Après « pourquoi ils vous font vivre dans la peur », voici comment et avec quels moyens, un exemple!

Il faut le repeter. La notion de souveraineté qui seule permet de lutter et de fédérer contre les élites , est une notion qui ne s’applique que dans un cadre national, il n’y a pas de souveraineté du peuple dans un cadre international, aucune institution internationale n’est élue. L’internationalisme a été conçu dans les années 30 par les penseurs du Mont pélerin afin d’éalborer une parade à la montée des démocraties qui risquaient de contester le droit de propriété. -Slobodian Quinn, historien du libéralisme-

Jusqu’à son récent divorce désordonné, Bill Gates bénéficiait d’une sorte de laissez-passer gratuit dans les médias du business. Généralement présenté comme un gentil nerd qui veut sauver le monde, le cofondateur de Microsoft a même été surnommé sans ironie « Saint Bill » par The Guardian .

Alors que les empires médiatiques d’autres milliardaires sont relativement bien connus, la mesure dans laquelle l’argent de Gates envahit le paysage médiatique moderne ne l’est pas. 

Après avoir examiné plus de 30 000 subventions individuelles, MintPress peut révéler que la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) a fait plus de 300 millions de dollars de dons pour financer des projets/campagnes médiatiques.

Les destinataires de cet argent sont parmi les plus importants organes d’information américains, notamment CNN , NBC, NPR , PBS et The Atlantic . 

Gates parraine également une myriade d’organisations étrangères influentes, dont la BBC , The Guardian , The Financial Times et The Daily Telegraph au Royaume-Uni ; des journaux européens de premier plan tels que Le Monde (France), Der Spiegel (Allemagne) et El País (Espagne) ; ainsi que de grands diffuseurs mondiaux comme Al-Jazeera .

L’argent de la Fondation Gates destiné aux programmes médiatiques a été divisé en plusieurs sections, présentées par ordre de montants décroissants , et comprend un lien vers la subvention correspondante sur le site Web de l’organisation.

Récompenses directement aux médias :

Ensemble, ces dons totalisent 166 216 526 $. 

L’argent est généralement dirigé sur des thémes de la propagande de Gates dont le Woke ou Black Lives Matter etc comme Soros

Par exemple, la subvention de 3,6 millions de dollars de CNN a été consacrée à « un reportage sur l’égalité des sexes avec un accent particulier sur les pays les moins avancés, en produisant du « journalisme » sur les inégalités quotidiennes subies par les femmes et les filles à travers le monde », tandis que le Texas Tribune a reçu des millions pour « accroître la sensibilisation et l’engagement du public sur les questions de réforme de l’éducation au Texas. » Étant donné que Bill est l’un des plus fervents partisans des écoles à charte , un cynique pourrait interpréter cela comme une propagande pro-entreprise des écoles à charte dans les médias, déguisée en reportage objectif.

La Fondation Gates a également versé près de 63 millions de dollars à des organisations caritatives étroitement liées aux grands médias, dont près de 53 millions de dollars à BBC Media Action, plus de 9 millions de dollars à la Staying Alive Foundation de MTV et 1 million de dollars au New York Times Neediest Causes Fund. 

Bien qu’ils ne financent pas spécifiquement le journalisme, les dons à la branche philanthropique d’un acteur multimédia doivent tout de même être notés.

Gates continue également de souscrire à un vaste réseau de centres de journalisme dit d’investigation mais qui en réalité servent à diffuser des dossiers préparés, totalisant un peu plus de 38 millions de dollars, dont plus de la moitié sont allés au Centre international des journalistes basé à DC pour étendre et développer les médias africains.

Ces centres comprennent :

  • Centre international des journalistes – 20 436 938 $
  • Premium Times Center for Investigative Journalism (Nigéria) – 3 800 357 $
  • Le Pulitzer Center for Crisis Reporting – 2 432 552 $
  • Fondation EurActiv Politech – 2 368 300 $
  • Fondation internationale des médias des femmes – 1 500 000 $
  • Centre de reportage d’enquête – 1 446 639 $
  • Institut InterMedia Survey – 1 297 545 $
  • Le Bureau du journalisme d’investigation – 1 068 169 $
  • Réseau Internews – 985 126 $
  • Centre des médias du Consortium des communications – 858 000 $
  • Institute for Nonprofit News – 650 021 $
  • Le Poynter Institute for Media Studies – 382 997 $
  • Centre Wole Soyinka pour le journalisme d’investigation (Nigéria) – 360 211 $
  • Institut d’études avancées en journalisme – 254 500 $
  • Forum mondial pour le développement des médias (Belgique) – 124 823 $
  • Mississippi Center for Investigative Reporting – 100 000 $

En plus de cela, la Fondation Gates offre également de l’argent aux associations de presse et de journalisme, à hauteur d’au moins 12 millions de dollars. Par exemple, la National Newspaper Publishers Association — un groupe représentant plus de 200 points de vente — a reçu 3,2 millions de dollars.

La liste de ces organisations comprend :

  • Association des écrivains en éducation – 5 938 475 $
  • Association nationale des éditeurs de journaux – 3 249 176 $
  • Fondation nationale de la presse – 1 916 172 $
  • Conseil de presse de Washington – 698 200 $
  • Fondation de l’American Society of News Editors – 250 000 $
  • Comité des journalistes pour la liberté de la presse – 25 000 $

Cela porte notre total cumulé à 216,4 millions de dollars.

La fondation finance également la formation directe de journalistes du monde entier, sous forme de bourses, de cours et d’ateliers. Aujourd’hui, il est possible pour un individu de suivre une formation de journaliste grâce à une subvention de la Fondation Gates, de trouver du travail dans un point de vente financé par Gates et d’appartenir à une association de presse financée par Gates. Cela est particulièrement vrai des journalistes travaillant dans les domaines de la santé, de l’éducation et du développement mondial, ceux dans lesquels Gates lui-même est le plus actif et où l’examen minutieux des actions et des motivations du milliardaire est le plus nécessaire.

Les subventions de la Fondation Gates relatives à l’instruction des journalistes comprennent :

La BMGF finance également un large éventail de campagnes médiatiques spécifiques à travers le monde. 

Par exemple, depuis 2014, elle a fait un don de 5,7 millions de dollars à la Population Foundation of India afin de créer des pièces de théâtre qui promeuvent la santé sexuelle et reproductive, dans le but d’augmenter les méthodes de planification familiale en Asie du Sud. 

Pendant ce temps, il a alloué plus de 3,5 millions de dollars à une organisation sénégalaise pour développer des émissions de radio et du contenu en ligne contenant des informations sur la santé. Les partisans considèrent que cela aide des médias gravement sous-financés, tandis que les opposants pourraient considérer qu’il s’agit d’un milliardaire utilisant son argent pour diffuser ses idées et ses opinions dans la presse.

Projets médias soutenus par la Fondation Gates :

Total : 97 315 ​​408 $

319,4 millions de dollars et (beaucoup) plus

Ensemble, ces projets médiatiques parrainés par Gates s’élèvent à un total de 319,4 millions de dollars. 

Cependant, cette liste non exhaustive présente des lacunes évidentes, ce qui signifie que le chiffre réel est sans aucun doute bien plus élevé. Premièrement, il ne compte pas les sous-subventions, c’est-à-dire l’argent donné par les bénéficiaires aux médias du monde entier. Et tandis que la Fondation Gates favorise un air d’ouverture sur elle-même, il existe en réalité peu d’informations publiques précieuses sur ce qu’il advient de l’argent de chaque subvention, à l’exception d’une courte description d’une ou deux phrases écrite par la fondation elle-même sur son site Web. . Seuls les dons aux organisations de presse elles-mêmes ou aux projets pouvant être identifiés à partir des informations sur le site Web de la Fondation Gates en tant que campagnes médiatiques ont été comptabilisés, ce qui signifie que des milliers de subventions comportant un élément médiatique n’apparaissent pas dans cette liste.

Le partenariat de la BMGF avec ViacomCBS, la société qui contrôle CBS News , MTV, VH1, Nickelodeon et BET indiquaient que la Fondation Gates payait le géant du divertissement « pour insérer des informations et des messages d’intérêt public » dans sa programmation et que Gates était intervenu pour modifier les scénarios d’émissions populaires comme ER et Law & Order: SVU.

Cependant, lors de la vérification de la base de données des subventions de BMGF, « Viacom » et « CBS » sont introuvables, la subvention probable en question (totalisant plus de 6 millions de dollars) décrivant simplement le projet comme une « campagne d’engagement public visant à améliorer les taux d’obtention du diplôme d’études secondaires et taux d’achèvement des études postsecondaires visant spécifiquement les parents et les étudiants », ce qui signifie qu’il n’a pas été compté dans le total officiel. 

Il y a sûrement beaucoup d’autres exemples comme celui-ci. « Pour un organisme de bienfaisance bénéficiant d’un privilège fiscal qui clame si souvent l’importance de la transparence, il est remarquable à quel point la Fondation Gates est extrêmement secrète à propos de ses flux financiers » , a déclaré à MintPress Tim Schwab , l’un des rares journalistes d’investigation à avoir scruté le milliardaire de la technologie . .

Ne sont pas non plus incluses les subventions visant à produire des articles pour des revues universitaires. Bien que ces articles ne soient pas destinés à la consommation de masse, ils constituent régulièrement la base d’articles dans la presse grand public et aident à façonner les récits autour de questions clés. 

La Fondation Gates a largement contribué aux sources universitaires, avec au moins 13,6 millions de dollars consacrés à la création de contenu pour la prestigieuse revue médicale The Lancet .

Et, bien sûr, même l’argent donné aux universités pour des projets purement de recherche finit par se retrouver dans des revues universitaires, et finalement, en aval dans les médias de masse. Les universitaires subissent de fortes pressions pour imprimer leurs résultats dans des revues prestigieuses ; « publier ou périr » est le mantra des départements universitaires. Par conséquent, même ces types de subventions ont un effet sur nos médias. Ni ceux-ci ni les subventions finançant l’impression de livres ou la création de sites Web ne comptent dans le total, bien qu’ils soient aussi des formes de médias.

Profil bas, longs tentacules

Par rapport à d’autres milliardaires de la technologie, Gates a gardé son profil de contrôleur des médias relativement bas. 

Le fondateur d’Amazon Jeff Bezos va plus loin :  l’achat du Washington Post  pour 250 millions de dollars en 2013 était une forme d’influence médiatique très claire et évidente, tout comme la création par le fondateur d’eBay Pierre Omidyar de First Look Media, la société propriétaire de The Intercept  spécialisé dans l’intox sous couvert de reinformation..

Bien qu’ils passent plus inaperçus, Gates et ses entreprises ont accumulé une influence considérable dans les médias. Nous comptons déjà sur des produits appartenant à Microsoft pour la communication (par exemple Skype, Hotmail), les médias sociaux (LinkedIn) et le divertissement (Microsoft XBox). De plus, le matériel et les logiciels que nous utilisons pour communiquer sont souvent fournis par le magnat de Seattle de 66 ans. Combien de personnes lisant ceci le font sur un téléphone Microsoft Surface ou Windows et le font via le système d’exploitation Windows ? De plus, Microsoft détient des participations dans des géants des médias tels que Comcast et AT&T . Et le « MS » dans MSNBC signifie Microsoft.

https://www.mintpressnews.com/faux-generosity-how-bill-gates-bought-his-power-and-influence/263208/embed/#?secret=0xJJxtg8Hp

Les gardiens des portes des médias

Le fait que la Fondation Gates finance une partie importante de notre écosystème médiatique entraîne de graves problèmes d’objectivité. « Les subventions de la fondation aux organisations de médias… soulèvent des questions de conflit d’intérêts évidentes : comment les reportages peuvent-ils être impartiaux lorsqu’un acteur majeur tient les cordons de la bourse ? » a écrit le Seattle Times local de Gates en 2011. C’était avant que le journal n’accepte l’ argent de la BMGF pour financer sa section « laboratoire d’éducation ».

Les recherches de Schwab ont montré que ce conflit d’intérêts va jusqu’au sommet : deux chroniqueurs du New York Times avaient écrit avec enthousiasme sur la Fondation Gates pendant des années sans révéler qu’ils travaillaient également pour un groupe – le Solutions Journalism Network – qui, comme le montre ci-dessus, a reçu plus de 7 millions de dollars de l’association caritative du milliardaire technologique.

Plus tôt cette année, Schwab a également refusé de co-reporter une histoire sur COVAX pour le Bureau of Investigative Journalism , soupçonnant que l’argent que Gates avait injecté dans le magasin rendrait impossible un reportage précis sur un sujet si proche du cœur de Gates. Effectivement, lorsque l’article a été publié le mois dernier, il a répété l’affirmation selon laquelle Gates avait peu à voir avec l’échec de COVAX, reflétant la position de la BMGF et les citant tout au long. Ce n’est qu’à la toute fin de l’histoire de plus de 5 000 mots qu’il a révélé que l’organisation qu’elle défendait payait les salaires de son personnel.

« Je ne crois pas que Gates ait dit au Bureau of Investigative Journalism quoi écrire. Je pense que le bureau savait implicitement, voire inconsciemment, qu’il devait trouver un moyen de raconter cette histoire qui ne visait pas son bailleur de fonds. Les effets biaisés des conflits financiers sont complexes mais très réels et fiables », a déclaré Schwab, le décrivant comme « une étude de cas sur les périls du journalisme financé par Gates ».

MintPress a également contacté la Fondation Bill et Melinda Gates pour commentaires, mais n’a pas répondu.

Gates, qui a amassé sa fortune en construisant un monopole et en protégeant avec zèle sa propriété intellectuelle, porte une responsabilité importante dans l’échec du déploiement du vaccin contre le coronavirus à travers le monde. 

Indépendamment du fiasco du COVAX, il a fait pression sur l’Université d’Oxford pour qu’elle ne rende pas son vaccin -financé par l’État – open source et accessible à tous gratuitement, et pour qu’elle s’associe à la société privée AstraZeneca, une décision qui signifiait que ceux qui ne pouvaient pas payer étaient empêchés de l’utiliser. 

https://www.mintpressnews.com/bill-gates-oxford-ditched-plans-open-source-covid-19-vaccine/274698/embed/#?secret=HMyEtp48AP

Malheureusement, bon nombre de ces vraies critiques de Gates et de son réseau sont obscurcies par des théories du complot sauvages et fausses sur des choses telles que l’insertion de puces électroniques dans les vaccins pour contrôler la population. 

Cela signifie que les véritables critiques du cofondateur de Microsoft sont souvent démonétisées et supprimées de manière algorithmique, ce qui signifie que les médias sont fortement dissuadés de couvrir le sujet, sachant qu’ils perdront probablement de l’argent s’ils le font. Le manque d’examen minutieux du deuxième individu le plus riche du monde alimente à son tour des soupçons farfelus.

 Indépendamment de ses liens profonds et potentiellement de plusieurs décennies avec le tristement célèbre Jeffrey Epstein, ses tentatives pour changer radicalement la société africaine et son investissement dans le géant chimique controversé Monsanto, il est peut-être le principal moteur du mouvement américain des écoles à charte – une tentative de privatiser essentiellement le système éducatif américain. Les écoles à charte sont profondément impopulaires auprès des syndicats d’enseignants, qui voient le mouvement comme une tentative de réduire leur autonomie et de réduire le contrôle public sur la manière et la nature de l’enseignement aux enfants.

Jusqu’à la banque

Dans la plupart des reportages, les dons de Gates sont largement présentés comme des gestes altruistes. Pourtant, beaucoup ont souligné les défauts inhérents à ce modèle, notant que permettre aux milliardaires de décider ce qu’ils font avec leur argent leur permet de définir l’agenda public, leur donnant un pouvoir énorme sur la société. 

« La philanthropie peut et est utilisée délibérément pour détourner l’attention des différentes formes d’exploitation économique qui sous-tendent les inégalités mondiales aujourd’hui », a déclaré Linsey McGoey , professeur de sociologie à l’Université d’Essex, au Royaume-Uni, et auteur de No Such Thing as a Free Gift : La Fondation Gates et le Prix de la Philanthropie. Elle ajoute:

Le nouveau « philanthrocapitalisme » menace la démocratie en augmentant le pouvoir du secteur des entreprises au détriment des organisations du secteur public, qui sont de plus en plus confrontées à des compressions budgétaires, en partie en rémunérant excessivement les organisations à but lucratif pour fournir des services publics qui pourraient être fournis à moindre coût sans participation du secteur privé.

Photo vedette | Bill Gates:

Alan MacLeod  est rédacteur principal pour MintPress News. Après avoir terminé son doctorat en 2017, il a publié deux livres :  Bad News From Venezuela: Twenty Years of Fake News and Misreporting  and  Propaganda in the Information Age: Still Manufacturing Consent , ainsi  qu’un  certain nombre  d’  articles universitaires  . Il a également contribué à  FAIR.org ,  The Guardian ,  Salon ,  The Grayzone ,  Jacobin Magazine et Common Dreams .

EN PRIME

La wokenisation de ‘GI Joe

Philippe Grasset.

Chronique étrange d’une transformation de forme et de fond des forces armées des États-Unis. • Une expérience étrange, que l’on ne connut jamais que dans des armées de pays communistes dans des situations de purge extrême. • Les objectifs stratégiques habituels de ces forces semblent s’effacer pour laisser place à l’endoctrinement. • Il ne nous semble pas que cette démarche soit assurée d’être gagnante. • Les forces vont perdre leurs capacités de combat sans pour cela qu’on soit assuré qu’elles deviennent une force idéologique et d’idéologisation.

On mettra sous le terme de ‘wokenisation’ l’ensemble des événements sociétaux et culturels affectant les sociétés occidentales (bloc-BAO), particulièrement les USA, et y compris en cela l’événement sanitaire du Covid que nous tendons irrésistiblement à ‘wokeniser’, à inscrire dans le large mouvement du wokenisme. Cette wokenisation du Covid répond, à notre sens et selon notre perception à une sorte de loi de la gravitation universelle revue-woke, ou revue selon le dogme de la ‘modernité-sénile’ (désignation à notre sens et décidément préférable à l’expression de ‘modernité-tardive’ jusqu’ici utilisée).

Ces précisions de vocabulaire farcies de néologismes sont nécessaire pour expliquer qu’une observation de la wokenisation des forces armées US implique la question de la vaccination imposée à ces forces. On sait effectivement que le Covid a été très fortement politisée dès le début de la pandémie aux USA, avec un changement total d’orientation correspondant naturellement à l’échec de Trump en novembre 2020. C’est en effet Trump qui lança la fabrication-express des vaccins en mars 2020 et, jusqu’en novembre, le parti démocrate lui-même complètement wokenisé laissait complètement de côté la question des vaccins puisqu’elle était une initiative de Trump.

A partir de janvier-février, 2021, Biden reprit complètement à son compte le programme de vaccination dès son origine, évacuant complètement le rôle central de Trump à l’origine, selon une méthode extraordinaire d’inversion de la réalité, une technique poussant le mensonge dans des normes de complet simulacre qui l’invertit en le transformant en une vérité irréfragable. La politisation de Covid est alors, dans la liturgie démocrate, devenue “idéologisation”, s’inscrivant ainsi complètement dans la ligne du wokenisme.

Cette méthode d’inversion est aujourd’hui illustrée par les déclarations de Biden applaudissant l’enthousiasme de de SouthWest Airlines pour la vaccination, y compris ses pilotes au moment où nombre d’entre eux ont lancé un vaste mouvement anti-vaxx (soutenus implicitement par le décret du gouverneur du Texas Abbott, refusant la vaccination obligatoire dans les entreprises de plus de 100 employés [SouthWest Airlines est basée au Texas]). En même temps que Biden félicitait SouthWest Airlines pour son application de sa directive de vaccination obligatoire, le PDG de la compagnie aérienne lui-même faisait marche-arrière par rapport à ses premières déclarations favorables par défaut à la vaccination obligatoire et précisait son opposition à cet ordre présidentiel de vaccination tout en tentant de minorer le sens du mouvement de contestation de ses pilotes :

« Les commentaires de Biden sont intervenus peu de temps après que le PDG de Southwest, Greg Kelly, a semblé prendre ses distances par rapport à la directive [de Biden], bien que la compagnie ait affirmé qu’il n’y avait aucun lien entre ses problèmes d’annulation de vol horaires et l’exigence de vaccination.

» Le PDG a déclaré à CNBC qu’il n’avait jamais été “favorable à ce que les entreprises imposent ce genre de directive”, tout en ajoutant que cela n’avait rien à voir avec les annulations. »

Cette introduction étant faite, nécessaire pour sortir complètement le Covid et la vaccination du domaine sanitaire et l’intégrer dans l’idéologisation maximaliste du wokenisme, on peut alors aborder ce que nous désignons comme “La wokenisation de ‘GI Joe’”. L’expression complète (de GI à GI Joe), popularisée pendant le Deuxième Guerre mondiale, a pris une pertinence et une actualité surprenantes : le nouveau GI wokenisé est bien le “GI de Joe (Biden)” ; et sa wokenisation est bien une révolution, à la fois culturelle (à-la-Mao) et psychologique, et par conséquent opérationnelle.

 On relève plusieurs cas et événements renforçant l’idée que la wokenisation des forces et, pour notre cas plus précis, l’obligation de vacciner que nous plaçons décidément dans le cadre de cette wokenisation, représente à la fois une tendance de bouleversement et a des effets tout à fait spécifiques.

• Un rapport du Pentagone portant notamment sur le deuxième trimestre de 2021 montre un nombre de suicides en forte expansion, atteignant un chiffre bien supérieur à celui du morts de Covid aux sein des forces depuis le début de la pandémie. La comparaison n’est pas gratuite, tant il apparaît évident que cette augmentation des suicides doit beaucoup à la perspective d’une vaccination forcée contre le Covid à laquelle nombre de soldats sont hostiles.

Il faut bien se comprendre, c’est-à-dire ne pas raisonner en termes de comparaison précise, mais bien mesurer la dimension symbolique des chiffres. L’on vous dit que le nombre de suicides éclate dans le trimestre où l’on annonce la vaccination obligatoire, et que le nombre total de suicide pendant la période est supérieur au nombre de morts du Covid. Même si la chose n’est pas statistiquement prouvée (qui connaît le nombre de suicidés s’étant donnés la mort pour cette cause de la vaccination ?), qui douterait de l’effet du phénomène comme une indication incontestable et symbolique aboutissant à la conclusion : en un trimestre, l’annonce du vaccin contre le Covid a tué plus de gens que le Covid depuis qu’il a débuté ? L’affirmation est contestable selon sa logique statistique mais sa logique symbolique est complètement incontestable. (Texte de RT.com, traduit par le Sakerfrancophone.)

« Plus de membres de l’armée américaine sont morts par suicide au cours du seul deuxième trimestre de cette année que du coronavirus pendant toute la durée de la pandémie, selon un inquiétant rapport du Pentagone.

» Entre le début du mois d’avril et la fin du mois de juin 2021, il y a eu 139 suicides militaires au total – 99 dans le service actif, 14 parmi les réservistes et 26 dans la garde nationale – indique le dernier rapport du Defense Suicide Prevention Office (DSPO).

» Les statistiques publiées font état d’une hausse de 46 % des suicides au sein des forces actives de l’armée américaine, par rapport à 2020.

» Les nouveaux chiffres signifient également que les suicides survenus au cours de ce seul trimestre civil représentent plus du double du nombre officiel de décès dus au Covid-19 dans les forces armées, que le Pentagone a estimé à 58 jusqu’à présent.

» Le rapport annuel 2020 du ministère de la Défense sur les suicides militaires, publié fin septembre, faisait état de 580 décès de ce type au cours de l’année 2020 – corrigé à 581 dans le dernier trimestre – contre 505 au total l’année précédente. »

• Le nouveau secrétait à la Navy, en fonction depuis le mois d’août, qui se nomme Carlos Del Toro, est un avatar heureux de la diversité puisqu’ayant servi durant 37 ans dans la marine, essentiellement à bord de navires de la flotte, avant de passer au secteur privé en 2003. Cette excellente introduction n’empêche, et même rend d’autant plus décourageant le fait qu’il propose un programme extrêmement dur, dans le sens des orientations idéologique du wokenisme. On relèvera, par rapport à ce qui précède, que figure dans son programme la “lutte contre les suicides” alors qu’y figurent également les choses dont on pourrait penser qu’elles sont des causes puissantes de suicide : le wokenisme, la lutte (vaccin) contre Covid…

C’est bien la première fois que n’apparaît pas, dans les priorités du programme d’un nouveau secrétaire à la Marine, des notions de stratégie globales et structurelles qui ont constitué jusqu’ici le fondement de l’US Navy : la surveillance et le contrôle des grandes voies maritimes et des nœuds de communication (détroits, voies de passage, etc.), la projection des forces…

« Depuis ma confirmation en tant que 78e secrétaire de la Marine, j’ai qualifié les défis les plus pressants auxquels le département de la Marine est confronté sous l’expression des “Quatre C” : Chine, Culture [‘cancel culture’], Changement climatique et COVID. La République populaire de Chine représente le défi de rythme par rapport auquel nous devons planifier nos stratégies de combat et nos investissements. Les défis culturels que nous devons relever comprennent la lutte contre les agressions et le harcèlement sexuels, la promotion de la diversité, de l’équité et de l’inclusion, la prévention du suicide et l’exigence d’intégrité et de responsabilité de la part de notre leadership naval.

» Le changement climatique pose un éventail de risques qui s’intensifie rapidement pour notre environnement opérationnel, nos alliés et partenaires, et notre planète. Et le COVID a mis à l’épreuve d’une façon qui n’a pas de précédent la résilience de nos gens, de leurs familles et de notre système de santé. Nous devons nous attaquer à ces ‘Quatre C’ avec un sentiment d’urgence soutenu et un fort penchant pour l’action. »

• Un autre point est l’hémorragie de personnel que va provoquer l’obligation vaccinale, du fait que ceux qui refusent cette vaccination seront exclus des forces armées. Dans cette dynamique, l’US Navy justement a pris les devants et se montre la plus sévère et la plus déterminée des quatre armes (Corps des Marines inclus). Selon les décisions qui ont déjà été prises, il semble que l’on peut s’attendre à un chiffre d’autour de 46 000 exclusions des forces armées, ce qui n’est pas rien :

« [Une étude] d’AFP souligne que si la politique officielle du Pentagone consiste à expulser tous les soldats qui refusent le vaccin, cela pourrait créer un problème important pour l’état de préparation de la défense américaine, étant donné que cela impliquerait inévitablement un retrait massif de troupes. »

Tous ces événements, en plus de ce qu’ils sont, contribuent à renforcer un climat qui est aujourd’hui d’une très grande force et qui rend compte d’une véritable révolution de type épuratoire dans les forces armées.

Il s’agit d’un événement considérable, qui a d’ores et déjà des conséquences, dont certains pensent qu’elles ont commencé à se manifester lors de la crise de la chute de Kaboul et du départ de l’Afghanistan.

Le plus important à cet égard, maintenant qu’un temps assez long s’est écoulé pour penser qu’il s’agit d’une tendance durable sinon structurelle, est d’observer que les nouvelles directions mises en place par l’administration Biden (en fait, par les démocrates poussés par le wokenisme) ne considèrent pas que cette démarche est une simple remise en ordre, mais bien une transformation structurelle révolutionnaire. Cette idée se trouve directement illustrée par ce qui est écrit à propos du programme et des priorités du nouveau secrétaire à la Navy. On observe ainsi que les choix et les nécessités stratégiques passent complètement au second plan au profit d’une tentative de complète transformation, non seulement des structures, mais bien autant des individus eux-mêmes.

La démarche contribue à évoluer, ou à tenter d’évoluer vers une transformation complète des forces armées américanistes, plutôt à les orienter vers la situation intérieure pour appuyer le projet démocrate/wokeniste de transformation de la société.

Pour le coup, on peut affirmer avec certitude qu’il s’agit d’une entreprise absolument inédite dans l’histoire des États-Unis, pays où les forces armées existent pour protéger la population et la société des États-Unis telles qu’elles sont ; dès l’origine cela, où n’existaient que des milices locales (les ‘Minutemen’) qui constituaient une pure émanation du peuple, indiquant évidemment cette tâche fondamentale de protection de la population dont elles étaient issues.

Il n’est évidemment loin d’être assuré qu’un tel projet, qui est d’essence d’un communisme maximaliste (chinois et soviétique dans leurs phases extrêmes) aboutisse ; par contre ce qui se met en place c’est un effondrement régulier de la capacité de combat des forces armées dans leur mission habituelle d’affrontement extérieur par projection de forces. Les forces armées américanistes, sous la direction éclairé des nouveaux dirigeants, sont en train de perdre une véritable capacité sans être assuré en rien d’acquérir celle, nouvelle, qu’on lui assigne ; bref, la proie pour l’ombre ?

… Par ailleurs et sans aucun doute, en haussant le point de vue, il s’agit bien entendu d’un élément d’une extrême importance du processus d’effondrement de la puissance de l’américanisme.

Mis en ligne le 15 octobre 2021 à 18H55

2 réflexions sur “Après « pourquoi ils vous font vivre dans la peur », voici comment et avec quels moyens, un exemple!

  1. Vidéo de Christian Peronne invité par Yvan Rioufol sur Cnews. Remarquez comment le petit présentateur bien-pensant avec son petit diplôme de journaliste essaie de faire la leçon au grand professeur. Voilà le monde dans lequel nous sommes. Tout se vaut….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s