La priorité des priorités est de prendre conscience de notre situation

Je ne renierais pas une ligne de ce qui est écrit par l’excellent Maxime tandonnet.

Que nous dit-il?

Il nous dit :

-que le problème ce ne sont pas les hommes, mais le Système

-que le choix des hommes est superficiel et manipulé

-qu’il n’y a pas d’homme providentiel

-que le peuple français est infantilisé

-que personne n’a de baguette magique

-que nous en sommes plus en démocratie

-que la priorité est de favoriser une prise de conscience de tout cela.

Lisez ce texte bref mais clair et pointu.

Le problème, ce n’est pas Macron, le Pen, Maréchal, Hidalgo, Jadot, Baroin ou autres qui ne sont que des épiphénomènes. Nous vivons dans un système à la fois scandaleux et absurde, qui est à la source de l’effondrement politique français.

Les élections présidentielles, clé de voute du régime privilégient le choix d’un individu sur le débat d’idées et de société  [au contraire de législatives].  Elles se fondent sur la sensation collective, l’émotion produite par une image télévisuelle. Le supposé programme présidentiel est secondaire sert d’habillage au choix d’un personnage. Il est demandé aux Français de s’en remettre à un gourou, et non de choisir leur destin en peuple adulte; de se soumettre à un visage plutôt que de réfléchir à un projet.

Or, l’émotion collective à l’œuvre derrière le choix de ce gourou est toujours le fruit d’une manipulation médiatique: elle repose sur le nombre d’apparitions à la télévision et le matraquage sondagier autour d’un personnage. La sélection du futur occupant de l’Elysée procède ainsi largement de ceux qui contrôlent les grands médias téléradios : TF1, F2, Europe 1, RTL, BFM, etc.  Ce mode de fonctionnement est une source de médiocrité: le pouvoir médiatique, (ou de l’argent), choisit des individus qui lui ressemblent: peu instruits, inintelligents, narcissiques et sans caractère.

Il repose sur une supercherie: le mythe d’un « chef », supposé inspirer l’autorité, en contrepoids, miroir inversé du délitement accéléré de la société française, naufrage dans la violence endémique, effondrement du niveau scolaire, chômage gigantesque, flambée de la dette publique, migrations hors contrôle, perte de l’influence planétaire. Cependant, ce « guide » de la nation ne dispose strictement d’aucune baguette magique pour conjurer la désintégration et la chute du pays. Présenté comme un sauveur, un sauveur impuissant, il ne lui reste qu’une issue: la fuite dans l’illusion, l’esbroufe, la grandiloquence, le culte de la personnalité, le spectacle, les coups de communication, le mensonge et la dissimulation.

Il aurait pour mission, paraît-il, « d’incarner ». Incarner quoi? Le chaos, le néant, la manipulation massive des Français, la bêtise ambiante? Non: incarner la Nation! Nous y sommes: le principe fondamental du régime, son socle idéologique: la vanité prétentieuse. Oui, mais que proposez-vous M. Tandonnet? D’abord, une prise de conscience. Quand les Français, au moins une large majorité d’entre eux, auront compris que l’on se moque d’eux, que l’on se moque d’eux outrageusement, que l’on se moque d’eux ignoblement, le temps sera venu d’abattre ce système et de songer à restaurer une démocratie française digne de ce nom.

Maxime TANDONNET

8 réflexions sur “La priorité des priorités est de prendre conscience de notre situation

  1. Le peuple français, il n’a existé que sous la répression sanguinaire de la ‘republique’ après la révolution française, avant c’était un ensemble de ‘peuple régionaux’, nous sommes maintenant revenu à des ‘peuples’ ou plutôt des communautés vivant sur le même territoire…ces mêmes communauté divisé par leurs tensions internes … mulsuman : tchétchène contre algérien contre turc …ect …. africaine : malien contre soudanais contre tchadiens …ect… asiatique : chinois contre laotien contre indonésien … chrétiens contre mulsumas … homo contre hétéro … noir, arabe, asiatique contre blanc …mille barils de poudre et mille allumettes … tous contre tous et comme le ‘pouvoir’ n’est plus capable de faire respecter ‘l’etat’…. cela finira soit par une dictature sanglante soit par un effondrement et des temps ‘barbares’ … nous vivons la chute de Rome … ceux qui pensent que cela peut s’arranger sont a mon avis de doux rêveur … Michel Onfray et d’autres qui pensent que l’idéal ‘ republicain ‘ peut unifier tous se ramassis venue de la planète entière avec leur haine leurs rancoeur leurs rage leur revendications ‘communautaire’ sont des bisousnours .

    J'aime

  2. Même en supposant l’extraordinaire, c’est à dire l’émergence d’un homme providentiel, je pense que cet homme ne serait jamais élu !

    Le seul vote efficace c’est celui de la providence que fournit en retour la contrainte de l’Histoire… telle une singularité émergente du chaos systémique. Quant au Système, il s’incarne dans la technologie et apparaît comme technostructure mais celle-ci pour asseoir organiquement sa logistique empirique et survivaliste se doit de croître; elle s’inféode les hommes et les femmes (technocrates) qui sont parodiquement les prêtres (« Oints du Seigneurs » de C.Gave) au service de l’Eglise/Système. Le dogme de la croissance est à l’arrière court de la légitimité médiatique des économistes et politiques mais il y a le profit que suscite la tendance native à l’idéal de puissance et de jouissance. Leur zone de confort s’exprime dans la soumission des peuples alors même qu’ils sont esclave d’eux-mêmes et du Système. C’est en cercles concentriques que le Système enveloppe la logique des technocrates qui est elle-même l’enveloppe mentale des peuples… l’Hybris confine à l’ignorance dans sa pureté diabolique, elle les rend aveugle et c’est comme aveugle qu’ils guident dans l’entropie dantesque et collective d’autres aveugles (les peuples).

    J'aime

  3. Une certaine prise de conscience se manifeste mais semble, pour le moment, restreinte à une minorité de la population. La propagande quotidienne à l’oeuvre pour empêcher cette prise de conscience « du foutage de gueule » est malheureusement redoutablement efficace.

    Pour se désintoxiquer de la propagande et comme le préconise notamment le Dr Trotta au sujet de la « crise sanitaire » : « Eteins ta télé et allume ton cerveau ».

    J'aime

  4. La dictature était une magistrature exceptionnelle de la République romaine, à laquelle on recourait en temps de crise aiguë…

    Le président de la 5e République française est un dictateur masqué, flanqué de son maître de cavalerie premier ministre (syndrome rantanplan)…

    Un dictateur perpétuel, c’est Jules César: la solution politique se règle à coup de poignard (33 exactement), dans cette situation…

    NB: l’étude de l’histoire antique a été systématiquement démolie dans le secondaire et au-delà, on préfère étudier la « vie quotidienne » des Romains…

    J'aime

  5. Je suis pour ma part assez pessimiste au sujet de la prise de conscience des Français.
    La maladie dont nous souffrons couve depuis très longtemps, et il y a au moins une vingtaine d’années que les Français auraient dû prendre conscience que leurs dirigeants les mènent tout droit vers une impasse, voire une catastrophe, et que le système se délite de plus en plus rapidement, vers le naufrage final.
    Et rien ne se passe !

    Ceux qui tirent les ficelles du système ont-malheureusement-atteint leurs objectifs :
    L’individu est maintenant comparable à une « matière première », un matériel humain interchangeable et manipulable à volonté, réduit à son seul aspect utilitaire de producteur, consommateur et contribuable, bien formaté par les médias et l’enseignement, au service d’une oligarchie avide de pouvoir et d’enrichissement personnel.

    L’individu a perdu toutes ses traditions et raçines, et, hormis la satisfaction de quelques besoins très matérialistes, il n’a plus aucune personnalité, aucun idéal, il est incapable d’un jugement autonome, extrêmement divisé (diviser pour mieux régner) et est soumis à toutes les dérives du pouvoir. Il accepte tout !

    Dans ce contexte, je doute beaucoup d’une prise de conscience qui tiendrait du miracle.
    Ou alors, à ce moment là, la catastrophe sera déjà consommée et il sera beaucoup trop tard pour agir.
    Même en supposant l’extraordinaire, c’est à dire l’émergence d’un homme providentiel, je pense que cet homme ne serait jamais élu !

    L’individu est aujourd’hui complètement déraçiné, la nation, la famille, la religion, toutes les bases nécessaires à une renaissance n’existent plus, il n’y a plus de dénominateur commun entre les individus.

    J’irais même plus loin, y a t il vraiment encore un intérêt commun entre les individus, forment ils vraiment un peuple ou une simple réserve humaine disponible et soumise aux oligarchies ?
    S’il arrivait une catastrophe économique grave et durable, que resterait il comme lien, comme ciment social, entre des individus qui ne partagent aucun idéal, hormis le matérialisme réduit à sa plus simple expression ?

    Il ne faut pas oublier que les civilisations sont mortelles, comme le disait, je crois, Paul Valéry, et que le musée du Louvre est plein de vestiges de civilisations brillantes qui ont disparu.

    Au passage, je me permets de souligner que l’orgie de monnaie-papier a, par le passé, totalement détruit l’immense Empire Mongol du XIII ème siècle, avec l’invention du « Zhongtong chao ».
    Le cours légal de la monnaie, c’est Kubilai Khan, qui l’a inventé.

    Voir le lien suivant dont voici un extrait :
    https://www.contrepoints.org/2012/09/19/97793-lecon-dhistoire-monetaire

    « Dès le milieu des années 1270, Kubilai va révéler le véritable sens de sa réforme monétaire : il va financer ses dépenses grâce à sa planche à billets. Les montants imprimés, au regard de ce qui s’était fait jusqu’alors, sont absolument colossaux : à partir de la seconde moitié des années 1270, le volume des billets émis chaque année aura une valeur faciale régulièrement supérieure à un millions de ding – soient l’équivalent de 2 000 tonnes d’argent par an. (…)

    Moins de 30 ans après sa création, la monnaie-papier de Kubilai Khan ne vaut pour ainsi dire plus rien, les chinois sont ruinés, l’économie est en lambeaux et la révolte gronde aux quatre coins de l’empire. »

    Nous allons voir si les mêmes causes produisent les mêmes effets…

    J'aime

  6. C’est pour cela que marine le pen doit etre elue: pour que les gens voient qu’elle ne pourra rien faire car tout « l’etat profond » +l’ue + la bce lui mettront des batons dans les roues comme cela c’est passé dans l’italie de salvini ou les usa de trump.

    Apres cela,le decor potemkine de nos democraties tombera et beaucoup de citoyens comprendront. Ou peut etre que la marionnette RN se degonflera et retombera a 8% apres un premier mandat qui revelera son hypocrisie ce qui nous debarrassera de ce parti pour longtemps…

    J'aime

  7. Très bon texte oui

    Je partage également le point de vue de l’auteur et je vous remercie de nous le proposer en lecture.

    Je crains cependant que la prise de conscience ne passe pas autrement que par la violence, la révolte, l’opposition physique au « système ». Quand l’espoir aura perdu de sa substance temporaire, entretenue, quand il sera devenu vain, quand la masse n’aura plus rien à perdre, quand l’embourgeoisé sentira son environnement vaciller, quand le bobo descendra un peu de son vélo, comme un hamster qui pédale dans sa prison, alors oui, il y aura une possibilité de changement, de rupture surtout.

    Une rupture engage la politique, l’économie, le social, le sociétal, la globalisation, l’Europe comme il en est d’une soif de liberté, une bouffée d’oxygène dont on ne connait pas par avance le prix à payer.

    Je suis surement plus pessimiste que ce brillant auteur.

    Il faut toucher le fond, on est sur la bonne voie, cela accélère sur tant de sujets.

    Sait-on encore se battre pour nos valeurs, notre devenir ? J’ai des doutes.

    Avons-nous trop longtemps vécu en paix pour que les dernières générations mondialisées soient anesthésiées ?

    On pourra surement se créer un avenir quand on approchera du fond, je crains qu’on en soit encore loin. Il nous avoir mal , très mal. Il y a de la résilience à cet enfer, la seule résistance vient plutôt des ainés, pas des mondialisés.

    Nous ne partageons plus le même monde, c’est un constat. Nous ne projetons plus aux mêmes endroits, ni au même rythme, nous ne partageons plus les mêmes attaches, nous n’avons presque plus d’histoire commune.

    On a tous lu les sondages qui indiquent que le français réclame à 82 % un chef, un vrai, un taulier si on peut dire. Qu’il aille alors d’abord voter ! Des hommes sont morts pour ce droit, avant de réclamer un chef, autant commencer par respecter nos ancêtres et leurs combats. Charité bien ordonnée, commence par soi-même , même si on vote blanc.

    Je ne crois pas, ou plutôt plus, à l’homme providentiel élu par les urnes. Je crois à celui qui sera demandé par le peuple comme l’homme du recours, dans une forme de probité comme une image projetée dans l’inconscient collectif. J’ai bien une idée, mais à sa place, j’attendrai qu’on vienne me chercher, entre temps, je montrerai le bout de mon nez de temps à autre… Ce n’est qu’ une question de rendez vous avec l’Histoire, et il le sait, à ne pas en douter… Un chef, c’est aussi un stratège et un fin tacticien…

    J'aime

  8. Pas mieux
    « Quand les Français, au moins une large majorité d’entre eux, auront compris que l’on se moque d’eux, que l’on se moque d’eux outrageusement, que l’on se moque d’eux ignoblement, le temps sera venu d’abattre ce système et de songer à restaurer une démocratie française digne de ce nom. »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s