Bourse: on ne sait plus ce qu’il y a derrière les mots.

La crise est une crise de la pensée, crise de l’intelligence, crise du bon sens.

Les autorités, noyées dans les logorrhées  diafoiriques et les phrases toutes faites ont perdu le sens des réalités. Elles ne savent plus ce qu’il y a derrière les concepts qu’elles utilisent.

Elles croient agir pour augmenter la richesse présente et future et elles ne font que produire du capital fictif.

J’ai démontré en son temps que ce fameux capital fictif n’était pas un actif du système, mais un passif,: c’est ce que le système promet et qu’il ne pourra jamais tenir.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

15 mars 2021

Des conditions financières ultra-souples règnent – mais cela n’aide en rien l’économie réelle. En Bourse, en revanche, le capital fictif enfle et enfle… en même temps que la dette.

Lors de la récente conférence de presse de la Banque centrale européenne (BCE), Lagarde a souligné l’importance des conditions financières pour la politique. Toute la politique vise à maintenir des conditions financières très souples sinon lâches. Dans cet esprit, elle affirme vouloir s’opposer à toute hausse des taux sur les marches obligataires.

Lagarde a tellement embrouillé ses explications que beaucoup se demandent si la BCE sait réellement ce qu’elle fait et ce qu’elle vise.

Une bonne mesure des conditions financières devrait indiquer si le système financier aide ou entrave l’économie. Cela ne se borne pas à observer le comportement des taux sur le marché obligataire.

La Réserve fédérale de Chicago ne surveille pas moins de 105 mesures financières pour créer un indice des conditions financières. Parmi ces mesures, on trouve les taux d’intérêt du marché, les taux de change, les actions et le crédit au secteur privé.

Un système financier qui évolue

L’importance relative de certaines parties du système financier a changé au fil du temps.

L’importance des mouvements de devises a diminué car une grande partie du commerce mondial a lieu au sein de sociétés multinationales et les prix intérieurs réagissent moins aux mouvements de devises.

Les marchés boursiers sont devenus moins importants en tant que source de capital, à mesure que les rachats d’actions ont réduit le montant des fonds propres disponibles.

Les changements structurels récents, y compris la croissance très rapide des créations d’entreprises, mettent probablement moins l’accent sur les marchés obligataires et davantage sur le crédit personnel ; un entrepreneur emprunte à sa famille pour démarrer une entreprise, par exemple.

Tout cela suggère que mettre l’accent sur une mesure rigide des conditions financières comme les taux longs est une erreur.

Pour une fois, les décideurs ont probablement intérêt à être vagues.

En attendant, les conditions financières aux Etats-Unis sont plus que généreuses !

Des hausses ahurissantes

Le total de la dette non financière (NFD) aux USA a clôturé 2020 à 61 167 Mds$, soit un record de 292% du PIB. Elle a augmenté de 27 800 Mds$, soit 83%, depuis la fin de 2007. La dette NFD a clôturé 2019 à 254% du PIB, contre 230% à la fin de 2007 ; 189% pour la fin des années 1990 ; 186% à la fin des années 1980 ; et 140% pour conclure les années 1970.

La NFD a gonflé d’un montant sans précédent de 6 778 Mds$ ou 12,5%, en 2020. Pour la perspective, NFD a augmenté en moyenne de 1 831 Mds$ par an au cours de la décennie précédente.

La bulle du crédit continue d’être alimentée par une expansion ahurissante de la dette publique.

Les titres du Trésor US en circulation ont bondi de 700 Mds$ au quatrième trimestre.

Pour l’ensemble de l’année, les bons du Trésor ont fait un bond sans précédent de 4 582 Mds$, soit 24%, pour atteindre un record de 23 601 Mds$. Les bons du Trésor ont augmenté de 5 759 Mds$, soit 32,3%, sur deux ans.

Une progression fantastique du capital fictif alors que le système s’appauvrit : c’est le système de John Law, dans lequel on gonfle les « actifs » pour pouvoir augmenter les dettes et où on gonfle les dettes pour pouvoir augmenter les actifs.

Le capital fictif, c’est-à-dire la masse de promesses que les autorités osent considérer comme de la richesse, a continué de s’envoler : le total des actions a bondi de 8 092 Mds$ au cours du quatrième trimestre pour atteindre un record de 64 503 Mds$, avec un gain impressionnant sur neuf mois de 21 474 Mds$.

Plus le système s’appauvrit et plus le capital fictif enfle !

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

2 réflexions sur “Bourse: on ne sait plus ce qu’il y a derrière les mots.

  1. Ce que vous décrivez est une chaine de Ponzi,une arnaque vieille comme le monde!Tout le monde y joue et éspère en sortir a temps avant l’explosion.

    J'aime

  2. Bonjour,

    Je rejoins votre raisonnement dans l un de vos excellents articles où vous prévoiyez le contraire de l apocalypse.

    Rien ne vaut le passé pour comprendre le monde d aujourd’hui.

    Petit retour en arrière : le krach de 1929 a créé un brutal appauvrissement dans le monde occidental : chômage, misère … et faillites bancaires dont la banque Kredit Anstalt qui a ruiné bon nombre d autrichiens et d allemands. La suite tout le monde la connaît avec la montée des nationalismes…

    Ce contraire de l apocalypse est un lent appauvrissement pour éviter la montée brutale des nationalismes tant redoutée par nos élites.

    Si montée des nationalismes il y a, ceci compliquerait la mise en place d un nouvel ordre mondial, une suppression des états nations, un grand reset…

    Pour tromper le peuple et nous préparer à un appauvrissement progressif, la création monétaire sans limite des banques centrales commence à nous plonger dans une « rassurante » abondance fictive de chiffre sans valeur, matérialisée par une distribution concrète d aide et de chèque à toute la population !

    Pour résumer l objectif que nos politiciens ont reçu de la classe dominante : appauvrissez les peuples mais de façon lente et acceptable, nous (la classe dominante) ne voulons pas de chaos social et d une remise en question de notre domination et de nos acquis.
    Pour vous aider dans la réussite de vos objectifs, vous aurez un accès sans limite à nos médias et les mensonges de toute nature pourront y être dit.

    La vraie économie c’est fini, nous voici dans le monde de l illusion, du paraître et du mensonge.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s