Maillon faible chinois, risques financiers et géopolitiques.

La Chine va connaitre une année 2022 extrêmement difficile.

Les développements immobiliers et fonciers pointent vers une aggravation de la crise , elle va s’étendre davantage jusqu’à l’effondrement d’une bulle le logements, d’appartements, de produits connexes et finalement jusqu’à l’orée d’une crise systémique.

3 janvier – Bloomberg :

« Un mur de dettes qui arrivent à échéance et une augmentation de la demande saisonnière de liquidités mettront à l’épreuve les marchés financiers chinois ce mois-ci, mettant la pression sur la banque centrale pour assurer une liquidité suffisante. 

La demande de liquidités pourrait totaliser environ 4 500 milliards de yuans (708 milliards de dollars) en janvier, soit 18 % de plus que l’année dernière, selon les calculs de Bloomberg basés sur des données officielles et des estimations d’analystes. 

Il faut s’attendre à une augmentation du montant des prêts arrivant à échéance et une demande de liquidités pour les dépenses pendant le Nouvel An lunaire… », a déclaré Yishuang Li, analyste chez Cinda Securities Ltd., citant les paiements d’impôts et l’échéance des prêts sur police.

1er janvier – Bloomberg

« Les promoteurs immobiliers chinois ont des factures croissantes à payer en janvier et des options de plus en plus réduites pour lever les fonds nécessaires. L’industrie devra trouver au moins 197 milliards de dollars pour couvrir les obligations arrivant à échéance, les coupons, les produits de fiducie et les salaires différés à des millions de travailleurs migrants, selon les calculs de Bloomberg et les estimations des analystes. Pékin a exhorté les constructeurs comme China Evergrande Group à respecter les salaires d’ici la fin du mois afin d’éviter le risque de troubles sociaux. »

L’enjeu clé pour 2022. c’est la crise de confiance La perception que Pékin maîtrise la crise de l’immobilier et des développeurs s’estompe. La foi dans la puissante « méritocratie » de Pékin est menacée.

La «tolérance zéro» de Pékin contre le Covid exige des sacrifices personnels considérables . Désormais, Omicron risque d’exposer une population très vulnérable (vaccins moins efficaces et immunité naturelle limitée). Les épidémies d’Omicron, les blocages généralisés, les infections massives et la crise économique ne sont pas un scénario improbable . 

Pékin risque l’apparition d’un problème politique

Le leadership a été vénéré au niveau national pour une gestion économique habile.  Il existe aujourd’hui un gouffre immense entre la perception d’une compétence inattaquable et la réalité d’un échec catastrophique à maîtriser au niveau du crédit et des bulles immobilières.

7 janvier – Bloomberg :

« Hong Kong est à un point de basculement du Covid-19. La passerelle autrefois dynamique vers la Chine a sacrifié son statut de plaque tournante internationale au «Covid Zero», sa stratégie pour éliminer le virus en s’isolant d’un monde inondé d’agents pathogènes coute tres cher. Cela a fonctionné pendant près d’un an, assurant la sécurité des résidents et largement sans entraves tout en soulevant la possibilité alléchante de rouvrir la frontière avec la Chine, ce qui est la pierre angulaire de l’économie de la ville. Maintenant, Hong Kong vit avec le pire des deux mondes, depuis que quelques infections importées causées par la variante hautement transmissible de l’omicron ont commencé à se propager dans la ville sous-vaccinée, déclenchant de nouveaux freins. Les résidents ne peuvent plus aller au gymnase ou au cinéma, et les banquets autrefois omniprésents où les gens se réunissaient pour célébrer le Nouvel An chinois ont été annulés pour une autre année.

4 janvier – Financial Times :

« Les banques chinoises se sont précipitées pour respecter leurs quotas de prêts annuels imposés par l’État le mois dernier en achetant des instruments financiers à faible risque plutôt qu’en émettant des prêts, une attitude qui, selon les banquiers et les analystes, reflète la méfiance des institutions financières. sur le ralentissement de l’économie du pays. 

La hausse de la demande pour les acceptations bancaires, garanties par leurs émetteurs et classées techniquement comme des prêts, a réduit le rendement des instruments à près de 0% dans la seconde quinzaine de décembre, atteignant un plancher record de 0,007% le 23 décembre.

C’était bien inférieur au coût moyen du capital de 2,5% des banques chinoises sur la même période, ce qui implique qu’ils préféraient perdre de l’argent sur des acceptations bancaires à faible rendement plutôt que de risquer des pertes plus importantes en émettant leurs propres prêts… Les agents de crédit ont déclaré que l’achat d’acceptations bancaires pour atteindre leurs quotas de prêts de fin d’année était le moyen le plus sûr de soutenir les objectifs de la politique du gouvernement . « Soutenir l’économie au sens large est une tâche politique à laquelle nous ne pouvons pas dire » non «  », a déclaré un cadre de la banque Zhongyuan nous devons … soutenir l’économie réelle tout en maîtrisant les créances irrécouvrables », a déclaré un agent de crédit de la Zheshang Bank… « C’est difficile à réaliser dans l’environnement commercial actuel. »

« Les autorités veulent que nous soutenions l’économie réelle tout en maîtrisant les créances douteuses. » disent les banquiers. appuyer sur le frein et sur l’accélérateur, pas de meilleure recette pour un blocage.

En cas de blocage généralisé, Pékin n’aura guère d’autre alternative que d’injecter de grandes quantités de liquidités dans le système.

cela signifie que comme les autres banques centrales, la Banque populaire de Chine risque d’alimenter l’inflation. La confluence d’une baisse des prix des actifs (appartements et valeurs mobilières) et d’une hausse des prix à la consommation et d’une baisse du pouvoir d’achat des travailleurs va constituer un véritable défi pour les décideurs politiques et le système bancaire. Une hausse des rendements et une instabilité monétaire affaiblirait davantage le système bancaire chinois. 

La bulle chancelante de la Chine et ses ramifications augmentent les risques géopolitiques. Une crise intérieure peut être un facteur de developpements plus belliqueus avec Taïwan.

6 réflexions sur “Maillon faible chinois, risques financiers et géopolitiques.

  1. A mon avis, les confinements en Chine visent à brider l’économie réelle et à la maintenir en dessous de ses pleines capacités afin de réduire la divergence d’avec la bulle immobilière et faciliter son dégonflement, et – comme en Occident – fournir la justification d’une poursuite de la planche à billets qui sert à consolider les autres secteurs et à amortir le choc du dégonflement douloureux.

    Omicron fournit une occasion idéale et exceptionnelle de brider l’économie réelle, occasion qui ne se présentera plus jamais une fois l’épidémie passée
    Pour dégonfler une bulle, on peut agir sur la taille des actifs financiers; le covid a été la première occasion d’agir sur la taille de l’économie réelle, le but étant de réduire la divergence entre les deux durant l’opération de degonflement afin que celle-ci soit le moins douloureuse possible, et l’opération de réduction de divergence doit être camouflée sous un autre objectif , car si le public apprend le vrai objectif cela réduira la confiance à néant et anéantira tous les efforts en précipitant ce qu’on souhaite gérer doucement et sans douleur.

    Qu’en pensez-vous M. Bertez ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s