Lundi noir sur les bourses. Spirale du pétrole. La Chine est notre avenir. De protéger et servir à surveiller et punir.

 

 

Le monde est fragile, tout se tient; c’est un système.

Voila le message que je fais passer depuis des années et des années.

Et c’est d’ailleurs le point principal dans ma critique de Trump: il ne le comprend pas; il n’a pas intégré cette notion d’interdependance multifacettes. Il croit que lui peut changer ce qui ne lui convient pas unilatéralement. Or les avantages des uns sont des éléments du puzzle au même titre que les inconvenients des autres , pour que « cela tienne » il faut que tout s’emboite.

La globalisation n’a pas seulement élargi les dimensions du monde elle a réamenagé toutes les relations et inter-relations et le fait de changer un des arrangements crée des modifications en chaine, imprévues.

Je vous dis cela par ce que ce matin une seule petite décision quasi anodine, comme le refus de la Russie de participer à la réduction de la production pétrolière pour réduire le surplus provoque une spirale qui destabilise l’édifice financier.

Elle  touche les prix du pétrole, les marchés d’actifs financiers , les marches de crédit et menace la stabilité. Une decision russe relance à un moment critique la grande frayeur déflationnise selon l’enchainement terrible: baisse des prix, mise en difficulté des producteurs marginaux de schiste , défauts sur les  dettes  risquées , destabilisaztion du marché des dettes, hausse des primes de risque et des couts des assurances contre les defauts, les CDS, fragilisation des banques   et par contagion, chute des marchés d’actions.

Lisez nos derniers textes vous comprendrez que la situation est d’une vulnérabiilité inimaginable.

Mais attention ne nous faites pas dire ce que nous en disons pas; je’ n’annonce pas l’Armagedon.

 

J’annonce pire que l’Armagedon, j’annonce l’état d’urgence liberticide  qui autorise tout.

Les autorités peuvent, en détruisant encore plus en profondeur le système, en l’avilissant et en aggravant les drames futurs repousser les échéances.

Il y a encore de multiples subterfuges à utiliser.

Il y a encore de mutliples libertés à confisquer, de possibilité d’imposer, de controler, de reprimer et de punir.

Hier j’ai expliqué que la Fed choisissait d’aller un peu plus loin sur la route qui conduit à Weimar.

Aujourd’hui je vous fais comprendre que la Chine avec son modèle autoritaire, répressif, fondé sur la violence sociale est notre avenir en raison de l’impossibilité du système de tenir spontanément, il ne peut plus tenir que par la force, la coercition. Il faut l’enfermer dans un carcan.

Il est maintenant acquis que l’adage de la police , protéger et servir  doit etre inversé en surveiller et punir.

Hélas j’ai toujours une longueur d’avance dans mon pessimisme . Quand cela se produira vous aurez deja oublié mon avertissement.

Lundi noir sur les Bourses.

Les places asiatiques pointent en très forte baisse ce lundi matin avec des écarts qui s’étagent de -2,6% à Shanghai, jusqu’à -7,3% à Sydney. La baisse moyenne est de 4% à Bombay, Hong Kong, Seoul et un peu plus forte à Singapour (-5%) et Tokyo qui chute de 5,4%.

En europe on chute de 4 à 6% .
Mais le décrochage le plus spectaculaire est celui du pétrole qui dégringole de près de 30%, avec un baril de brent qui retombe brutalement à 33$ après l’échec des négociations entre l’Opep et la Russie sur le niveau de production.

Les cours du pétrole retombent ainsi au plus bas depuis le début 2016, après l’annonce d’un échec de la réunion de l’Opep+. Après de longues tractations, la Russie a finalement refusé la proposition de l’Opep, menée par l’Arabie saoudite, qui avait recommandé aux pays de l’alliance dite Opep+ de prolonger leur accord jusqu’à la fin 2020, et d’abaisser leur production commune de 1,5 million de barils par jour supplémentaires.

Ce week-end, l’Arabie saoudite a réduit drastiquement le prix de vente officiel pour le mois d’avril de toutes ses qualités de brut vers toutes les destinations. Le groupe pétrolier saoudien Saudi Aramco a ainsi fixé son prix de vente officiel pour le baril de brut léger à destination de l’Asie pour le mois d’avril à 3,10 dollars de moins que la moyenne d’Oman/Dubaï, soit une baisse de 6 dollars le baril par rapport au mois de mars.

Vendredi, l’entente qui prédominait depuis trois ans entre l’Opep et la Russie a donc volé en éclats du fait de l’opposition de Moscou à une nouvelle réduction de la production de pétrole pour enrayer la baisse des cours due à l’épidémie de coronavirus. Le cartel, qui souhaitait une baisse supplémentaire de 1,5 million de barils par jour jusqu’à la fin 2020, a riposté en supprimant toutes les limites à sa propre production…

L’euro retrouve les 1,14/$

Les investisseurs continuent  de se ruer sur les obligations d’Etat, envoyant les taux des emprunts d’Etat américains à de nouveaux plus bas historiques.

Le dollar poursuit sa chute, avec un euro qui retrouve le niveau des 1,14/$ ce matin sur l’anticipation d’un nouveau geste rapide de la Fed, qui a déjà piloté une baisse de taux d’un demi-point mardi dernier en urgence.
L’or qui a progressé brièvement au-delà des 1700$ l’once dimanche soir, revient ce lundi matin sur les 1.665$.

 

 

4 réflexions sur “Lundi noir sur les bourses. Spirale du pétrole. La Chine est notre avenir. De protéger et servir à surveiller et punir.

  1. Quand je lis dans votre article, la police va faire du « surveiller et punir » je pense évidemment à Foucault, et puis Deleuze et autres que l’on a beaucoup moqué et critiqué ces dernières années.

    Ma foi … Encore une fois ils ne faisaient que décrire à l’avance l’évolution la plus probable de nos sociétés occidentalisées.

    Les penseurs d’avant garde sont des éclaireurs, un peu comme vous pour la finance et ils prêchent dans le désert ou presque.

    Comme nietzsche à son époque. Il n’est jamais trop tard pour lire Deleuze, pour Foucault c’est trop tard, le monde est déjà ce qu’il décrivait.

    J'aime

  2. « J’annonce pire que l’Armagedon, j’annonce l’état d’urgence liberticide qui autorise tout ».

    Vous avez raison, plus nous nous enfonçons, plus l’urgence de placer des garde-fous liberticides vont se faire sentir… in-fine, le modèle chinois fera des émules car à l’incertitude face à une perte de contrôle appelle en urgence son plus vile remède et ce remède c’est le modèle d’ingénierie politique et sociale montée à la schlague capitalo-communiste.

    Cette version synthétique et hybride correspond à une future réalité située « par delà » la ligne d’horizon temporelle.

    Tout le Système, pour survivre et se transformer, implique une réorganisation verticale et horizontale des sociétés; d’ailleurs, la manière d’appréhender l’épidémie en Chine est révélatrice du contrôle absolu appliqué par tous les moyens modernes techniques mis à leur disposition.

    La culture chinoise et plus largement asiatique fonctionne sur un fond collectiviste ou la soumission individuelle passe par le sacrifice personnel… Ce sera plus compliqué en occident, mais la mise en quarantaine de 15 millions d’habitants en Italie préfigure du mimétisme adaptatif à étendre partout.

    On se retrouve à être les cobayes d’une immense expérience de labo.

    Il me revient, dans un tout autre contexte et à une époque très proche, le cas grec et chypriote ou les événements crisiques avaient permis plus largement de tirer des leçons et réagir ici et là par des lois positionnées en amont des futures crises prévisibles aux quelles nous devrions tous faire face (crise de la dette et bancaire, dispositif légal autorisant les bail-in…).

    Quand on sait ce que valent des mots aussi creux que « démocratie », « référendum » ou « souverainet » on peut comprendre qu’il ne faille qu’un catalyseur comme le covid-19 pour accélerer la métamorphose entropique d’une économie et d’un système financier mondial en un champ de ruine sociale.

    Le modèle politique centralisé chinois avec sa galaxie d’entreprises privées encadrées par un cœur politique non élu comme pour l’U.E, garantie, par la mise sous tutelle des populations, que les institutions façonnées par les seigneurs ultra riches et la métairie du monde politique, nous feront entrer de plein pied dans un néo-féodalisme ou la sphère technologique sera le moyen -rendu plus efficace- pour transformer la sphère sociale et économique mondiale en un « village global Potemkine ».

    Quant au domaine financier, il aura d’ici-là, passé la crise terminale, devenue une entité globale dotée d’une nouvelle devise-étalon. Il ne s’agit plus d’avoir un Empire monopolistique avec une géographie distincte mais bien un empire-monde monopolistique sans géographie définie… ce qui colle bien avec l’idée que plus riche vous êtes plus mondialisé vous serez.

    Cela nous entraîne sur un non-territoire culturel car il n’est ni culture, ni civilisation sans différence et ce qu’ils veulent c’est l’indistinction que représente le modèle apatride, déraciné et sans attache au terreau du passé….

    Faire table-rase du passé, c’est pensent-ils pouvoir jouir de la création dont vous êtes le créateur, c’est jouir en toute puissance dionysiaque du profit de diriger le monde comme on produirait dans une immense serre hyper-connectée les bonnes tomates sans saveur à taille unique sans que celles-ci n’aient de racines plongée dans la terre mais dans un liquide nutritif calculé pour les objectifs de profit à moindre coût, toute l’année et sous lumières artificielles délivrées à doses millimétrées,

    L’idéal de puissance veut faire son saut qualitatif et outrepasser les contraintes d’incertitude propre aux écosystèmes naturels.

    J'aime

  3. Cher Mr Bertez,
    « La Chine est notre avenir » (…) « Weimar » : ça fait plaisir de vous lire, je me sens moins idiot et moins seul dans les conversations de dîners en ville… Une fois encore, vous éclairez de façon historique, technique, explicite, détaillée, certaines intuitions que peuvent avoir vos lecteurs de longue date.
    Amicalement.

    J'aime

    1. Je vous remercie.

      Ma démarche est historique non pas au sens de rechercher des analogies, car celles ci sont trompeuses, mais au sens de découverte des forces qui agissent et qui produisent des effets prévisibles.

      Le monde est causé, ce sont les causes qui produisent l’histoire, pas les intentions, pas les disocurs, pas la subjectivité. Donc le travail consiste à trouver , à analyser les causes organiques qui sont à l’oeuvre à un moment donné.

      L’histoire est matérielle et elle est objective, elle n’est ni spirituelle ni subjective.
      c’est cette demarche jointe à une approche pluridisciplinaire et à un suivi de l’actualité tres étroit qui produit mes textes.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s