Vous auriez tort d’ignorer cette synthèse; sous la surface, cela bouge! Tambours de guerre.

L’argent tourne, il est instable, il cherche un endroit ou se fixer.

C’est le signe que les solutions anciennes ont cessé d’être perçues comme satisfaisantes ou sures.

Sous l’apparente stabilité ou résistance des indices il y a des glissements et j’ai l’impression que des plaques tectoniques bougent; on en verra les conséquences plus tard.

La fin d’année et le début d’année boursière se caractérisent par le mot « rotation ».

La rotation est un signe positif pour les autorités, c’est le signe que l’argent reste bien piégé dans le système et n’en sort pas. Mais c’est signe négatif car il signifie que l’instabilité revient.

Depuis le début de l’année on a délaissé les actions de croissance, les cryptos , les véhicules spéculatifs, les obligations, et les taux longs ont fortement monté.

 Les actions dites « valeur » ou « value » des grandes capitalisations ont surperformé les actions de croissance à grande capitalisation; les actions « valeur » à petite capitalisation ont surperformé les actions de croissance des petites capitalisations; le rendement des bons du Trésor à 10 ans a fortement monté , le rendement des bons à 2 ans a augmenté également , la courbe des taux s’est pentifiée de 13 % et le rendement des TIPS à 10 ans a augmenté de 32 points de base.

Le pétrole brut et le gaz naturel ont progressé de près de 12 et 14 %. 

Je ne crois plus beaucoup aux messages ou à la sagesse des marchés financiers , pas plus que je ne crois à leur capacité d’anticipation, mais si j’y croyais je dirais qu’ils jouent un scénario de croissance d’une part et de ralentissement de l’inflation d’autre part.

En quelque sorte les marchés « ratifieraient » le schéma de la Fed, qui agit pour calmer l’inflation parce qu’elle croit que la croissance est solide.

Le marché a laissé entendre la semaine dernière que l’économie est ou sera meilleure qu’on ne s’y attendait il y a à peine une semaine.

 La hausse des taux nominaux et réels est une indication de la hausse des attentes de croissance. Les taux réels augmentant plus que les taux nominaux, cela signifie que les anticipations d’inflation baissent. Une courbe de rendement plus raide et plus pentue est également associée à une croissance plus élevée. 

Si l’inflation a culminé – si elle était vraiment transitoire – cela impliquerait que la récente inclinaison hawkish de la Fed est peut-être un peu trop précipitée et peut-être que les 4 hausses de taux en 2022 s’avereront ridicules.

Personnellement je n’attache aucune signification à toutes ces fluctuations, les marchés de taux ont perdu leur efficacité; souvenez vous de la rémontée record de l’automne 2018, avant la rechute!

Les mouvements des actions, « valeur » qui surperforment la croissance, cela veut dire qu’il y a amélioration des attentes de croissance. Porquoi pas, tout dépend non pas de la réalité, elle est en ce moment inconnaissable, mais elle dépend des indicateurs et des gourous que l’on choisit. Les économistes mainstream voient la croissance mais ceux que j’aime bien , les Rosenberg et Snider voient des signes de faiblesse.

Il ne sert a rien d’essayer de prédire l’avenir, laissons cela aux charlatans qui en font leur métier, essayons simplement de comprendre le présent.

L’or, chute modestement puis se redresse, cela ne veur rien dire; le dollar a cessé de monter mais il ne s’effrite que marginalement, aucun intérêt.

 Les démissions des salariés atteignent des niveaux record. Il s’agit principalement d’un phénomène qui concerne les bas salaires ils ont les taux de démission les plus élevés comme dans le commerce de détail les services d’hébergement et de restauration. Les gens quittent ces emplois parce qu’il existe de nombreuses alternatives avec des salaires plus élevés. 

 

La dynamique que j’observe me rappelle l’éclatement de la bulle «tech» en 2000.

Il y avait des corrélations notables entre les actions technologiques en baisse et les crypto-monnaies – et certains indicateurs clés des conditions financières comme les prix des CDS ne trompent pas . 

C’ est comme si la peur commençait à s’installer : le marché commence à faire des liens entre l’effondrement de la bulle cryptographique -en rémission cette semaine- , l’industrie technologique surchauffée, l’ingenierie fiancière dominée apr l’escroquerie des SPAC et de ARK, et le risque systémique latent. 

Nous avons commencé à voir des corrélations qui mettent la puce a l’oreille.

Il va falloir oberver de près les conditions financières; si elles se resserrent des dizaines d’entreprises se retrouveront sans accès à de nouveaux financements. Surveillez les oiseaux de beau temps comme Ark et se « mêmes ».

Tambours de guerre. 

Les actions russes ont chuté de 4,6 % cette semaine. Les rendements du rouble à 10 ans de la Russie ont bondi de 100 points de base pour atteindre un sommet de près de six ans à 9,46 %. Le CDS souverain de la Russie a bondi de 53 à 178 points de base, le plus haut depuis le pic de la crise de mars 2020. Les rendements du dollar ukrainien ont bondi de 126 points de base à 10,44 % (plus haut depuis avril 2020). Les CDS souverains ukrainiens ont bondi de 227 à 858 points de base, le plus haut depuis la période d’invasion russe de 2014.

14 janvier – Reuters :

« Les responsables du renseignement américain affirment qu’un effort russe est en cours pour créer un prétexte pour que ses troupes envahissent davantage l’Ukraine, et Moscou a déjà prépositionné des agents pour mener » un faux- flag operation » dans l’est de l’Ukraine, selon la Maison Blanche. L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré vendredi que les conclusions des services de renseignement montrent que la Russie jette également les bases d’une campagne de désinformation sur les réseaux sociaux qui présente l’Ukraine comme un agresseur qui prépare une attaque imminente contre les forces soutenues par la Russie dans l’est de l’Ukraine.

L’Occident ne comprend rien a ce qui se passe en Chine et sous estime la gravité de la situation

Les actions chinoises ont de nouveau été sous pression cette semaine. En particulier, de nombreuses actions et obligations de développeurs sont sur la bonne voie pour subir des pertes inimaginables il y a quelques mois à peine.

La dynamique de crise en Chine a pris un élan important cette semaine. Mais les réponses politiques et un semblant de stabilité nourrissent la perception que la situation est en grande partie maitrisée. Pendant ce temps, le stress du crédit se diffuse et s’élargit, rampant méthodiquement de la «périphérie» vers le «noyau» systémique chinois..

Le CDS de la Banque de développement de Chine a augmenté de quatre points pour atteindre un sommet d’un mois de 62 points de base. Celui de la Banque de Chine a augmenté de quatre pour atteindre un sommet d’un mois de 63 points de base. Industrial & Commercial Bank a gagné trois points de base pour atteindre un sommet sur un mois de 64 points de base, et China Construction Bank a gagné deux points de base pour atteindre un sommet sur un mois de 62 points de base. 

De plus, les CDS souverains chinois ont augmenté de quatre points pour atteindre un plus haut de cinq semaines à 47 points de base , on a commencé en 2020 à 30 points de base.

4 janvier – Bloomberg :

« Les obligations en dollars émises par les principaux gestionnaires de dette en difficulté contrôlés par l’État chinois ont continué de baisser vendredi, certaines étant sur le point d’enregistrer leurs plus fortes baisses jamais enregistrées. L’écart sur le billet perpétuel à 4,4 % de China Cinda s’est élargi de 39 points de base cette semaine à 332 points de base, dont 28 points de base vendredi… ce spread est sur le point de connaître ses plus grands élargissements quotidiens et hebdomadaires depuis l’émission de novembre. La note de Huarong à 3,75% 2024 s’est élargie de 47 points de base à 349 points de base, sur la bonne voie pour la plus forte augmentation quotidienne depuis novembre. Le spread s’est élargi de 106 points de base cette semaine, le plus élevé depuis juillet

Pendant ce temps sur les marchés:

Le S&P500 n’a glissé que de 0,3 % (en baisse de 2,2 % depuis le début de l’année)

Le Dow a baissé de 0,9 % (en baisse de 1,2 %). 

Les services publics ont chuté de 1,5 % (en baisse de 3,5 %). 

Les Banques ont gagné 1,1 % (+ 11,3 %), tandis que les Courtiers ont baissé de 1,3 % (+ 1,3 %). 

Les Transports baissent de 2,2% (-3,5%). 

Le S&P 400 des Midcaps a reculé de 0,4 % (en baisse de 2,1 %) et les Small caps du Russell 2000 ont reculé de 0,8 % (en baisse de 3,7 %). 

Le Nasdaq100 a peu varié (-4,3%). 

Les semi-conducteurs ont rebondi de 2,7 % (en baisse de 1,2 %). 

Les Biotechs reprennent 1,0% (-4,8%). 

Avec un lingot en hausse de 21 $, l’indice des mines HUI a bondi de 3,4 % (en baisse de 2,8 %).

Sur les taux:

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,11 %. Les rendements gouvernementaux à deux ans ont bondi de 11 points de base à 0,97 % (en hausse de 24 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont augmenté de six points de base à 1,56 % (hausse de 30 points de base). 

Les rendements du Trésor à dix ans ont ajouté deux points de base à 1,79 % (en hausse de 28 points de base). 

Les rendements obligataires longs ont augmenté d’un point de base à 2,12 % (+22 points de base). 

Les rendements des MBS de référence Fannie Mae ont bondi de 10 points de base pour atteindre un plus haut de deux ans à 2,51 % (hausse de 44 points de base)

Ailleurs:

Les rendements grecs à 10 ans ont peu bougé à 1,51 % (en hausse de 9 points de base depuis le début de l’année). Les rendements portugais à dix ans ont baissé de trois points de base à 0,55 % (en hausse de 9 points de base). 

Les rendements italiens à 10 ans ont baissé de quatre points de base à 1,27 % (+10 points de base). Les rendements espagnols à 10 ans ont glissé d’un point de base à 0,64 % (en hausse de 7 pb). 

Les rendements des Bunds allemands sont restés inchangés à -0,05% (en hausse de 13 points de base). Les taux français ont augmenté de cinq points de base à 0,33 % (+14 points de base). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est élargi de cinq à 38 points de base. 

Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont baissé de trois points de base à 1,15 % (en hausse de 18 points de base). L’indice britannique des actions FTSE a gagné 0,8 % (+2,1 % en glissement annuel).

L’indice Nikkei Equities du Japon a reculé de 1,2 % (en baisse de 2,3 % depuis le début de l’année). Les rendements japonais « JGB » à 10 ans ont peu évolué à 0,14 % (en hausse de 7 pb depuis le début de l’année). 

Le CAC40 français a chuté de 1,1% (-0,1%). 

L’indice actions allemand DAX a baissé de 0,4 % (inchangé). 

L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a augmenté de 0,6 % (+1,1 %). L’indice italien FTSE MIB a reculé de 0,3 % (+0,7 %). 

Les actions des émergents ont été mitigées. 

L’indice Bovespa du Brésil a bondi de 4,1 % (en hausse de 2,0 %) et le Bolsa du Mexique a gagné 1,0 % (en hausse de 0,9 %). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de 1,1 % (en baisse de 1,9 %). 

L’indice boursier Sensex de l’Inde a bondi de 2,5 % (+ 5,1 %). 

La bourse chinoise de Shanghai a chuté de 1,6 % (en baisse de 3,3 %). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a gagné 1,9 % (+11,6 %). 

L’indice actions russe MICEX a chuté de 4,6 % (en baisse de 5,0 %).

Les fonds d’obligations de qualité supérieure ont enregistré des entrées de 1,023 milliard de dollars, tandis que les fonds d’obligations de pacotille ont affiché des sorties de 2,236 milliards de dollars (de Lipper).

La semaine dernière, le crédit de la Réserve fédérale a augmenté de 16,9 milliards de dollars pour atteindre 8,737 trillions de dollars. Au cours des 122 dernières semaines, le crédit de la Fed a augmenté de 5,010 trillions $, soit 134 %. Le crédit de la Fed a gonflé 5, 926 trillions de dollars, soit 211 %, au cours des 479 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour compte des propriétaires étrangers de dette du Trésor et dette des agences la semaine dernière ont bondi de 18,5 milliards de dollars à 3,434 trillions . 

Le total des actifs des fonds du marché monétaire a chuté de 28,1 milliards de dollars à 4,675 trillions de dollars. Le total des fonds monétaires a augmenté de 359 milliards de dollars en glissement annuel, soit 8,3 %.

Le papier commercial total a chuté de 26,4 milliards de dollars à 1,048 trillions . Le CP a perdu 13 milliards de dollars, ou 1,3 %, au cours de la dernière année.

Les taux hypothécaires fixes à 30 ans de Freddie Mac ont bondi de 23 points de base pour atteindre un sommet de 3,45 % sur 22 mois (en hausse de 66 points de base en glissement annuel). 

Les taux à quinze ans ont bondi de 19 points de base à 2,62 % (+39 points de base). 

Les taux ARM hybrides à cinq ans ont augmenté de 16 points de base à 2,57 % (en baisse de 558 points de base). 

L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en hausse de 15 points de base pour atteindre un sommet de 3,51 % sur 18 mois (en hausse de 56 points de base).

Sur les devises :

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a baissé de 0,6 % à 95,17 (en baisse de 0,5 % depuis le début de l’année). 

Pour la semaine le réal brésilien a augmenté de 1,9 %, le rand sud-africain de 1,2 %, le won sud-coréen de 1,2 %, le yen japonais de 1,2 %, la couronne norvégienne de 0,8 %, la livre sterling de 0,6 %, le dollar de Singapour de 0,6 %. %, le franc suisse 0,5 %, le peso mexicain 0,5 %, l’euro 0,5 %, le dollar australien 0,4 %, le dollar néo-zélandais 0,4 % et la couronne suédoise 0,3 %. 

Le renminbi chinois a augmenté de 0,40 % par rapport au dollar (en hausse de 0,05 % depuis le début de l’année).

Sur les matières premières :

12 janvier – CNBC  :

« Les contrats à terme sur le gaz naturel aux États-Unis ont bondi de plus de 14 % mercredi alors que les températures chutent et que les prévisions prévoient d’autres conditions hivernales à venir… » Les perspectives de la demande de chauffage pour [le] tiers oriental des États-Unis se sont renforcées pour ce week-end et pour la dernière semaine de janvier », a déclaré John Kilduff de Again Capital… »

L’indice Bloomberg Commodities a gagné 2,2 % (en hausse de 4,4 % depuis le début de l’année). 

L’or au comptant a rebondi de 1,2 % à 1 818 $ (en baisse de 0,6 %). 

L’argent a récupéré 2,7 % à 22,96 $ (en baisse de 1,5 %). 

Le brut WTI a bondi de 4,92 $ à 83,83 $ (en hausse de 11,4 %). 

L’essence a bondi de 5,2 % (hausse de 9 %) et le gaz naturel de 8,8 % (hausse de 14 %). 

Le cuivre a augmenté de 0,2 % (en baisse de 1 %). 

Le blé a chuté de 2,2 % (en baisse de 4 %) et le maïs de 1,7 % (en hausse de 1 %). 

Bitcoin a récupéré 1 535 $, ou 3,7 %, cette semaine à 43 097 $ (en baisse de 7,1 %).

10 janvier – CNBC :

«Le prix du bitcoin est tombé à un moment donné lundi à son plus bas niveau depuis septembre, alors que la hausse des taux a continué d’inciter les investisseurs à se débarrasser de leurs positions dans des actifs risqués axés sur la croissance. Selon Coin Metrics, Bitcoin a chuté de 6 % pour atteindre un creux de 39 771,91 $, récupérant ensuite la plupart de ses pertes… Ether, la deuxième plus grande crypto-monnaie par capitalisation boursière, a également repris des pertes. Il a chuté à 2 940 $ le matin et s’est échangé pour la dernière fois en hausse de 3,4 % à 3 090,67 $.

Sur le virus :

12 janvier – CNBC :

« Un record de 15 millions de nouvelles infections à Covid-19 ont été signalées dans le monde en une seule semaine alors qu’omicron remplace rapidement le delta en tant que variante dominante à travers le monde.

Nous savons que c’est une sous-estimation, a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus,… « Le nombre considérable de cas pèse sur les systèmes de santé », a déclaré Maria Van Kerkhove, responsable technique de l’OMS sur Covid-19. «Même si l’omicron est moins grave que le delta, il continue d’envoyer des gens à l’hôpital. Il place toujours les gens en soins intensifs et a besoin de soins cliniques avancés. Il continue de tuer des gens.' »

11 janvier – Bloomberg :

« Plus de la moitié de la population européenne pourrait être infectée par l’omicron d’ici quelques semaines aux taux de transmission actuels, a déclaré un responsable de l’Organisation mondiale de la santé. La variante à propagation rapide représente un « raz-de-marée d’ouest en est balayant la région », a déclaré Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe… »

11 janvier – Bloomberg :

« Les régulateurs de l’Union européenne ont averti que des rappels fréquents de Covid-19 pourraient affecter négativement le système immunitaire et pourraient ne pas être réalisables. Des doses de rappel répétées tous les quatre mois pourraient éventuellement affaiblir le système immunitaire et fatiguer les gens, selon l’Agence européenne des médicaments. Au lieu de cela, les pays devraient laisser plus de temps entre les programmes de rappel et les lier au début de la saison froide dans chaque hémisphère, en suivant le plan défini par les stratégies de vaccination contre la grippe… »

13 janvier – CNN :

« Les étagères des épiceries à travers l’Amérique sont nettoyées et elles restent vides alors que les magasins ont du mal à réapprovisionner rapidement les produits de première nécessité tels que le lait, le pain, la viande, les soupes en conserve et les produits de nettoyage. 

Les acheteurs mécontents ont exprimé leur frustration sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours, en publiant des photos sur Twitter d’étagères nues dans les magasins Trader Joe’s, Giant Foods et Publix, entre autres. Après avoir fait face à deux ans de pandémie et à des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement, les épiceries n’obtiennent toujours pas la pause qu’elles espéraient. Au contraire, ils sont maintenant confrontés à une foule d’autres revers.

Sur le tir aux pigeons:

10 janvier – Yahoo Finance :

«Les capital-risqueurs parient gros sur la crypto en 2021, injectant plus d’argent que jamais dans les entreprises émergentes du secteur. Les startups de la crypto-monnaie et de la blockchain ont été alimentées par un financement record de 33 milliards de dollars l’année dernière – dépassant les flux de toutes les années précédentes combinées et forgeant au moins 43 entreprises d’une valeur supérieure à 1 milliard de dollars, selon un rapport de… Galaxy Digital.

13 janvier – Bloomberg :

« Les sociétés de capital-investissement ont chargé plus de dettes sur leurs cibles d’acquisition que jamais auparavant, dépassant leur record d’avant la pandémie – et même les jours de gloire de 2007 – grâce à la disponibilité de crédit bon marché et les milliards de dollars qu’ils ont amassés pour conclure de nouveaux accords. 

L’année dernière, les entreprises soutenues par des sociétés de capital-investissement ont contracté une dette égale à une moyenne de six fois leurs bénéfices, plus que le record établi en 2019 ou au cours de l’une des 20 dernières années, selon… LCD de S&P Global Market Intelligence. 

La vague d’accords a contribué à propulser l’émission de prêts à risque pour les fusions et acquisitions à un record de 331 milliards de dollars l’an dernier, selon les données de LCD, dont 147 milliards de dollars provenant d’entreprises notées six niveaux en dessous de la qualité d’investissement par au moins l’un des trois principaux emetteurs de notations.

12 janvier – Bloomberg :

« Le volume des ventes de jetons non fongibles (NFT) a dépassé la barre des 4 milliards de dollars au cours du mois dernier, selon TradingPlatforms.com… Les principaux marchés pour les NFT comprenaient OpenSea, Magic Eden, Axie Infinity, et CryptoPunks, avec des transactions sur OpenSea représentant plus de 3 milliards de dollars des ventes à elles seules.

11 janvier – Bloomberg:

« Les investisseurs se déchargent des fonds négociés en bourse sur l’ensemble du spectre des titres à revenu fixe au milieu d’une vente massive de dettes. Les deux plus grands ETF à haut rendement ont enregistré hier une sortie combinée de 733 millions de dollars, après leurs plus gros retraits hebdomadaires depuis février… Les sorties de fonds à revenu fixe s’accélèrent alors que les traders s’orientent vers une voie plus agressive de resserrement de la politique monétaire de la part de la Réserve fédérale… »

Une réflexion sur “Vous auriez tort d’ignorer cette synthèse; sous la surface, cela bouge! Tambours de guerre.

  1. Bonjour M. Bertez

    Je ne sais pourquoi, mais le thème de ce billet me fait penser à Léon Bloy,…sans doute le cochon qui illustre la vignette d’accompagnement !

    Cordialement.

    J’aime

Répondre à Steve Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s