Préparez vous au pire si le Covid est d’origine humaine

Stephen L. Carter est un chroniqueur de Bloomberg Opinion. Il est professeur de droit à l’Université de Yale et a été greffier auprès du juge de la Cour suprême des États-Unis, Thurgood Marshall. 

Ses romans incluent « L’empereur d’Ocean Park » et son dernier livre de non-fiction est « Invisible : l’histoire oubliée de l’avocate noire qui a abattu le gangster le plus puissant d’Amérique ».

Préparez vous au pire si le Covid est d’origine humaine

Depuis que le président Joe Biden a ordonné aux agences de renseignement américaines d’enquêter sur les informations selon lesquelles le virus Covid-19 pourrait s’être échappé d’un laboratoire de Wuhan, les commentateurs s’interrogent sur la différence que cela ferait si la théorie s’avère exacte. 

Voici pourquoi la réponse est importante : la découverte que le virus avait une origine humaine donnerait à la saga des coronavirus ce qui lui manque : un méchant.

Et c’est un problème.

Si un virus qui a tué près de 600 000 personnes aux États-Unis et près de 4 millions dans le monde s’avère s’être échappé d’un laboratoire en Chine, la peur qui paralyse la majeure partie du monde depuis un an et demi, aura sa une cible, elle pourra se muter en fureur.

Et la fureur, lorsqu’elle est largement partagée, est difficile à contrôler

Ne vous méprenez pas. Il est important de connaître la vérité, et un certain degré de colère pourrait être bon pour nous. L’une des nombreuses caractéristiques tragiques de la pandémie a été la façon dont les efforts de dialogue public sur les causes, les remèdes ont été pour la plupart gachés et perdus.

Bien sûr, nous avons recherché les méchants du mieux que nous pouvions : tout le gâchis était la faute de Donald Trump, les fermetures étaient une prise de pouvoir par les élites bleues, le vrai problème était l’incompétence bureaucratique. Mais c’était surtout la conséquence de la douleur sans explication ou information adéquate.

Nous pouvons inclure dans cette catégorie la prétention que des scientifiques qui étaient certains que le Covid-19 n’était pas d’origine humaine – et que ceux qui suggéraient le contraire étaient de dangereux complotistes . 

Ce fantasme a été explosé par le reportage méticuleux de l’écrivain scientifique vétéran Nicholas Wade dans un article publié en mai dans le Bulletin of the Atomic Scientists. Le cas convaincant de Wade selon lequel le nouveau coronavirus a échappé au confinement à l’Institut de virologie de Wuhan – qui menait des recherches sur la modification des virus afin qu’ils passent plus facilement des animaux aux humains – a rouvert un débat que nous aurions dû avoir depuis le début. L’ordre de Biden en est une conséquence.

Mais voici où l’on pourrait s’inquiéter. Les recherches sur la perception du risque montrent que nous avons tendance à craindre davantage les dommages causés par l’homme que les dommages naturels, même lorsque les dommages naturels sont plus probables ou plus graves. Certaines recherches suggèrent que les dommages causés par l’homme nous rendent également plus en colère.

La distinction a du sens. Il est facile de détester, disons, un groupe terroriste comme ISIS. Il ne sert à rien de détester un tremblement de terre.

Mais la colère ne nous rend généralement pas service. 

Certaines personnes pensent mieux lorsqu’elles sont en colère ; la plupart pensent pire . De plus, il existe une découverte bien connue en sciences sociales selon laquelle la colère nous conduit à être irrationnellement optimistes quant à notre capacité à résoudre un problème .

Il se peut, comme l’a suggéré Ross Douthat, qu’une confirmation que le virus Covid-19 s’est échappé d’un laboratoire chinois conduirait à un avantage de propagande majeur dans la bataille géopolitique entre les USA et la Chine . De telles victoires comptent. Mais il est peu probable qu’elles satisfassent l’esprit américain trop littéral, qui, poussé à la colère, cherche invariablement des exutoires plus concrèts : envahir ceci, réguler cela, jeter tel ou tel en prison. La colère cherche la catharsis, elle donne souvent dans l’envie de « faire quelque chose ». Beaucoup de mauvaises politiques sont conduites de cette façon. 

L’expérience du 11 septembre a offert une catharsis parce que la nation a pu riposter. 

D’un autre côté, l’intensité de la peur et de la colère nationales a créé une atmosphère dans laquelle il était difficile d’engager un débat public sérieux sur les mérites des invasions de l’Afghanistan et de l’Irak.

Qu’en est-il de la réglementation ? Peut-être que la preuve que le Covid-19 était de fabrication humaine susciterait un consensus international selon lequel toutes les expériences sur les virus qui pourraient sauter aux humains devraient être menées avec un niveau plus élevé de sécurité biologique. Comme le souligne Wade, cependant, le problème est souvent moins ce que les règles exigent que ce que les chercheurs trouvent pratique. (Ce n’est pas comme si les virus mortels n’avaient jamais échappé au confinement en Occident.)

En outre, comme le rappelle l’astrophysicien britannique Martin Rees dans son livre de 2003 « Our Final Hour », les règles ne sont pas universellement suivies. Quelle que soit la rigueur avec laquelle nous réglementons la manipulation des microbes dangereux, écrit Rees, « les chances d’une application efficace, dans le monde entier, ne sont pas meilleures que l’application actuelle des lois contre les drogues illégales ». Un seul contrevenant aux règles, note-t-il, « pourrait déclencher une catastrophe généralisée ».

C’est-à-dire que même si le virus Covid-19 ne s’est pas échappé d’un laboratoire mal confiné, tôt ou tard cela se produira .

Ce qui m’amène à ma dernière réflexion.

L’ordre de Biden aux agences de renseignement était une bonne chose. Mais le délai de 90 jours sent le théâtre politique. Les États-Unis ont eu besoin de deux décennies pour comprendre ce qui s’est passé à Pearl Harbor. Nous avons eu du mal à suivre Oussama ben Laden jusqu’à un complexe qu’il aurait occupé pendant cinq ans. Que l’on découvre la vérité sur l’origine de la pandémie en trois mois semble… improbable.

S’il s’avère que le virus Covid-19 s’est échappé d’un laboratoire de Wuhan, même par accident, le monde éclatera de fureur. 

La pression pour « faire quelque chose » – pour trouver un moyen de punir la Chine pour sa négligence et sa dissimulation – sera intense. 

Voici donc ma modeste suggestion, si cette situation malheureuse devait survenir : quoi que nous décidions de faire, prenons le temps de réfléchir aux choses, plutôt que d’agir sous l’effet d’une colère irraisonnée.

2 réflexions sur “Préparez vous au pire si le Covid est d’origine humaine

  1. Bonsoir M. Bertez

    Entièrement d’accord avec vous. Focaliser le processus sur la Chine serait réducteur et trompeur …. un peu comme se focaliser sur Hitler et mein Kampf pour traiter du nazisme – voir les travaux de Johann Chapoutot historien, prof à la Sorbonne.
    La désinformation en pandémie a été très bien traitée par le prof. R Piarroux – interview thinkerview 9/04/21
    Et aussi faire confiance à la nature humaine bien répartie sur toute la planète : orgueil, avidité, ruse ,dissimulation , peur, irresponsabilité etc…
    Et une chanson pour préluder à la réflexion:  » Qui a tué Davy More » chantée par Graeme Allwright 1967
    Cordialement.

    J'aime

  2. Ce virus est sino-américain, la Chine n’est pas coupable, elle est victime, comme les pays de l’Est et la grippe porcine et bien d’autres où la législation est permissive.
    Si les gens oublient la propagande de peur peut-être seront-ils en colère, mais que peuvent-ils faire puisque la prochaine étape est la surveillance et la répression ?
    Bien que la vérité ai été diffusée en Avril 2020 la piquouze a eu du succès ; elle en aura encore.

    – La boîte de Pandore
     » Après que la recherche sur le gain de fonction a été interdite par le gouvernement américain en 2014, elle a été rapidement délocalisée au laboratoire de Wuhan. La recherche a été discrètement poursuivie avec des subventions américaines provenant (en partie) du célèbre Dr Fauci via le non moins célèbre Peter Daszak et son EcoHealth Alliance, bénéficiaire d’une subvention de 39 millions de dollars du Pentagone. Le Pentagone est une grande organisation humanitaire connue pour son amour de l’humanité, n’est-ce pas ? S’ils ont envoyé autant d’argent à Wuhan, ils avaient sûrement notre bien en tête.  »
    https://plumenclume.org/blog/725-la-boite-de-pandore

    – Le G7 ambitionne un progrès « historique » dans la prévention des pandémies
     » Le document comprend une série d’engagements pour empêcher une nouvelle pandémie. Il s’agira de réduire le délai pour développer des vaccins, des traitements et des diagnostics, avec l’espoir que le monde soit prêt en moins de 100 jours pour faire face à une maladie soudaine.  »
    https://www.journaldemontreal.com/2021/06/12/le-g7-ambitionne-un-progres-historique-dans-la-prevention-des-pandemies-1

    J'aime

Répondre à domica25 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s