Vers un mini cycle chaud bouillant.

La revue Central Banking vient de décorer la Fed , elle considère qu’elle fait un travail exceptionnel et une fois de plus qu’elle a sauvé le monde de la catastrophe:

« Le fait que les marchés financiers ne se soient pas complètement effondrés était principalement dû aux actions d’une banque centrale, la Réserve fédérale américaine. Sous la direction de son président, Jerome Powell, la Fed a agi rapidement et avec audace pour éviter un effondrement – non seulement aux États-Unis, mais sur les marchés du monde entier. »

Cela fait plusieurs fois que les banques centrales sauvent le monde depuis 2008, pourtant nous sommes toujours à deux doigts de la catastrophe et finalement, on n’arrête pas de sauver le monde.

Donc méfiez vous de tous les scenarios dominants, ne tombez jamais dans le piège d’y souscrire sans réserve.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

24 mars 2021

Le cycle de reprise va être exubérant… mais menace d’être de courte durée. Il est important de surveiller quelques signaux avancés pour mieux anticiper les risques de retournement et adapter sa stratégie d’investissement.

Nous avons vu hier que les conditions monétaires mettent tout en place pour un cycle de reprise ultra-rapide… et un peu particulier. Quelques explications s’imposent, basées sur une analyse de la banque Morgan Stanley.

Bien que ce cycle ait jusqu’à présent suivi de nombreux schémas « normaux », son évolution pourrait être unique. Pour plusieurs raisons, aux Etats-Unis et dans le monde, ce cycle pourrait s’avérer particulièrement chaud, chaud bouillant même. D’une chaleur inhabituelle.

La première raison est la relance. 

L’économie mondiale connaît des niveaux records de mesures de relance à la fois budgétaire et monétaire. On utilise trop souvent l’expression « sans précédent », mais elle est adéquate pour ce cycle, unique parmi les autres périodes post-récession.

La deuxième raison concerne l’épargne. 

Les taux d’épargne atteignent des sommets historiques aux Etats-Unis, en Europe et en Chine. Bien que la répartition de ces économies soit inégale, elles fournissent un carburant substantiel pour la consommation.

Les soldes de trésorerie des entreprises sont également élevés ; ce « coussin de sécurité » contre l’incertitude du Covid-19 pourrait se retrouver dans les dépenses à mesure que la confiance revient.

Troisième raison, le marché du travail.

Nos économistes notent que la majorité des récentes suppressions d’emplois concernaient les secteurs liés au Covid-19. Si l’économie peut rouvrir en toute sécurité, il semble raisonnable que nous puissions assister à une normalisation de la main-d’œuvre particulièrement rapide à mesure que ces secteurs reviennent en activité.

Enfin, il y a la future voie de la politique. 

Les banques centrales mondiales signalent un engagement fort pour soutenir la croissance et ramener l’inflation à des niveaux plus normaux.

Les gouvernements manifestent peu de volonté d’augmenter les impôts ou de réduire les dépenses. Les deux positions suggèrent un cycle plus exubérant, moins susceptible d’être freiné par un resserrement des politiques que les expansions précédentes.

Pour toutes ces raisons, les économistes de Morgan Stanley pensent que la croissance et l’inflation dépasseront les attentes au cours des deux prochaines années. Mais tout comme dans le cosmos, ce qui brûle plus peut aussi brûler plus vite.

Retour aux années 1940

Contrairement aux longues expansions qui ont défini les 40 dernières années, celle-ci pourrait ressembler davantage à la fin des années 1940 ou 1950.

Des cycles courts peuvent encore signifier une bonne croissance et des expansions pluriannuelles. Les années folles ont vu des récessions en 1920, 1923 et 1926 (et, bien sûr, 1929). L’économie américaine a cru à un taux enviable de 4% entre 1947 et 1960, malgré les récessions de 1948, 1953, 1957 et 1960. Chaque expansion a duré au moins trois ans.

Mais cela signifie que les investisseurs doivent être plus souples. Différents investissements fonctionnent dans différentes parties du cycle économique. 

Si ce cycle est « de plus en plus chaud » et plus court, nous devons commencer à imaginer quelle sera la rotation qui suivra les premiers gains.

Où chercher ? Les small caps contre les blue chips, le cuivre contre l’or et le crédit aux entreprises sont autant de stratégies plausibles, compte tenu des performances historiquement solides après les récessions… mais tous font moins bien à mesure que le cycle se prolonge.

Le leadership sectoriel et régional peut également varier considérablement à mesure que le cycle progresse. Historiquement, les actions des marchés émergents réussissent mieux après une récession, mais elles sont ensuite en retard. Les actions en Europe et au Japon se sont mieux comportées à mesure que l’économie mûrit.

Les conditions deviendront-elles trop chaudes ? Pour mesurer cela, il est intéressant de suivre la courbe des attentes du « seuil de rentabilité » (les breakeven) aux Etats-Unis. Pour le moment, elle reflète un léger dépassement de l’inflation au cours des deux à cinq prochaines années…

… suivi de niveaux d’inflation plus faibles par la suite. Cela semble être exactement ce que la Fed espère offrir.

Tant que cette courbe reste inversée, le marché signale que la pression inflationniste sera transitoire et que les banques centrales n’ont guère besoin de changer radicalement de cap.

C’est peut-être vrai. C’est peut-être un exemple d’attentes dictées par une expérience récente. Quoi qu’il en soit, c’est une dynamique importante à surveiller.

Rappel de Bruno Bertez:

L’avenir ne se devine pas, il se construit et en particulier il faut tenir des actions et réactions des forces contraires, lesquelles produisent souvent des résultats inattendus. Loi du triangle;

Pour opérer en bourse il faut un scenario et élaborer la politique qui en tire le meilleur profit;

Cependant pour opérer de la sorte il faut suivre de près la réalisation du scenario et être toujours capable d’en changer si on s’en écarte.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique  Agora.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s