« Nous somnambulons vers la crise. « 

«Une autre crise économique et financière serait dévastatrice pour la légitimité d’un système de marché démocratique. En nous en tenant à la nouvelle orthodoxie de la politique monétaire et en prétendant que nous avons sécurisé le système bancaire, nous somnambulons vers cette crise.  »

Mervyn King

Ancien Gouverneur de la Banque d’Angleterre.

Selon une étude  du cabinet de conseil McKinsey & Co., plus de la moitié des banques du monde sont trop faibles pour survivre à un ralentissement économique.

La majorité des banques à l’échelle mondiale risquent de ne pas être économiquement viables, car leur rendement des fonds propres ne suit pas les coûts, a déclaré McKinsey dans le rapport annuel sur l’industrie qui a été publié lundi.

Il a exhorté les entreprises à prendre des mesures telles que le développement de la technologie, la sous-traitance et la consolidation via des fusions en prévision d’un ralentissement économique potentiel.

« Nous pensons que nous sommes à la fin du cycle économique et que les banques doivent prendre des mesures audacieuses car elles ne sont pas en très bonne forme », a déclaré Kausik Rajgopal, associé principal chez McKinsey, dans une interview. « En fin de cycle, personne ne peut se permettre de se reposer sur ses lauriers. »

La décennie qui a suivi la crise financière mondiale a été marquée par une vague d’innovations dans les services financiers, qui ont amené de nouveaux concurrents, des start-up fintech, aux géants tels que Apple Inc. et Google de Alphabet Inc.

Les banques se sont demandé si elles devaient concurrencer, établir des partenariats ou acquérir certains de ces nouveaux arrivants. Certaines entreprises établies ont cherché à se faire connaître en tant que sociétés de technologie, en partie pour attirer les talents difficiles à trouver.

McKinsey, dont les clients sont parmi les plus grandes entreprises du monde, consulte sur des sujets allant de la stratégie et la technologie aux fusions et acquisitions, à la sous-traitance et aux offres de stock.

Dans son rapport, la société a déclaré que les banques risquaient de « devenir des notes de bas de page de l’histoire », car les nouveaux entrants modifieraient le comportement des consommateurs. Les tentatives les plus récentes des banques pour améliorer l’efficacité ont été «du statu quo», a-t-il déclaré.

Les banques ne consacrent que 35% de leur budget informatique à l’innovation, tandis que les fintech dépensent plus de 70%, a déclaré McKinsey. Combinés à des facteurs réglementaires réduisant les barrières à l’entrée  l’environnement est de plus en plus propice à la prise de participation des banques par les nouvelles entreprises.

Le rapport indique Amazon.com Inc. aux États-Unis et Ping An en Chine comme exemples de sociétés de technologie capturant les clients de services financiers.

Pour aggraver les choses pour l’ancienne profession , les nouveaux entrants  ont tendance à s’attaquer aux secteurs d’activité qui génèrent les meilleurs rendements pour les banques – les cartes de crédit, par exemple.

Les prêteurs peuvent réduire les coûts et trouver des fonds pour la technologie en externalisant ce que McKinsey appelle «des activités non différenciantes», notamment des fonctions de négociation et de conformité.

Les banques « doivent être beaucoup plus à l’aise avec les partenariats externes et être en mesure de mobiliser les talents en externe », a déclaré Rajgopal.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s