi mais il peut être autrement. En revanche il y en a un qui gagne toujours c’est celui qui fixe les règles du combat car il a la possibilité non seulement de le maintenir mais de le contenir à l’intérieur du système qui lui est favorable et qui assure le maintien de sa domination. Réfléchissez à ce que constituait fondamentalement le combat des gladiateurs dans l’arène. Ils combattaient à mort entre eux sur la base des règles fixées par l’empereur sur les gradins. C’est exactement la forme de pouvoir exercée par Macron: le combat certes existe mais celui qui est au-dessus et qui le surplombe n’est jamais menacé.

C’est le modèle même du système néo-libéral dans  lequel que  les serfs se battent entre eux, se font concurrence statutaire à mort, font baisser leur salaire et leur coût de reproduction  tandis  que le capital financier qui les domine , lui compte les points, extrait le surproduit et touche la plus value de puissance.

 

4 réflexions sur “Essai : Pouvoir, post-vérité, post-modernité, nouvelles façons de faire de la politique.

  1. C’est pourquoi il faut chercher un combat avec d’autres règles…
    Ils incitent à la délation, et bien celui qui connaît l’adresse de vacances de tel ou tel ministre, créer sa page genre #monministreenvacances etc, afin de leurs pourrir la vie.
    Il y a des années je faisais les vendanges dans les Graves (Bordelais) je passais devant la résidence de Dumas à St Morillon, quand il étais là il y avait toujours une estafette de gendarmerie garée devant.
    D’autres pensent à filmer notre cher ministre en boîte, etc.
    Nous sommes des millions, il ne sont que des milliers.

    J'aime

    1. Quand vous pensez qu’en France on est incapable de mettre en place un boycott alors que c’est une arme révée pour les activistes, cela en dit long sur les capacités contestataires des Français soi disant à la pointe du progrès, le phare est éteint!

      Le phare s’est éteint avec la défaite de Gracchus Baboeuf et les Constitutions scélérates qui ont détourné la Révolution au profit des marchands, de la noblesse de robe et des pillards des biens nationaux.
      .

      J'aime

    1. C’est plus qu’une comparaison, c’est un isomorphisme. Attesté par la sagesse des Nations qui dit que la parole est d’argent mais que le silence est d’or.

      On peut pousser la reflêxion en introduisant l’écrit; les paroles s’envolent, les écrits restent. Et on obtient des reflêxions très riches.

      Les post modernes se sont attaqués au lien symbolique entre les signes et le réel , tout comme les banquiers centraux s’attaquent au lien entre la monnaie et la Valeur qu’elle est censée représenter.

      Les banquiers centraux veulent une monnaie qui soit un pur signe, libéré de la pesanteur du réel qu’ils étaient censés exprimer.

      Macron fait la même chose avec la parole il la libère du poids de la vérité et celui de la réalité.

      Lisez Gide , « les faux monnayeurs » avec toutes ces idées en tête c’est d’une profondeur remarquable.

      Vous ajouterez que l’oncle de André Gide, l’économiste Charles Gide, était homosexuel, destructuré et je pense même qu’il était pédophile et qu’il a violé André.

      Charles Gide était l’un des promoteurs du marginalisme, qui est la théorie économique dominante maintenant et qui prétend que rien ne vaut en soi, « la valeur est dans la tête de celui qui la contemple ».

      Macron est un faux monnayeur, un post moderne qui joue la dessus avec l’aide bien sur des faux monnayeurs monétaires que sont les banquiers.

      La destruction de la fonction symbolique du langage produit un bénéfice qui est récupéré par les dominants, tout comme la destruction de la monnaie produit un bénéfice pour les élites kleptos.

      Il ne s’agit pas de simples analogies, il s’agit même de plus que de similitudes, il s’agit d’une dialectique universelle du signe, du signifiant et du signifié.

      Dans tous les cas que ce soit langage ou monnaie ce qui est à l’oeuvre c’est la disjonction c’est à dire la coupure du lien entre le signe et le réel afin de manipuler les signes et de tromper.

      La disjonction, puis la répétition sont des instruments au service des Pouvoirs.

      Je pense que vous pressentez si vous m’avez suivi à quel point il faut changer la manière de faire de la politique, il faut êrte radical!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s