L’incohérence du discours de la Fed sur l’inflation.

Les responsables de la Réserve fédérale ont fait une déclaration audacieuse en arguant que la montée actuelle de l’inflation des prix à la consommation est «transitoire», poussée à la hausse par des effets de base et par une explosion temporaire de la demande refoulée alors que l’économie rouvre. 

La Fed n’a pas de vision claire de la dynamique de l’inflation. Sa perplexité sur la dynamique de l’inflation est un problème récurrent pour les décideurs depuis plus de deux décennies, et c’est encore le cas aujourd’hui.

Pourtant, ce qui est déroutant dans la prise de position actuelle des décideurs monétaires sur l’inflation, c’est qu’elle ignore le rôle de la monnaie dans les cycles d’inflation. 

Et il est tout aussi déroutant et trompeur de qualifier à ce stade , le cycle d’inflation de «transitoire».

Depuis 2009 la Fed nous dit qu’elle mène une politique monétaire laxiste et très stimulante afin de réaliser son objectif d’inflation de 2% -ce qui implique qu’elle considère qu’il y a un lien entre cette politique monétaire non conventionnelle et l’inflation- et aujourd’hui elle nous affirme que non, il n’y a pas de lien; on peut faire exploser la politique monétaire sans avoir à craindre une explosion inflationniste!

L’activité principale de la Fed est de gérer l’argent, et c’est important parce que la Fed maintient que «l’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire». 

Au cours de l’année écoulée, la masse monétaire au sens large (M2) a augmenté de 4 trillions de dollars, soit de plus de 20%. L’ampleur de la croissance de la monnaie au sens large a été si grande qu’elle a dépassé la variation cumulée de M2 ​​des cinq années précédentes. Jamais auparavant autant d’argent n’avait été injecté dans l’économie en si peu de temps.

Pourtant, nulle part dans son analyse actuelle de l’inflation, la Fed ne lie l’explosion de la monnaie à l’inflation. 

L’aberration la plus importante en cemoment se situe dans la divergence entre la croissance monétaire et le PIB nominal. Cela n’empêche pas la Fed de soutenir s que la hausse actuelle de l’inflation n’est due qu’à un déséquilibre temporaire entre l’offre et la demande. 

Remarque: si la Fed estime que l’inflation de nos jours est un événement non monétaire, quel est le but du ciblage de l’inflation dont elle a fait son objectif politique ?

Un autre problème avec le discours de la Fed sur l’inflation est qu’elle la qualifie de «transitoire». Il n’y a pas de règle absolue pour déterminer si une chose initialement considérée comme temporaire devient une partie permanente du paysage économique. Mais un rebond qui dure quatre fois plus longtemps que la baisse initiale et toujours en cours d’expansion est plus permanent que transitoire.

Lorsque l’économie a partiellement fermé de mars à mai 2020, les prix à la consommation de base ont baissé au cours de chacun des trois mois, chutant de moins de 0,5% au total. Depuis lors, l’inflation de base des prix à la consommation a augmenté pendant 11 mois consécutifs, augmentant de 3% pendant cette période! C’est le gain le plus rapide en près de trois décennies. 

Pourquoi une augmentation sur 11 mois de 3% de l’inflation est-elle qualifiée de «transitoire», alors qu’une baisse de 0,5% sur trois mois ne l’est pas?

D’après un texte de Joseph Carson, former chief economist at Alliance Bernstein

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s