A lire. Les differentes étapes de la fuite devant la monnaie. Les marchés tiennent les banques centrales par les c…..les .

A lire. les différentes étapes de la fuite devant la monnaie

Les différentes étapes de la fuite devant la monnaie selon Artus. Extrait

La monétisation des dettes publiques va entrainer une hausse énorme, de l’ordre  de  70% de l’offre de monnaie, c’est à dire de la base monétaire  par les banques centrales.

Une création monétaire aussi forte va conduire à la défiance des agents économiques vis à vis de la qualité, de la valeur de la monnaie.

Elle va conduire à la fuite devant la monnaie. Quelles en sont les différentes étapes?

-Comme tous les pays font la même chsoe, il n’y aura pas d’incidence sur les taux de change, tout se dévalorise en même temps. C’est ce que l’on observe.

-Mais les épargnants et investisseurs vont essayer de se débarrasser de cette monnaie pour acheter des actifs comme les actions, l’immobilier , l’or etc . Ainsi vont se développer des bulles sur tous les prix des actifs , c’est ce que l’on a vu avec la crise des subprimes et cela va empirer après la crise du Covid.

-Le sentiment de perte de valeur de la monnaie va conduire les agents économiques à rechercher d’autres monnaies de transaction que les monnaies officielles dévalorisées ; ceci ouvre la porte aux monnaies privées de type crypto par exemple.

-ce n’est que si le réflexe de défiance vis a vis de la monnaie conduisait , pour se débarasser de la monnaie, à des achats de biens et services et non à des achats d’actifs qu’il y aurait inflation des prix des biens et services . Pour l’instant ceci ne s’observe pas.

Tel est en gros ce que pense Artus.

Mes observations.

La création de monnaie vise à stabiliser le système financier et boursier. Donc elle est réalisée de telle façon qu’elle se dirige vers les marchés boursiers, en soutiennent les prix, et au fur et à mesure que la spéculation prend conscience du phénomène, elle s’enhardit , une nouvelle bulle encore plus grosse se forme.

Cette bulle est cynique c’est à dire quelle ne se pose pas la question de la surévaluation du prix des actifs et de la rentabilité future des placements pour la bonne raison, que ce ne sont pas des placements mais des spéculations qui font monter les cours. On joue non pas la rentabilité du placement mais des écarts de cours .

Les acheteurs ont une vision de court terme, une vision de prédateurs, ils viennent « tirer un coup ».

En quelque sorte ils « jouent » les actions, les mesures  des banques centrales et non pas le résultat de ces actions. Ils jouent comme on dit en Bourse « sur le poil des banques centrales » , lesquelles leur font donc un  splendide cadeau.

Ces spéculations sont en quelque sorte des achats d’initiés car les banques centrales d’une part font toujours la même chose depuis 1987;  elles sont prévisibles et d ‘autre part elles téléphonent leurs coups. Ce que l’on appelle la communication et les guidances.

Les marchés savent par avance à la fois ce que les banques centrales vont faire et en même temps elles savent que ces même banques centrales ne peuvent plus les laisser tomber; ces achats sont des achats « rogues », « voyous »en quelque sorte par des opérateurs qui tiennent les banques centrales en otage.

Comme on dit les marchés tiennent les banques centrales par les couilles.

Donc le regonflement de la bulle consiste à acheter des actifs longs avec  de l’argent court et à acheter des actifs à risque sachant que l’on aura l’argent gratuitement  et que l’on ne risque rien à court terme  puisque  les banques centrales fournissent le financement, soutiennent les cours et protègent  des erreurs ou des excès d’avidité .

C’est la situation idéale en terme de spéculation:

-les banques centrales ont peur, elles sont terrorisées et tétanisées donc elles paient, elles crachent face au risque/chantage

-l’économie productive va mal  et donc l’argent n’y va pas, l’argent reste dans les marchés, dans la loterie toujours gagnante,  dans l’imaginaire hédonique   boursier.

Comme l’argent ne va pas  dans le réel il n’y a pas de hausse des prix des biens et des services, pas d’inflation et peu de croissance donc la banque centrale peut continuer à arroser et maintenir  sa politique

La question importante va se poser à l’avenir, au prochain tour du manège spéculatif; lors du prochain choc, les actifs financiers seront encore plus surévalués, les marchés seront encore plus fragiles, les banques centrales pourront encore  moins tolérer  une baisse des bourses et elles devront encore plus cracher  au bassinet.

Lisez Artus :

https://www.research.natixis.com/Site/en/publication/uFeCFYRiY4JWSlR7KxGWSzlOzK_C6FA87IrIMB60wZo%3D?from=email

4 réflexions sur “ A lire. Les differentes étapes de la fuite devant la monnaie. Les marchés tiennent les banques centrales par les c…..les .

  1. Mr Bertez,
    aidez moi à comprendre, puisque vous parlez de mr artus

    Vers 2 min 45 minutes, il est dit que si la banque centrale cherche à réduire la taille de son bilan, cela revient à ce qu’elle vende les dettes achetées. Donc réduire son bilan ne revient pas à détruire les lignes de crédit (qui ont été remboursées).
    J’en déduis que la destruction monétaire n’est qu’un vain mot ? (mais pas la création de dette…).

    Il n’y aurait jamais destruction pure et simple de la monnaie? Et donc les explications sur le cycle de la monnaie seraient fausses?
    Merci de vos lumières.

    J'aime

      1. Merci de votre réponse : je voulais juste comprendre l’idée suggérée mais non développée en soi par mr artus : si réduire la taille d’un bilan d’une banque c’est vendre à une autre, et non pas détruire purement et simplement… alors la taille globale de la masse ne se réduit pas ; l’argent ainsi non détruit (?) finit on ne sait où (paradis fiscal?) mais continue à peser sur les acteurs. Soit directement soit indirectement.
        Au fond je demande qu’on explique enfin ce qui est entendu par destruction monétaire ; et les éléments concrets prononcés par M. Artus nous laissent penser qu’elle n’existe pas.

        J'aime

      2. Dans notre système la monnaie est créée par la dette. uUne destruction de dette quelle que soit sa cause produit une destruction de monnaie. Tout est beaucoup plus complexe mais le fond c’est cela. Les transferts de dettes ne sont pas de la destruction de monnaie. Tant qu’ils ne sont pas détruits tous les actifs monétaires et quasi monétaires doivent bien être détenus par quelqu’un!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s