Le G7 se montre raisonnable, il connait les risques, ceux ci sont en profondeur, dissimulés sous les apparences clinquantes des bourses

La déclaration des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G7 indique une volonté d’utiliser la politique budgétaire et monétaire pour lutter contre l’impact des coronavirus sur l’économie, mais ne décrit aucune étape spécifique.
Il faut saluer cette attitude raisonnable , toute action ou annonce aurait été prématurées et surtout contreproductives; la précipataion est mauvaise conseillère.
Pire elle serait irresponsable comme le sont les politiciens et les gouvernements qui comme Trump appellent à faire n’importe quoi.
« Compte tenu des impacts potentiels de COVID-19 sur la croissance mondiale, nous réaffirmons notre engagement à utiliser tous les outils politiques appropriés pour réaliser une croissance forte et durable et se prémunir contre les risques à la baisse.
Parallèlement au renforcement des efforts pour étendre les services de santé, les ministres des Finances du G7 sont prêts à prendre des actions, y compris des mesures fiscales, le cas échéant, pour aider à faire face au virus et soutenir l’économie au cours de cette phase.
Les banques centrales du G7 continueront de remplir leurs mandats, soutenant ainsi la stabilité des prix et la croissance économique tout en préservant la résilience du système financier,« a indiqué le communiqué publié sur le site Internet du Trésor américain.
Trump veut un feu d’artifice boursier, c’est une démarche purement electoraliste qui risquerait si il était écouté de précipiter vers une crise terrible.
Je renvoie pour l’analyse à tous mes articles précédents qui détaillent cela:
-les munitions sont rares
-les amortisseurs sont usés il faut conduire avec prudence
-les stimulations ont un cout colossal
-la hauteur des indices boursiers est un handicap terrible en raison de la fragilité induite
Il est temps de se comporter en adultes, pas en gamins qui gesticulent.
Rédigé par
Bruno Bertez
2 mars 2020

Pour que son action monétaire soit efficace sur les marchés, la Fed aurait bien besoin d’un coup de pouce budgétaire. Hélas, Donald Trump a déjà brûlé la majorité de ses cartouches…

Donald Trump accentue ses pressions sur la Fed :

« J’espère que la Fed s’impliquera, et j’espère qu’elle s’impliquera bientôt… Il faut y aller à fond, il faut mettre beaucoup d’argent. Notre Fed est assise là, elle ne fait pas ce qu’elle est censée faire. Ils ont rendu un mauvais service à ce pays. »

Je pense au contraire qu’en se donnant le temps de réfléchir, de tester et de simuler, la Fed rend un grand service au pays et au monde entier car elle ne peut se louper : les munitions sont très très rares et leur efficacité est douteuse.

Au lieu de faire de la politique à la petite semaine, Trump ferait bien de se mettre lui-même au travail – au vrai travail, car il en a sa part à faire.

Le coronavirus est immunisé contre les mesures de relance de la banque centrale. On l’a vu avec la courte demi-vie de la déclaration du président de la Fed, Jerome Powell, ce vendredi sur le marché.

Néanmoins les intervenants sont disposés à prendre en compte la baisse des taux des banques centrales – il suffit de regarder les anticipations sur les taux –, et puis il restera l’arme des QE dont on pense qu’elle finira par stimuler les achats tout en rétablissant la confiance.

Et sur l’économie réelle ?

Mais tout ceci concerne les marchés, les Bourses – personne n’a la moindre idée de l’efficacité que cela peut avoir sur l’économie réelle. Or pour que les marchés tiennent, il faut non seulement des mesures monétaires et financières mais aussi des mesures économiques ; il faut maintenir la croyance en une reprise en « V » ; seule cette croyance peut maintenir la lévitation des indices.

Des mesures budgétaires sont nécessaires.

On rentre alors dans la collaboration entre le monétaire et le politique. L’efficacité des mesures de Powell serait grandement améliorée s’il y avait un volet budgétaire… et c’est là qu’on mesure l’imbécilité de Trump, qui a par le passé gaspillé inutilement des marges d’action budgétaire.

Autre point, le sous-sol, la plomberie enterrée :

L’attention se concentre principalement sur le « put » de la Fed sur le marché actions, mais ce n’est pas là que se passe le plus important : des distorsions de marché induites par les principales banques centrales se sont probablement développées sur tous les marchés de produits dérivés.

Attention au sous-sol

C’est là, dans l’opacité, que se développent les risques.

On a vendu des assurances contre les inondations alors que nous étions en période de sécheresse ; le prix de ces assurances a été bradé.

Et avec ces assurance si bon marché, pourquoi ne pas prendre des risques, pourquoi ne pas construire cette maison de rêve au bord de l’eau ?

Les politiques des autorités ont non seulement incité à la prise de risque, elles ont aussi fait en sorte que le prix des assurances soit bradé.

Maintenant, ceux qui les ont vendues sont au bord de la faillite.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE
 J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.

A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s