L’ islamo gauchisme est une opération de manipulation politique, une sale OP des ingénieurs sociaux

Mon avis: toute tentative d’analyse de l’islamo gauchisme en lui même, en fonction de ce qu’il est, de son histoire, ou de ses origines passe à coté de la problématique actuelle.

Quelle est la fonction du thème de l’islamo gauchisme dans l’âme française en ce début 2021? Le reproche, l’insulte d’islamo gauchisme bouchent un trou, c’est un point de fixation, un collecteur d’affects négatifs sur lequel on projette à la fois du réel et du fantasme.

La question de l’islamo gauchisme n’est pas de savoir ce qu’il est en lui même , mais celle de la fonction qu’il occupe dans la société française et ce aussi bien du coté des sympathisants de l’Islam comme Mélenchon que du coté de ceux qui le repoussent, le stigmatisent et l’instrumentalisent dans le combat politique.

L’islamo gauchisme a egalement une fonction d’insulte ou de démonisation à l’égard de ceux que l’on accuse d’y être favorables.

Par ailleurs on ne peut négliger le fait que le pouvoir en place a choisi d’enteriner le concept en l’utilisant officiellement: il l’utilise à mon avis comme un marqueur , pour bien faire toucher du doigt sa droitisation dans le cadre des futures élections de 2022. Le gouvernement a besoin de se droitiser et quel meilleur moyen que d’aller sur ce terrain, même si il est nauséabond?

L’instrumentalisation de l’islam par Macron date de la rentrée 2020.

C’est une operation politique qui dépasse la simple Com. Une opération qui dans sa motivation et dans sa mise en forme dépasse celles qui avaient pour noms le « ni droite ni gauche » ; puis le « en même temps ».

Je soutiens que de la même façon que Macron structurait le champ politique par le « ni droite ni gauche », il cherche à structurer la société autour de ces concepts de musulman, d’islam et maintenant d’islamo gauchisme. C’est une façon de cliver, de classer , d’opérer une partition entre ceux qui sont d’accord et ceux qui récusent. On est dans le primaire, il n’est même pas utile de préciser, il suffit de prononcer le ou les mots magiques, islam, islamo gauchiste et on a une mise en ordre du champ électoral.

Macron utilise le vieux truc de l’Autre, de l’envahissement par l’ Autre pour essayer de récréer l’Un!

Je suis persuadé que c’est une fois de plus une opération démiurgique des ingenieurs sociaux qui jouent avec le feu.

Quelle est la fonction de l’islamo gauchisme dans l’esprit français en 2021? Quelle est la fonction des islamistes ? Médiapart n’y va pas par quatre chemin lorsqu’il avance l’idée qu’ils servent de bouc émissaire comme le furent en des temps sinistres, les Juifs.

Ecoutons jean Pierre Chevènement:

L’expression « islamo-gauchisme » juxtapose deux concepts d’ordres différents : l’un religieux (« islamo »), l’autre politique (« gauchisme »). Cette expression est faite pour la polémique mais brouille les idées.

Reprenons les choses par ordre : l’histoire d’abord.

Dès avant la prise du pouvoir en Iran par l’ayatollah Khomeiny, le sociologue et militant iranien Ali Shariati, mort en 1977, écrivait : « L’Islam a pris les devants en Afrique et en Asie, dans la lutte contre le colonialisme et l’Occident. Pourquoi ? Parce qu’il a été leur cible… L’Islam est dans le tiers-monde l’aliment social et idéologique le plus puissant pour faire face à l’Occident. C’est une arme formidable, une réserve immense de richesses morales et culturelles qui gît dans les profondeurs des sociétés musulmanes. » L’attachement à l’Islam est nécessaire, concluait Shariati, « pour mener cette bataille défensive et pour instaurer les bases de la société nouvelle ».


Cette vision fut accueillie par l’imam Khomeiny comme la contribution d’un « précurseur » de la révolution islamique de 1979, bien qu’il ne partageât pas l’idée qu’il ne s’agît que d’une simple « bataille défensive. »

Il me semble qu’on peut dater de ce ralliement anticipé d’Ali Shariati à la révolution islamique, encore en gestation, le moment où un courant important du tiers-mondisme apporte sa caution intellectuelle à l’islamisme politique par souci d’efficacité dans la lutte contre l’occidentalisation des élites des pays du « Sud » qui animait déjà le combat de Frantz Fanon en Algérie.

Il n’y eut guère que Michel Foucault parmi les grands intellectuels dits de « gauche » en France pour adhérer un temps à cette grille de lecture. Encore aujourd’hui on trouve dans la postérité de ce qui fut l’école orientaliste française quelques pseudos-théoriciens qui, tel François Burgat, tiennent sur l’idée que l’islamisme politique serait en quelque sorte le « troisième étage » d’une fusée émancipatrice dont les deux premiers seraient constitués par les luttes pour l’indépendance politique d’abord puis pour la libération économique ensuite.

Face à l’islamisme politique, la gauche, dans son ensemble, est restée fidèle aux partis héritiers de Mossadegh et au parti communiste Toudeh vite devenu le principal adversaire de la « Révolution islamique. »

Voilà une première piste — essentielle — pour comprendre comment un certain « tiers-mondisme », par anti-occidentalisme — et au prix implicite d’une répudiation de l’universalisme inhérent à l’esprit des Lumières —, a pu s’abîmer dans l’islamisme radical.

Il y a bien sûr, dans notre société, une deuxième explication : de bonnes âmes confondent le souci louable de l’égalité et la lutte nécessaire contre les discriminations avec la complaisance vis-à-vis de l’idéologie « victimaire-compassionnelle » qui forme le terreau d’un ressentiment social souvent teinté de ressentiment anti-occidental qui forme le fond de l’air d’une jeunesse privée de repères.

Cette idéologie ne fait bien souvent qu’apporter de l’eau au moulin de ce que Gilles Kepel appelle, par ironie, des « entrepreneurs de colère ». L’enfer est pavé de bonnes intentions.

Les « bonnes âmes » seraient souvent bien surprises de découvrir à quel point leur irénisme — pour ne pas parler de cécité — fait le lit des dérives islamistes. Il n’est pas besoin de citer le clientélisme électoraliste de certaines municipalités — de droite comme de gauche —, l’activisme de certaines associations pour empêcher l’application de la loi républicaine au mépris du souci de l’intégration, ou encore le ramollissement de la jurisprudence des plus hautes juridictions, dès qu’il s’agit de permettre à la souveraineté nationale de s’exercer dans un domaine aussi sensible que le droit de l’immigration.

Les voies d’eau sont innombrables. Le bateau coule, mais quiconque voudrait sauver le rafiot est immédiatement soupçonné de vouloir attenter à la démocratie. La méthode est connue : il s’agit de diaboliser l’adversaire. C’est ainsi qu’Edwy Plenel peut assimiler le sort des musulmans dans la société française d’aujourd’hui à celui des juifs à la fin du XIXe siècle, au moment de l’affaire Dreyfus.

Peut-être la ministre Frédérique Vidal aurait-elle dû préciser en quoi consistait l’état des lieux qu’elle réclamait, s’agissant de l’idéologie « postcoloniale » made in USA ou plus encore « décoloniale », le racialisme affiché de groupuscules fondamentalement dressés contre la République.

Il est temps en effet de siffler la fin de la déconstruction, à la fois celle de la France et celle de la République. Bien sûr, la France a eu un empire colonial. Elle en a même eu deux. Elle doit assumer son histoire, mais sans se renier. L’idée de faire de l’Algérie un simple prolongement de la France était une hérésie. Mais cette faute initiale qui n’a pu être corrigée à temps, car la France n’a accepté que trop tardivement (1959) l’indépendance de l’Algérie, ne doit pas faire oublier la profondeur unique des liens tissés entre nos deux peuples.

Bien sûr, il faut combattre ce que j’appelle « le regard colonial », c’est-à-dire le racisme qui imprègne encore certaines mentalités rétrogrades, soixante ans après l’indépendance de l’Algérie.

Quand, dans un article du Monde du 27 février, Philippe Bernard écrit : « Qui n’admet qu’un Français d’origine algérienne n’ait pas perçu de la même façon que son compatriote d’origine portugaise ou pakistanaise ? », peut-être a-t-il raison, mais pas forcément au sens où il le croit : il y a peut-être trois millions de Franco-Algériens en France, mais plus de la moitié d’entre eux vivent très bien leur « francité ». Sans doute il y a encore beaucoup de progrès à faire dans la voie de l’intégration, mais c’est à nous de « républicaniser le regard » et de faire en sorte que les Français s’aveuglent volontairement sur la couleur de peau de leurs compatriotes. Bien sûr, « chacun doit y mettre du sien ». Mais n’est-ce pas ainsi qu’on « fera France » à nouveau, plutôt que de cultiver les germes délétères d’une future guerre civile qu’il est encore temps de prévenir.

Les guerres coloniales appartiennent au passé. Ceux qui veulent les continuer aujourd’hui ne servent ni l’Algérie, ni la France. Cette frénésie pseudo « indigéniste » doit être combattue sans merci.

La République s’aveugle volontairement sur la race et sur la religion. Elle ne connaît que des citoyens. Elle ne demande pas aux musulmans de renier leur foi. Elle leur demande ce qu’elle demande aux autres : une certaine discrétion dans l’expression de leur foi religieuse dans l’espace public et le respect de l’unité de la République.

C’est un sort plus digne que celui d’être relégué au simple rôle de « masse de manœuvre » au service d’une idéologie mortifère que ne ferait que préparer les drames de demain.

Source : L’opinion

Mots-clés : GaucheIslamMoyen-OrientRépubliqueRévolutionRédigé par Jean-Pierre Chevènement le Mercredi 3 Mars 2021 à 10:46 | Lu 4 fois

5 réflexions sur “L’ islamo gauchisme est une opération de manipulation politique, une sale OP des ingénieurs sociaux

  1. Laisser l’Islam s’imposer au nom à la fois du « droitdelhomisme » et de
    l’électoralisme est une faute qui prépare, chacun le sait, des lendemains
    qui déchantent. On n’efface pas 14 siècles d’affrontement. L’islam
    est une politique déguisée en religion, plein de violence fondatrice et d’un
    ressentiment post-colonial toujours réactivé avec le succès qu’on sait.

    La gauche universaliste, et l’oligarchie financière elle-même pacsée
    avec l’islam comme on le constatait déjà, roulent ensemble sur cette voie.
    Ces trois là visent la suppression des nations.

    En France il y a donc deux guerres qui menacent.
    -Une guerre de libération pour se défaire de ce qui ne peut s’assimiler.
    -Une guerre civile cette fois pour ôter le pouvoir à l’oligarchie et à ses
    seconds couteaux incrustés dans les institutions ( ministères, assemblées,
    conseil d’état, justice, etc…).
    Ces deux conflits peuvent fusionner, les inassimilables fournissant leurs
    troupes aux oligarques, aidés par les miliciens casseurs de noir vêtus.

    D’un point de vue national, l’insulte « islamo-gauchiste » recouvre donc
    une réalité.

    J'aime

  2. Les pompiers pyromanes , en ce moment ça se lâche sur les plateaux de tv , j’ai découvert la chaine cnews il y a peu , j’a cru que j’allais tomber de ma chaise . Dr Frankenstein essaye de détruire sa création car elle l’effraie , médiocre spectacle que cette déconstruction de la construction , enrobé de culture d’histoire de France , le niveau est bon , bel outils . Mais bon cet érudit de zemmour qui ne sait même pas qu’il est interdit en France de donner son déjeuner a emporter à un enfant ,donc soit on se demmerde pour le faire manger à la maison ou bien il mange la nourriture infecte de restaurateurs collectif s (le sujet était les cantines ) et le mot clef , corruption comme toujours , corruption du sens des mots , corruption des sois disant éclaireur , la corruption est une manipulation , nous vivons dans un monde manipulé , (marchés , esprit , histoire , réalité , sens des mots ), Du chaos règne l »ordre de l’ordre règne le chaos

    J'aime

  3. La ‘ droite ‘ a besoin de nouveaux esclaves, le français est devenu trop cher … la ‘ gauche ‘ a besoin d’électeurs puisque elle a trahi le prolo français … donc ‘ l’immigration ‘ comble les besoins de toutes la clique au ‘ pouvoir ‘ … comme pour les guerres, le cocu est ‘ le bas peuple de souche ‘ … il reste au ‘ pouvoir ‘ a détruire ‘ l’islam ‘ car il y a encore l’instinct de ‘ famille ‘ , contre le mariage homo, contre le Sociétal a la Française … il faut faire comme pour les cathos … détruire leurs traditions … pour en faire de bon producteur-consomateur … l’islamo-gauchiste n’est qu’un contre feu … pendant ce temps combien débarque de toute la planète pour s’installer ici ? combien ?

    J'aime

  4. « jean Pierre Chevènement: L’expression « islamo-gauchisme » juxtapose deux concepts d’ordres différents : l’un religieux (« islamo »), l’autre politique (« gauchisme »). Cette expression est faite pour la polémique mais brouille les idées. » : C’est du mauvais Chevènement et du pur PS. L’expression est on ne peut plus claire dans l’esprit des gens; une certaine clique pseudo gaucho est pour l’envahissement par les musulmans (entre autres..). Rien de compliqué mais c’est peut être trop « peuple ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s