BCE plante un poignard dans le dos de votre épargne… Mais certainement pas pour sauver les salaires comme le prétend Lagarde mais pour sauver les spéculateurs et rémunérer le vice.

5 réflexions sur “BCE plante un poignard dans le dos de votre épargne… Mais certainement pas pour sauver les salaires comme le prétend Lagarde mais pour sauver les spéculateurs et rémunérer le vice.

  1. Bonjour, et bravo pour vos analyses qui peuvent néanmoins refroidir un petit épargnant.
    Personnellement, j’ai 2 assurances vies qui ont tendance à rétrécir en capital, si de plus le risque de la confiscation panne, que faire ?
    Vous conseillez le métal or en placement, mais si à moyen terme, un besoin d’argent se faisait, la cotation du moment ne serait peut être pas au top au même moment.
    La bourse sur des valeurs sûres ne serai-il pas une solution plus ‘facile’, avec des niveaux encore bas en ce moment.
    Merci de votre éclairage.
    Cordialement

    J'aime

  2. « Obligataire de taux pour bénéficier des baisses plutôt que de les subir sur votre assurance vie au modèle complètement obsolète. » Pouvez-vous préciser ce point là qui n’est pas très clair ? Merci

    J'aime

    1. Il existe deux manières de générer une plus-value avec une obligation : le coupon et le taux.

      Généralement, nous n’abordons l’investissement obligataire que sous l’angle de l’assurance vie qui, par construction, NE peut PAS générer de plus-value grâce aux taux, ce qui en fait un placement obsolète dans la situation actuelle car les potentiels sont sur les taux pas sur les coupons (0,5% à 20 ans est plus que ridicule pourtant vous pouvez être sûr qu’une partie de cette obligation émise la semaine dernière va se retrouver dans nos assurances vie).

      Cela fonctionne comme une action : le coupon correspond au dividende que vous recevez chaque année et le taux au gain en capital que vous réalisez selon l’offre et la demande.

      Lorsque vous investissez dans une assurance vie, c’est un peu comme si vous investissiez dans Amazon uniquement pour les dividendes et sans jamais prendre de plus-value sur le capital : ces 5 dernières années, la valeur de l’action a monté de 600% en capital mais aucun dividende n’a été versé.

      L’obligataire souverain est dans une situation que l’on pourrait comparer à Amazon : la demande est telle qu’il n’y a pas besoin de verser de coupon (ou de dividende dans le cas d’Amazon) et les investisseurs en sont très heureux car ils se concentrent sur les gains en capital, pas sur les dividendes ou coupons.

      Or dans le cas de des obligations, leur valeur augmente lorsque les taux baissent (une baisse des taux signifie qu’il y a tellement de demande pour l’obligation que des investisseurs sont prêts à accepter un coupon inférieur pour la même obligation). C’est la loi de l’offre et de la demande.

      Lorsque les taux baissent de 1% sur une obligation à 10 ans, cela correspond à une plus-value entre 8 et 10% pour le détenteur de l’obligation dont les taux ont baissé.

      Ainsi, même si l’État français vient d’émettre une obligation à 20 ans à 0,5% les investisseurs entendent bien faire une belle plus-value : ils anticipent une baisse des taux. Si le taux de cette obligation passe à 0%, cela correspond à une plus-value de 10%.

      Or, l’obligation française a été plus de 7 fois souscrite, cela signifie que la demande est énorme et les taux vont très certainement baisser, apportant les taux espérés aux détenteurs de ces obligations.

      Voilà ce que j’appelle l’obligataire de taux, c’est l’obligataire qui ne cherche pas de plus value grâce au coupon mais grâce à l’anticipation de baisses de taux.

      J’espère avoir répondu à votre question.

      glf

      J'aime

      1. Si j’ai bien suivi et pour résumer si vous achetez des obligations via des dealers d’assurance vie vous ne pouvez pas profiter des plus values du marché secondaire que vous auriez si vous pouviez les vendre quand d’autres à plus bas rendement sont offertes à la vente sur le marché primaire.

        J'aime

    2. Oui, pour les fonds euros d’assurance vie (le problème est différent pour les Unités de Compte).

      Une assurance vie est constituée à 80% d’obligations. Si les taux baissent, l’assureur peut vouloir vendre ses obligations, mais par quoi va-t-il les remplacer ? Il ne peut pas augmenter significativement ses investissements immobiliers ou actions car il prendrait alors trop de risques pour un investissement garanti en capital, idem pour l’or qui est trop volatil. Il ne peut pas non plus mettre son fonds en cash… Il n’a pas d’alternative. Se pose également le problème de la répartition des gains entre assurés si vous gagnez +20% une année et perdez -3% la suivante, c’est beaucoup mieux que de gagner 2% chaque année mais comment répartir les gains entre les assurés qui entrent et qui sortent ? C’est un casse-tête. L’assurance-vie est une sorte de Titanic incapable d’évoluer parmi les icebergs.

      En revanche, vous pouvez vous positionner sur les baisses de taux par vous-mêmes à court terme, réinvestir vos gains en immobilier lorsque l’inflation reprendra et elle va reprendre d’ici quelques années, redonnant à l’immobilier son intérêt de rempart contre l’inflation, puis vous concentrer sur l’or sur un horizon plus long de destruction des monnaies (nous finirons par y venir, nos monnaies sont pourries).

      Tout ceci n’est pas sûr bien évidemment, mais si l’on regarde les cycles monétaires, c’est une hypothèse très sérieuse.

      glf

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :