Sondages, éléctions, le chien crevé au fil de l’eau.

Marine Le Pen devancerait Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle 2022, que le candidat de la droite soit Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse, mais serait battue au second, selon le baromètre hebdomadaire Harris Interactive pour Challenges publié mercredi 2 juin 2021.

 La France est dans un état désatreux. Avec Macron s’y ajoute la destruction sociale, le délitement de l’unité nationale, l’abaissement, la corruption des moeurs et la valorisation des anti modèles. Les libertés sont rognées , broyées, une à une.

Ecoutons Maxime Tandonnet, il pose la seule question interessante: comment faire pire?

« L’état désastreux dans lequel se trouve la France relativise l’incompétence ou l’amateurisme généralement prêtés aux cadres du mouvement antisystème. De fait, jamais sans doute depuis 1945 la situation du pays n’aura été aussi dégradée : un chômage tellement répandu que plus personne n’en parle, l’explosion des violences et le chaos quotidien, un déficit public et une dette qui battent tous les records (9,6% et 120% du PIB), un vertigineux effondrement du niveau scolaire, une pauvreté touchant 10 millions de personnes sans même parler de la gestion erratique de la catastrophe sanitaire du covid-19 (masques, lits, vaccins). La réaction naturelle de l’électeur lambda, dans le contexte actuel, pourrait bien être de se demander : comment faire pire ?

La vie politique française ne cesse de fuir le monde des réalités et du vécu quotidien des Français pour sombrer dans la posture, les polémiques (volontaires), les coups médiatiques, les provocations : bref un Grand-Guignol qui n’a rien de républicain au sens de res publica (la chose publique ou le bien commun). Ce naufrage de la politique nationale dans le spectacle nihiliste et narcissique au détriment des convictions se traduit par une vertigineuse poussée de l’indifférence populaire et par un abstentionnisme record (85% aux législatives partielles parisiennes !) Elle se réduit désormais à un combat de chefs, à un affrontement entre des narcissismes exacerbés en dehors de toute notion de débat d’idées ou de projet. Dès lors qu’il n’y a plus rien à défendre ou à sauver dans le nihilisme ambiant, quel peut-être le sens d’un front républicain ?

La fin du front républicain est cependant loin d’ouvrir la porte du pouvoir aux dirigeants lepénistes et au RN. Dans une France promise par les sondages et les analyses politiques à la reproduction du duel de 2017, la question – absurde – qui se présente aujourd’hui est de savoir lequel de M. Macron ou de Mme le Pen sera le moins détesté par les Français en 2022. 

Je pense que tout est dit, ou presque.

Tout est dit sur l’état de la France, mais pas grand chose sur les Français et leurs attentes. Rien n’est dit sur l’état du monde, sur le pourrissement du sytème, sur la montée de l’esprit belliqueux dans le monde global. Aucun diagnostic, aucun projet, si ce n’est celui de durer. La perspective de l’échéance ne soulève aucun espoir, ne provoque aucun réaménagement; le chien crevé au fil de l’eau. Aucun sursaut.

Au second tour, le président de la République sortant l’emporterait avec 54 % des voix, contre 46 % pour la présidente du RN, des scores identiques au précédent baromètre.

En 2017, le premier avait comptabilisé 66,1 % des voix, la seconde 33,9 %.

L’écart au premier tour est toujours très faible entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, selon cette enquête, qui teste deux hypothèses pour le candidat incarnant la droite, Xavier Bertrand, président sortant des Hauts-de-France, ou Valérie Pécresse, présidente sortante de l’Île-de-France.

Dans les deux scénarios, Marine Le Pen devance légèrement Emmanuel Macron au premier tour, avec 28 % des voix (+ 1 point), tandis que le chef de l’État sortant réunit entre 25 % et 27 % des voix (comme la semaine précédente), selon respectivement les scénarios Xavier Bertrand, donné à 14 % (inchangé), ou Valérie Pécresse, à 10 % (- 1 point).closevolume_off

Les 35-49 ans, cœur de l’électorat de Marine Le Pen

À gauche, le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon réunirait 12 % des voix dans le premier scénario Bertrand (- 1 point), 13 % dans le second (inchangé), la socialiste Anne Hidalgo entre 6 % et 7 %, et l’EELV Yannick Jadot 6 % à chaque fois.

Ceux qui voteraient le plus pour Marine Le Pen sont les 35-49 ans tandis qu’Emmanuel Macron aurait surtout les faveurs des 25-34 ans.

Les Français sont 56 % à juger «  pas crédible  » Emmanuel Macron en matière de politique pour la jeunesse.

Ce score atteint 61 % pour Marine Le Pen et Xavier Bertrand, et 65 % pour Valérie Pécresse. Ils sont aussi 50 % à considérer qu’«  on ne parle pas assez de la sécurité  », 28 % «  ni trop, ni pas assez  », et 22 % qu’on en parle «  trop  ».

Enquête Harris Interactive pour Challenges, réalisée en ligne du 28 au 31 mai, auprès d’un échantillon de 1 316 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1 057 personnes inscrites sur les listes électorales selon la méthode des quotas. Marge d’erreur entre 1,8 et 4,5 points.

2 réflexions sur “Sondages, éléctions, le chien crevé au fil de l’eau.

  1. Bonjour M. Bertez

    J’ai l’impression que nous allons avoir droit à un remix de La Guerre des Boutons, mâtiné de Clochemerle et d’ Au bon beurre, joué par de piètres successeurs des Charlots et mis en scène par un assistant de Max Pécas!
    Alors autant ressortir les bons vieux slogans:  » La murie vous crève! » et  » A cul les Velrans! » à tirer au sort entre Le Pen et Macron au cours d’une soirée spéciale animée par Hanouna et Bigard.
    Pour le débat entre deux tours, je suggère de reprendre les paroles d’un chef d’oeuvre de l’opérette bien française , l’inoubliable:  » J’t’aime mieux qu’mes dindons – ons – ons, Glouou glouou, j’t’aim’ mieux qu’mes moutons on on! Bêêê – bêêê! »
    (Pour ceux qui n’oseraient pas me croire, qu’ils cherchent Marcel Merkès et Paulette Merval archives INA)
    Çà ira très bien avec le reste.

    Que disait Julius Caesar des gaulois: ? « Hâbleurs, insupportables dans la victoire; abattus dans la défaite au point de se suicider! »

    Cordialement

    J'aime

  2. Cher Monsieur,

    Grand guignol de la politique nationale.
    Illustration : ds mon département (en Bourgogne), un député élu ds la vague LREM en 2017 (elle avait été recrutée sur son CV de consultante en comm), en 2020 quitte LREM, transite par un nouveau groupe « Écologie Démocratie Solidarité », avant d’atterrir récemment au Modem. Se présente maintenant aux départementales sur une liste Divers Gauche, étiquetée « Forces de progrès social et écologique » ! Le PC du département a qd même dit qu’il refusait d’appeler à soutenir sa candidature … oui, les cocos ont avalé bien assez de couleuvres comme ça !
    Comme disait Edgar Faure, gd expert en retournement de vestes, « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent »,
    Leur parole aussi, ce n’est plus que du vent.

    Catherine Laurent

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s