L’infection naturelle est la meilleure protection.

ici un extrait d’un rapport de Science Magazine :

La nouvelle analyse s’appuie sur la base de données de Maccabi Healthcare Services, qui compte environ 2,5 millions d’Israéliens. L’étude, dirigée par Tal Patalon et Sivan Gazit de KSM, la branche de recherche et d’innovation du système, a révélé dans deux analyses que les personnes qui ont été vaccinées en janvier et février étaient, en juin, juillet et la première moitié d’août, de six à 13 ans. fois plus susceptibles d’être infectées que les personnes non vaccinées qui ont déjà été infectées par le coronavirus. Dans une analyse, comparant plus de 32 000 personnes dans le système de santé, le risque de développer un COVID-19 symptomatique était 27 fois plus élevé chez les vaccinés, et le risque d’hospitalisation huit fois plus élevé.

Cette fois, les données laissent peu de doute sur le fait que l’infection naturelle est vraiment la meilleure option pour se protéger contre la variante delta, malgré le fait que les États-Unis ne reconnaîtront pas que les personnes déjà infectées possèdent des anticorps les protégeant du virus.

… À tout le moins, les résultats de l’étude sont une bonne nouvelle pour les patients qui ont déjà combattu avec succès le COVID, mais montrent le défi de compter exclusivement sur les vaccinations pour surmonter la pandémie.

« Cette analyse a démontré que l’immunité naturelle offre une protection plus durable et plus forte contre les infections, les maladies symptomatiques et les hospitalisations dues à la variante delta », ont déclaré les chercheurs.

Malheureusement, l’étude a également montré que toute protection est limitée dans le temps. La protection offerte par l’infection naturelle diminue avec le temps, tout comme la protection offerte par les vaccins : le risque d’un cas delta de percée vaccinale était 13 fois plus élevé que le risque de développer une deuxième infection lorsque la maladie d’origine s’est produite en janvier ou février 2021. C’est considérablement plus que le risque pour les personnes qui étaient malades plus tôt dans l’épidémie.

[NDLR : Étude : 31 % des Américains avaient été infectés par le SARS-CoV-2 fin 2020 . Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature estime que 103 millions d’Américains, soit 31 % de la population américaine, avaient été infectés par le SRAS-CoV-2 d’ici la fin de 2020.]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s