Non à l’unité, non à la mêmitude, non au sacrifice, oui aux multiples compromis.

Vous savez que je suis contre l’unité.

Je suis contre les systèmes idéologiques dits de « troisième voie », contre les « en même temps », contre le fusionnel dans nos sociétés.

Je suis contre l’idéologie de la mêmitude qui nie les individualités en les recouvrant d’une illusion de « parce que je le vaux bien ». Tous pareils mais avec une étiquette différente vendue par les marchands.

Ce sont des préludes à la fascisation dans la mesure ou ces systèmes impliquent toujours Le Sacrifice.

Le sacrifice de l’individu est à la racine du fascisme, que ce soit sacrifice pour un chef, pour une idée, pour une nation, pour une religion, pour une race , pour l’économie, pour l’entreprise, pour … la planète etc

Tous ces systèmes reposent sur le sacrifice soit de vous soit d’une partie de vous même et c’est sur ce sacrifice que les dominants bâtissent le piédestal de leur volonté de puissance. Pensez aux discours de Macron en campagne !

Vous m’avez compris. Toujours la négation des différences et des déterminations conduit au sacrifice et donc à l’exploitation des uns par les autres, aux pertes de liberté, de sens de la vie et de dignité.

Contre la massification qui nie les différences, contre la négation de la lutte des classes, contre le consensus, contre tout ce qui nie l’évidence à savoir: que l’homme est un loup pour l’homme et que c’est cela sa dignité. Il vit avec, il réussit à vivre avec ses semblables, à coopérer, à faire des compromis; il parvient vivre en société non parce qu’il nie cette fatalité mais parce qu’il s’en accommode. Il est capable de la dépasser.

Dépasser une fatalité ce n’est surtout pas la nier. L’homme est digne non parce qu’il fait de l’angélisme et nie le mal mais parce qu’il reconnait qu’il est là et que l’on ne peut y échapper qu’en le reconnaissant. Qui veut faire l’ange fait la bête.

Le bien jaillit du combat, de la confrontation avec l’autre, il ne jaillit jamais du consensus. Ce n’est pas niant ce que l’on est que l’on progresse ou que l’on s’adapte c’est en le reconnaissant et en l’affrontant. De là jaillit le mieux être. L’homme ne nait pas bon , Rousseau est un faussaire au service des puissants dont il était le larbin tricheur par veulerie et égoïsme . Rousseau était un homme entretenu, une sorte de maquereau.

La république est une mystification des puissants qui s’arrogent la définition, la fixation, la détention de l’intérêt général, de la res publica; et c’est encore plus vrai en ces temps ou on détruit l’idée de Nation au profit du globalisme des marchands. Seule est progressiste la démocratie, la souveraineté du peuple et la lutte des groupes sociaux les uns contre les autres .

Lisez ce texte .

On entend beaucoup parler d ‘«unité» ces jours-ci. 

L’administration Biden la promet et l’exige même. Pendant ce temps, les républicains (et certains démocrates) accusent l’administration d’hypocrisie parce que ses programmes radicaux ne peuvent pas recueillir une majorité législative – et encore moins le consensus que le mot «unité» implique. 

Mais l’accusation d’hypocrisie passe à côté du fond des chsoes : l’exigence d’unité est dangereuse car elle vise à saper la véritable diversité qui est essentielle à un peuple libre.

Appeler à l’unité, c’est en effet appeler à l’obéissance. Mais les gens libres ne sont pas obéissants. 

Les gens libres devraient obéir à la loi, bien sûr, mais ils ne le font que parce qu’ils ont consenti à la loi. Et avant le consentement vient le débat: les personnes libres expriment des opinions divergentes qui reflètent leurs origines et leurs expériences différentes, plutôt que de s’incliner devant ceux qui prétendent savoir ce qui est le mieux. 

Un débat libre et ouvert – et la diversité des points de vue que ce débat implique – est donc essentiel pour légiférer dans une république démocratique.

C’est notre héritage constitutionnel. Notre processus législatif est structuré par des mécanismes – tels que la séparation des pouvoirs, des freins et contrepoids et des règles moins strictes comme l’obstruction systématique du Sénat – qui garantissent que les opinions de la minorité ne sont pas écartées par une majorité politique éphémère. Bien sûr, de temps en temps, les Américains se rassemblent en une seule nation, par exemple face à de grandes tragédies ou crises. Pourtant, malheureusement, de telles crises peuvent facilement être exploitées ou manipulées pour étouffer la dissidence et centraliser le pouvoir politique.

Pour lutter contre cette tendance à l’homogénéisation, nous devons réaffirmer qui nous sommes en tant qu’Américains: des citoyens libres appartenant à une grande variété de communautés et d’associations, qui peuvent et doivent être entendus sur la place publique.

Quoi que puissent prétendre les idéologues de la politique identitaire, l’Amérique n’a pas été fondée par des «Blancs». Elle a été réglé par des puritains et des quakers anglais, des piétistes allemands, des paysans suédois et irlandais et des aventuriers écossais, pour n’en nommer que quelques-uns, qui se sont retrouvés mêlés aux conflits des Algonquiens, des Iroquois et d’autres peuples autochtones. 

Ces colons ont formé des communautés religieuses insulaires ainsi que des villes commerciales polyglottes. Certains ont acheté des esclaves pris de force dans ce qui est maintenant le Ghana, le Nigéria et d’autres pays d’Afrique. Tous ces peuples ont  fait l’Amérique.

L’un des nombreux maux de l’esclavage était sa présomption que la peau noire faisait d’une personne une partie indiscernable d’un groupe monolithique, sans personnalité ni caractéristique humaine à part entière. Mais l’esclavage ne pouvait pas effacer l’humanité qui était en eux . Les esclaves ont continué à forger des relations diverses, souvent enracinées dans des liens communs remontant à des régions spécifiques d’Afrique. Et l’esclavage ne pouvait pas supprimer la volonté naturelle des gens de protéger leurs propres familles et leurs communautés. Dès l’émancipation, des centaines de milliers d’esclaves libérés ont pris les routes pour retrouver les membres de leur famille et de leurs communautés perdues, cherchant à resserrer des liens que même l’esclavage ne pouvait rompre.

Réduire la variété des communautés qui ont façonné – et continuent de façonner – les Américains de toutes races, c’est nier notre pleine humanité.

Les communautés sont là où nous vivons, allons à l’école et à l’église, travaillons et jouons, nous nous réunissons pour protéger nos quartiers et organisons tout, des collectes de charité aux chasses aux œufs de Pâques. 

Elles sont là où nous souffrons de la fureur de la nature, des épidémies de maladies aux catastrophes naturelles, et aux prises avec les changements socio-économiques, de la toxicomanie au crime en passant par les fermetures d’usines et les changements démographiques. En termes simples, les communautés sont les endroits où nous travaillons pour maintenir, adapter et reconstruire nos modes de vie face à divers défis. Différentes circonstances, de la géographie et du climat aux réalités économiques et au patrimoine religieux et ethnique, façonnent les communautés de différentes manières. Toutes ces communautés – et les personnes qui en font partie – sont américaines, mais elles ont des désirs, des besoins et des points de vue différents.

Traditionnellement, les Américains traitaient la diversité par le biais de l’autonomie locale, laissant à l’État ou au gouvernement fédéral le soin de décider uniquement des questions générales d’intérêt national. Cela a permis aux Américains de maintenir la paix au sein et entre nos communautés. 

Comme pour tous les peuples, il y a eu des tragédies et des injustices dans notre histoire, notamment l’esclavage. Mais la liberté qu’implique l’autonomie gouvernementale n’a pas seulement permis aux Américains d’organiser leur propre vie à leur manière. Il a également fourni aux Américains un sens moral développé – un sens qui a propulsé le mouvement pour l’émancipation de l’esclavage.

Les rédacteurs de notre Constitution ont compris que l’autonomie gouvernementale est la liberté et que la concentration du pouvoir dans une seule paire de mains est la tyrannie.

 Ils ont compris que les présidents doivent exécuter les lois adoptées par le Congrès, et non publier des décrets exécutifs ayant force de loi. Ils ont compris que les tribunaux doivent protéger les lois, en particulier la loi supérieure de la Constitution, plutôt que de les réécrire. Ils ont compris que notre nation est une communauté de communautés – que la politique et la loi doivent passer de la localité à la nation, et non l’inverse.

Cette conception fédérale de l’autonomie gouvernementale se reflète dans les mécanismes constitutionnels qui sont propres à la politique américaine mais universels dans leur but. Ainsi, par exemple, nous choisissons les sénateurs par État plutôt que par n’importe quelle plate-forme idéologique nationale. Et nous choisissons les présidents, non par un vote populaire national – qui donnerait le pouvoir à quelques États fortement urbanisés – mais par le biais du collège électoral, qui représente les intérêts des régions urbaines, rurales, industrielles, agricoles et commerciales. Il ne s’agit pas d’une politique d ’« unité », mais de coalitions changeantes de communautés diverses, conçues pour contrôler le pouvoir d’un gouvernement national centralisé.

Notre Constitution ne contient aucune religion ou idéologie nationale au-delà de l’engagement à la liberté ordonnée. Il reconnaît le besoin des gens de cultiver les habitudes d’un peuple libre en agissant dans leurs propres localités. Ce n’est que dans les communautés locales, avec leurs propres églises, gouvernements locaux et associations bénévoles, que les gens peuvent devenir de bons citoyens, de bons hommes, des femmes, des pères, des mères et des voisins.

Les événements récents dans des villes comme Portland et Minneapolis peuvent faire douter qu’un gouvernement local décent est encore possible. Mais la violence dans ces villes – comme les conflits dans notre pays dans son ensemble – peut s’expliquer en partie par l’érosion des communautés. Lorsque nous nationalisons notre politique, nous simplifions les défis auxquels nous sommes confrontés et nous ignorons les différences entre nous. La politique devient une question de grands schémas idéologiques et de mécanismes de contrôle, qui au lieu de protéger les communautés et de rechercher des biens communs à travers nos associations et nos attachements locaux les détruisent .

Aujourd’hui, plutôt que de céder aux demandes d ‘«unité», nous devons lutter pour restaurer une politique de communauté. Le gouvernement fédéral devrait protéger, et non remplacer, les associations fondamentales d’un peuple libre. Leur politique repose sur des compromis durement gagnés, qui respectent le caractère fondamental de notre nation et relient – sans éliminer – les diverses associations qui composent ensemble cette communauté de communautés.

Rédigé par Bruce Frohnen via RealClearPolicy.com,

7 réflexions sur “Non à l’unité, non à la mêmitude, non au sacrifice, oui aux multiples compromis.

  1. Un peu sévère pour Rousseau, qui avait effectivement un coté benêt et veule. Pour moi, son meilleur est dans Les Confessions, donc le récit par un homme de sa vie, avec toutes ses failles et ses éclairs, dans un ton très en avance sur son temps. Ses écrits ‘théoriques’ , utilisés par des propagandistes, sont rasoirs.

    J'aime

  2. Bonsoir M. Bertez
    Rions un peu en ce vendredi pluvieux: pour vous rassurer sur l’invasion de la mêmitude, mère de l’hébétude, j’ai le plaisir de vous annoncer l’élection ( par le DUP qui plus est) comme premier ministre d’Irlande du Nord d’un créationniste qui SAIT que la terre n’a pas plus de 6000 ans!
    « The great Gaels of Ireland are the men that God made mad,
    For all their wars are merry, and all their songs are sad.” (GK Chesterton )

    Il faut absolument le faire classer comme espèce menacée à protéger: on pourra peut être élaborer un vaccin contre l’uniformité à partir de son ADN!

    A. Vialatte: Et c’est ainsi qu’Allah est grand!

    Cordialement

    J'aime

  3. Cher Monsieur,

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/du-marketing-a-la-politique-le-nudge-et-nous
    Emission de France Culture du jeudi 13 mai 2021 sur les techniques de nudge, où comment modifier le comportement des masses « en douceur ». (les neuro-pirater, comme dit Cerise, j’adore cette expression, tellement plus vraie, sur ce qu’il se passe réellement dans la cervelle.)

    Et ici, très concrètement, sur le site de la société BVA, leur consulting dans ce domaine. BVA qui accompagne le gouvernement pour nudger les français, autrement dit, chercher à nous enfumer, encore et toujours plus, avec nos impôts, mais pour notre bien évidemment !
    https://www.bva-group.com/nudge-et-comportement/

    En plus de vivre sans TV depuis 42 ans, le « Petit cours d’autodéfense intellectuelle » du québécois Normand Baillargeon (Ed. Instinct de liberté) m’avait bcp appris pour désamorcer la propagande. Je le recommande à vos nombreux lecteurs. Par exemple, dès la 1ère phrase du journal de 8h de France culture, on peut commencer à mettre en application le petit cours, c’est très amusant ! Mais lassant au bout d’un moment de pratique.

    Enfin, « Appeler à l’unité, c’est en effet appeler à l’obéissance. Mais les gens libres ne sont pas obéissants. », j’apprécie ! Merci Monsieur Bertez.

    Catherine Laurent

    J'aime

    1. Appeler à l’unité, au « ni droite ni gauche », au « en même temps » comme le font nos pseudo démocraties est une manipulation, une mystification.

      Il s’agit pour ces gens de faire taire et de décréter « je ne veux voir qu’une seule tête ».
      Un appel a l’unité est une tromperie quand comme Macron on mène une politique divisive, clivante au profit d’une classe et au détriment ‘une autre.

      Cela revient à leur dire , à ces malheureux que l’on baise: ne résistez pas, baissez la tête. résignez vous.

      La démocratie que je défends -alors que je refuse la république- consiste pour chacun a être ce qu’il est en tant que citoyen et en tant que partie prenante et à faire valoir son point de vue, puis après débat et après jugement de l’arbitre étatique, à accepter les compromis.

      J'aime

  4. Bonjour M. Bertez
    Le communautarisme aux USA n’est pas le résultat d’un respect des autres mais du racisme et de la xénophobie: la « communauté irlandaise » aux USA, dans laquelle j’ai des ancêtres, était considérée comme formée de tarés indécrottables par les anglo-saxons; les descendants d’africains sont toujours des afro américains aux yeux des blancs alors qu’ils sont indubitablement des étrangers américains aux yeux des Africains.
    En France, il y a eu des pogroms contre les italiens aux 19ème ,dans le sud, et une aversion envers les polonais dans le nord. La politique d’assimilation de la République a lissé tout cela et ce n’est pas un mal! Cependant sa faute a été de nier les cultures des immigrants ce qui a créé des ressentiments et de la souffrance inutile.

    Mes ancêtres proviennent de pays différents , France certes, mais aussi issus de pays de cultures anglo nordiques , celtes et méditerranéennes . Mais il ne fait aucun doute que je sois français par la culture, le coeur et le sang versé par les miens pour la France. Et j’en suis fier, assumant nos grandeurs comme nos petitesses , sans culpabilité aucune.
    Le communautarisme US débouche sur des cheptels de consommateurs, lobotomisés par les écrans divers et asservis à des « Princes marchands » . Ce n’est qu’une destruction.

    Il n’ y a jamais eu, j’en suis d’accord avec vous, de troisième voie sage: nous naviguons entre Charybde et Scylla car la ligne droite n’existe pas dans la nature, seule la sinusoïde….
    Pierre Dac affirmait qu’un citoyen concerné n’est pas forcément un imbécile en état de siège, je n’en doute pas, mais que les consensus tant recherchés par les tièdes soient bel et bien des imbéciles supplémentaires je n’en doute pas non plus!
    Cordialement

    J'aime

  5. Monsieur Bertez,

    Si il y a bien un héritage que nous devrions transmettre aux générations futures, ce sont vos textes qui sont de véritables en saignements (la faute est volontaire), transfusions.
    Les tyrans, pour mieux nous tromper, par leurs dialectiques, font passer l’uniformité pour de l’unité.

    J'aime

Répondre à brunobertezautresmondes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s