Le bilan du système est en faillite, il faut truquer les comptabilités et encore, encore baisser les taux.

Les crise sont des effets de stocks, des effets d’accumulationn des effets de rupture qui sont parfaitement imagés par le sens commun qui utilise des images comme :

-la goutte d’eau qui fait déborder le vase

ou

-le fétu de paille qui brise le dos du chameau

Je me bats depuis des années pour faire comprendre ce phénomene à savoir que les effets de flux masquent pendant un certain temps les effets de stocks mais que, in fine, ce sont toujours les effets de stocks qui gagnent.

Comme dans les avalanches si vous voulez.

Les idiots appelllent cela les cygnes noirs!

Non! Les effets de stocks sont prévisibles dans leur révulsion , simplement ils ne sont pas prévisibles en terme de calendrier car il faut des phénomènes déclencheurs, des causa proxima.

La crise de 2008 était deja une crise de stock, une crise de stock excessif de dettes, de stock excessif de leverage et de refinancement court. Bref c’etait une crise de bilan, de désajustement entre les actifs et les passifs. Trop de passifs face à trop peu d’actifs en face.

On a masqué la crise de bilan en inflatant les gages, c’est à dire en gonflant la valeur des actifs financiers et patrimoniaux; en quelque sorte on a révalué les bilans!

On a réévalué les bilans plutot frauduleusement, afin de donner une apparence de solvabilité.

On a, si vous voulez, gonflé la valeur des gages en représentation des dettes . Cela a dissimulé l’insuffisance des cash flows nécessaires pour honorer les dettes, et en même temps cela a permis de rouler les dettes et de les accumuler encore plus.

La baisse continue des taux a permis de réévaluer les actifs financiers, par exemple en continu, puisque les actifs anciens qui rapportent plus sont recherchés chaque fois que l’on baisse la rémunération des actifs nouveaux. Un actif qui rapporte 4% se revalorise immédiatement quand la rémunération moyenne sur le marché devient 2% et a fortiori 0%, tout le monde comprend cela.

On a produit systemiquement des faux bilans , non sincères en terme orthodoxes, c’est à dire en regard des cash flows qui sont normalement nécessaires pour les valider. Car n’oubliez jamais les dettes cela s’honore par des cash flows. Sinon pour les honorer il faut vendre des actifs , mais si le système doit vendre ses actifs, alors tous les prix fictifs s’écroulent et le pot aux roses se révèle.

Vous trouverez ci dessous un extrait d’interview de Carmen Reinhart qui tourne autour de ces questions.

Bloomberg,

Dans une interview mercredi matin avec Bloomberg , l’économiste en chef de la Banque mondiale, Carmen Reinhart, a déclaré sans ambages:

 » ne confondez pas le rebond avec une reprise. « 

Reinhart a déclaré: « un rebond cette année laisse toujours le revenu par habitant en dessous de ce qu’il était avant la crise des covid ; le qualifier de reprise est trompeur. »

Elle a ajouté qu’un an après le début de la crsie, le monde faisait toujours face à des taux d’infection « records », ajoutant que « plus cette pandémie virale se prolonge, plus il y a de perturbations en termes d’emplois, en termes de fermetures d’entreprises. Nous sommes loin de revenir à tout ce qui ressemble à la normalité. « 

Reinhart a déclaré qu’elle était « très préoccupée par le fait que plus cela durera, plus les bilans des particuliers, des ménages, des entreprises et des gouvernements seront sollicités – c’est une degradation cumulative qui, je pense, va créer des problèmes classiques de bilan .

Blâmant la résurgence de la pandémie virale, elle a déclaré que la croissance économique pour 2021 seait « réduite ».

Elle a également déclaré: « il y a eu un problème qui a été retardé mais qui n’a pas été évité » – c’est la capacité des ménages à rembourser leurs hypothèques et à rembourser toute autre dette. Pendant la pandémie de virus, les institutions financières du monde entier ont accepté de délais de grâce pour les entreprises et les ménages, afin qu’ils n’aient pas à rembourser leurs dettes. »

Reinhart pose ensuite la question à un trillion de dollars: que se passera-t-il lorsque ces périodes de grâce prendront fin?

En clair, en résumé, Reinhart suggère que le monde est confronté à une crise financière si la pandémie continue de ravager l’économie mondiale.

La dernière note de recherche du co-fondateur de GMO, Jeremy Grantham, suggérait que « cette bulle éclatera en temps voulu, peu importe les efforts de la Fed pour la soutenir, avec des effets néfastes sur l’économie et les portefeuilles. Ne vous y trompez pas , pour la majorité des investisseurs d’aujourd’hui, cela pourrait très bien être l’événement le plus important de leur carrière « 

.

3 réflexions sur “Le bilan du système est en faillite, il faut truquer les comptabilités et encore, encore baisser les taux.

  1. Les investisseurs professionnels pourraient-ils déclencher celle-ci?

    Si par peur, ou par conscience, de ce que représente la Crise à venir, ils vendaient massivement, ou se retiraient.

    Vos derniers articles montrent que les langues se délient…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s