Virus, le malaise sur le gain de fonction persiste.

L’INQUIÉTUDE grandit à propos de la recherche de « gain de fonction » (GOF), une forme de manipulation génétique sur les micro-organismes. 

Une certaine anxiété découle de l’idée qu’un tel travail est peut-etre responsable de la création du SARS-CoV-2, le virus qui cause le covid-19. 

Cela reste à prouver. Mais, plus généralement, il y a un malaise que les National Institutes of Health (NIH) américains, qui financent la recherche, aient pu soutenir le travail sur le GOF en Chine. 

Récemment, il y a eu une nouvelle controverse lorsque le NIH a déclaré qu’un bénéficiaire de l’une de ses subventions, EcoHealth Alliance, n’avait pas rendu compte de ses travaux en 2018 pour rendre un coronavirus de souris plus virulent. 

Beaucoup ont été alarmés de découvrir qu’avant 2019, les chercheurs chinois et américains ont souvent bricolé génétiquement des virus de type SRAS. 

Qu’est-ce que la recherche sur le gain de fonction exactement, et est-ce une cause d’alarme ?

Les chercheurs modifient les virus depuis des décennies, et pas toujours de manière bénigne. Il y a vingt ans, des scientifiques australiens ont modifié un virus de la variole de la souris lors d’une tentative de création d’un contraceptif pour souris. L’idée était de stimuler la production d’anticorps contre les œufs de souris. Mais le gène qui a été inséré a éteint le système immunitaire de la souris, rendant le virus plus mortel.

En 2015, Ralph Baric et ses collègues de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill ont pris le virus qui a provoqué la première épidémie de SRAS et ont ajouté une protéine de surface d’un autre virus semblable au SRAS, connu sous le nom de SHC014 et trouvé chez les chauves-souris en fer à cheval. Le virus nouvellement créé a pu infecter les cellules des voies respiratoires humaines. Cela a causé beaucoup d’alarme. Les chercheurs eux-mêmes ont souligné que leurs travaux montraient, utilement, que les ingrédients des futures épidémies de virus de type SRAS circulaient dans la nature.

Certains bricolages de virus sont utiles , par exemple pour créer un vaccin adénoviral covid-19 ou pour délivrer un nouveau gène en tant que médicament. Mais les experts en biosécurité s’inquiètent lorsqu’un agent pathogène voit sa capacité à infecter ou à provoquer une maladie renforcée. Les agents préoccupants comprennent Ebola, l’anthrax et les virus respiratoires susceptibles de provoquer des pandémies, telles que la grippe et les coronavirus. Un nouveau terme, « recherche de gain de fonction d’intérêt » (GOFROC), a vu le jour pour distinguer ce type de travail, bien qu’il ne soit pas largement utilisé.

En juillet, le débat sur ce qui constitue le GOF a atteint le Sénat américain. 

Rand Paul, sénateur républicain du Kentucky, s’est battu avec Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, qui fait partie du NIH. 

M. Paul s’indigne que l’agence de recherche ait financé les travaux du GOF à l’Institut de virologie de Wuhan (près de l’endroit où covid-19 a été repéré pour la première fois fin 2019). 

Les résultats des travaux ont été publiés en 2017. Les protéines de pointe – les parties du virus qui l’aident à se lier à son hôte – de huit coronavirus différents ont été introduites dans le génome d’un autre coronavirus appelé WIV1, et ces nouvelles innovations génétiques pourraient infecter les cellules humaines. . 

Le Dr Fauci dit que le travail n’est pas considéré comme GOF. Le contre-argument est que, bien que le travail ait certainement inventé de nouveaux virus, il n’a pas amélioré la capacité de ces virus à infecter les humains parce que le virus d’origine était également capable d’infecter les cellules humaines. Il y a un peu de jeu linguistique ici. Il est peut-être vrai en termes techniques que le NIH n’a pas soutenu la « recherche spécifique sur le « gain de fonction » », comme il le prétend. Mais il reste possible que les travaux qu’il a financés aient fini par créer des gains de fonction sur des agents préoccupants sans le vouloir.

On ne sait toujours pas si le SARS-CoV-2 provient d’une boîte de Pétri ou d’un nid-de-poule. Mais à mesure que de plus en plus de détails apparaissent sur les travaux effectués à l’Institut de virologie de Wuhan, il y a un malaise croissant quant à savoir si un bricolage génétique avec des agents préoccupants doit être fait. 

Un argument pour poursuivre de telles recherches serait de prédire les mutations du SRAS-CoV-2 qui pourraient à l’avenir causer des problèmes aux humains. Un argument contre cela est que le virus ne se comportera pas nécessairement dans la nature comme il le fait en laboratoire. Le débat sur les travaux du GOF se poursuivra longtemps après que l’intérêt pour les origines du SRAS-CoV-2 se sera calmé.

 The Economist 

3 réflexions sur “Virus, le malaise sur le gain de fonction persiste.

  1. Que faire demande jesse?
    S’organiser dans des collectifs citoyens pour contrôler le résultat, bureau de vote par bureau de vote, des prochaines élections : centraliser les données, et dire au ministère de l’intérieur qu’il n’est pas la seule source de l’information.

    J’aime

  2. Ce que je vais écrire est peut-être choquant.

    Peut-être que le véritable point de faiblesse de l’instrumentalisation de la pandémie par les élites est le fait que les « vaccins » sont peu efficaces , voire délétères (le temps long nous le dira, mais les effets secondaires court terme sont déjà impressionnants et amplifiés par le nombre massif de « vaccinés » ).

    Peut-être que c’est au fond une « chance » pour le Peuple et que ces saloperies, très concrètes dans la chair des gens, vont éveiller les consciences sur le fait que les élites sont corrompues, sécessionnistes et ne travaillent pas (plus?) pour le bien général.

    Cela fait mal, mais peut-être que le Peuple comprendra et se réveillera. Peut-être enfin, que le Peuple pourra retourner l’axiome qu’une bonne crise ne doit jamais être perdue.

    Les combats suivants sont déjà balisés : le rationnement de tout au nom du climat (sauf pour les élites qui viendront déverser en jets privés leur bonne conscience et qui continueront à bouffer de la barbaque et pas de la viande synthétique sortie d’une imprimante 3 D ou des steaks de farine d’insectes), la fin du cash et les monnaies numériques de BC afin de contrôler complètement le Peuple.

    Que faire ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s