BIllet: l’éléphant dans la pièce, il pille tout, détruit tout et vous le financez !

Personne n’ose analyser les conséquences désastreuses de la hausse des marchés financiers: elle détruit nos societes et nos tissus économiques.

Plus c’est gros plus cela passe; l’enrichissement sans cause des détenteurs de portefeuilles est colossal, Ils bénéficient d’un droit de prélèvement sur la richesse mondiale qui bouleverse tout: nos arrangements politiques, nos arrangements sociaux, nos organisations économiques. Ils détruisent nos tissus et nos structures.

Avec ce pouvoir d’achat tombé du ciel, les ultra-riches et les firmes qu’ils contrôlent rachètent les start-up qui innovent, les parts de marché des sociétés traditionnelles, ils coulent les formations pré-capitalistes. Et tout le monde s’en fiche. Avec les centaines de milliards tombés du ciel de politique monétaire, ils s’arrogent le pouvoir de décider de ce qui est adapté et de ce qui ne l’est pas. Est-ce que les plate-formes qu’ils créent, comme Uber et autres, représentent un véritable pouvoir économique, ou bien est-ce du simple pillage. C’est un exemple parmi d’autres et il mérite d’être analysé, ce qu’aucun gouvernement ne fait.

La monnaie gratuite, la monnaie tombée du ciel, les rachats de titres longs, tout cela bénéficie aux chouchous des banques, c’est à dire aux déjà très riches. Goldman Sachs, Citi ou JPMorgan financent des prédateurs et ils peuvent le faire parce que le système est organisé pour cela: le système prend à sa charge tous les risques, il solvabilise tout le monde et l’alchimie des marchés financiers avec, en particulier le scandale du dysfonctionnement des IPO, vient ratifier le tout. Le public imbécile vient servir de relais aux prédations du capital, ce qui est un comble. Ce pauvre public voit ses structures économiques détruites par ces gens et il leur tend le capital pour pouvoir être détruit encore plus sûrement. Lénine avait raison, le capital, c’est à dire le petit capital, celui du public, est tellement bête qu’il tend lui-même la corde pour être pendu.

Nous sommes dans une phase du capitalisme totalement perverse.

Le capitalisme financier n’est possible que parce qu’il pille la monnaie, pille le bien public, pille les épargnes, mais en même temps qu’il pille, il détruit les formations économiques historiques, souvent pré-capitalistes, mais très adaptées à leur environnement, qui ont sécrétées l’épargne.

Ils pillent le passé, pour le détruire à leur profit.

Image

Une réflexion sur “BIllet: l’éléphant dans la pièce, il pille tout, détruit tout et vous le financez !

  1. 2 faits á signaler :

    a) pour Uber etc… c’est vrai c’est scandaleux, concretement depuis sa création uber perd 1,15$ par course, proposant des tarifs qui ont détruit les taxis qui eux ne disposent pas du magic money pour se battre.

    b) la richesse des 1% est mark to market, dans 6 mois on en reparle

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s