LA RICHESSE EST IMAGINAIRE… explication

Dans cet article il est expliqué que l’on confond la richesse avec ses signes, c’est à dire ses contravaleurs.
La Bourse est un ensemble de contre-valeurs; la richesse, la vraie est ailleurs.
La Bourse c’est le passif du système et vous savez que ce passif est excédentaire en  regard de l’actif c’est à dire excédentaire en comparaison des biens et services  qu’il y a à se partager.
Pour comprendre encore mieux: celui qui s’endette émet des promesses de rembourser et en échange il acquiert, il attire à lui les richesses réelles.
C’est de que font les USA. C’est un pays riche car il attire à lui les richesses et les ressources réelles du monde entier .
Ils ont  un passif colossal, mais le public voit les actifs, les passifs ne sont pas visibles pour les gens du commun.
La vraie richesse ce sont les actifs concrets, pas les morceaux de papier.
La puissance c’est d’être assez fort pour drainer les richesses du monde, pour le piller comme cela s’est fait de tous les temps.
La puissance ce n’est pas d’équilibrer ses comptes mais d’avoir le droit de les maintenir en déséquilibre; d’imposer ce droit aux autres.
Les USA par exemple ne paieront jamais leurs dettes et les élites les savent, c’est pour cela que l’on dit qu’ils ne tomberont jamais en faillite,  ils ne peuvent tomber en faillite car ils ont la « printing press » mondiale. C’est à dire qu’ils peuvent et pourront toujours payer en monnaie de singe.
la Bourse c’est la somme des promesses faites aux actionnaires et de celles qui sont faites aux détenteurs de titres d’obligations.
Tant que  les promesses peuvent être repoussées , le fossé entre les promesses et leur contre-partie réelle ne se voit pas; sitot que les masses ont conscience du fait que les promesses ne peuvent plus être repoussées une ruée se déclenche, c’est le jeu des chaises musicales qui se met en branle , et les uns ont servis , les autres ne le sont pas.
Rédigé par
Bruno Bertez
13 novembre 2019

La Bourse n’est qu’un monde de signes censés représenter une réalité dont ils s’éloignent pourtant de plus en plus…

Pas besoin d’être économiste, pas besoin d’ordinateur : une lecture éclairée du graphique ci-dessous permet de comprendre le monde qui a été créé depuis le début de l’année 2009.

C’est un monde imaginaire.

Je vous rappelle que le monde de la Bourse est un monde en lui-même : un monde de signes. Les cours de Bourse que vous voyez sur votre écran ou dans les journaux sont des signes, exprimés en monnaie.

Un prix, c’est un signe qui est accolé à une réalité ; ce n’est pas la réalité.

Ce monde de signes a sa vie propre en fonction de sa logique interne, des théories, des nouvelles, des volontés des autorités.

Et cette vie propre a été déconnectée de la vie réelle.

De plus en plus de monde à table

La richesse boursière ne reflète pas la richesse réelle, elle reflète le « passif » – c’est-à-dire les droits que les participants au jeu boursier croient détenir. Et ces droits rapportés, mis en perspective avec la production réelle de richesses, sont fortement réduits. Ils sont dilués.

Présenté de façon triviale, il y a de plus en plus de monde à table pour un plat qui n’a pour ainsi dire pas progressé. J’appelle cela la disjonction : on a beaucoup plus de promesses de repas que l’on a de nourriture à offrir aux convives.

La Bourse n’est pas la richesse réelle. Non, la richesse réelle ce sont les biens, les services. La Bourse n’est que la sommation, la masse de bons, de droits émis sur cette richesse réelle.

Je dis que le monde boursier est un monde en soi, un monde imaginaire.

Il faut préciser que c’est un monde dans lequel on échange de la monnaie élastique contre des promesses. Si la masse de monnaie enfle sans cesse comme c’est le cas depuis 2009, alors le monde imaginaire reflète cette inflation de la monnaie : il se déconnecte peu à peu et de plus en plus du monde réel.

La valeur est de moins en moins dans le monde vrai et de plus en plus dans la tête des gens. Ce qui signifie qu’ils se paient les uns sur les autres.

Depuis 2009 les autorités luttent, disent-elles, pour faire monter les prix des biens et services du monde réel.

Elles créent de la monnaie pour cela.

Hélas, elles ont échoué à produire l’inflation tant désirée. L’inflation ne s’est manifestée que dans les prix de la Bourse, dans le monde de l’imaginaire, dans le monde des promesses, créant une disproportion sans précédent.

Cette disproportion – dont le nom technique est « valorisation boursière excessive » – signifie que la fragilité financière est extrême.

C’est pour cela que ces mêmes autorités sont obligées de répéter sans cesse : non, il n’y a pas de bulle, tout est normal.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE

 Je souhaite recevoir des offres de la part des partenaires de La Chronique Agora.
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.

A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s