Bourses, prévision de tangage d’El Erian.

Ceci est un texte de Mohamed El Elrian fait la va-vite pour le FT, mais il dit bien ce qu’il veut dire:

risque de tangage.

Il est tentant d’attribuer la volatilité récente des marchés uniquement à la fluidité de la situation russo-ukrainienne.

Son texte.

Après tout, chaque jour, nous avons des indications concurrentes qui soulignent l’ impasse dans laquelle se trouve l’Europe. Le bloc européen se trouve à la plus grande possibilité d’un conflit armé avec la Russie depuis l’effondrement de l’Union soviétique.

Après une première vague d’activité, les marchés se sont installés dans une position d’attente, dans une fourchette délimitée par l’espoir d’une éventuelle résolution diplomatique et d’une prolongation de la période de « ni paix ni guerre ».

Cela explique la majeure partie de la volatilité quotidienne des principaux indices boursiers américains au cours des dernières semaines, avec des fluctuations de 0 à 1,5 %.

Les mouvements les plus violents se sont produits chaque fois que les marchés ont senti la possibilité d’un mouvement décisif vers l’une ou l’autre de ces possibilités.

Après tout, selon le scénario en jeu, l’économie mondiale bénéficierait soit d’une forte baisse des prix des matières premières, soit, au contraire, subirait un choc stagflationniste majeur.

Mais cela ne devrait pas nous aveugler sur les deux problèmes structurels importants qui resteront avec nous pendant un certain temps, presque indépendamment de la manière dont le conflit se déroulera.

Premièrement, les marchés perdent l’ancrage des liquidités abondantes et prévisibles fournies par les banques centrales.

Ce thème s’est avéré un moteur extrêmement puissant pour réprimer la volatilité, isolant les marchés d’un large éventail d’inquiétudes tout en faisant grimper les valeurs des actifs.

Alors que la Réserve fédérale américaine cherche tardivement à s’attaquer à une inflation élevée et persistante, les marchés doivent maintenant s’adapter à un changement fondamental de leur régime de liquidité.

Cela implique non seulement des taux d’intérêt plus élevés, mais également une contraction du bilan de 9 milliards de dollars de la Fed.

Les valorisations des actions sont peut-être plus attrayantes qu’elles ne l’étaient il y a quelques semaines, mais elles n’ont pas atteint le niveau nécessaire pour constituer un cas d’investissement autonome et généralisé évident pour acheter des actions.

Cela ne veut pas dire que les marchés sont sans points d’ancrage. Les solides bénéfices des entreprises et le conditionnement comportemental des investisseurs tentés d’« acheter la baisse » sont toujours en jeu. Mais ceux-ci sont intrinsèquement moins forts et très sensibles à la capacité de la Fed à effectuer un atterrissage économique en douceur.

La probabilité que cela se produise a été considérablement obérée par l’erreur de la Fed qui a d’abord mal interprété l’inflation, puis a hésité dans ses politiques d’ajustement. Aujourd’hui encore, avec une inflation des prix à la consommation de 7,5 %, la Fed continue d’injecter des liquidités dans l’économie.

J’estimerais la probabilité d’un atterrissage en douceur confortable pour l’économie et les marchés au cours des 12 prochains mois à 10 % seulement , bien en deçà de trois autres scénarios macroéconomiques.

La croissance économique est gravement endommagée par une Fed en retard qui est forcée de serrer les freins politiques en réponse à une inflation élevée et persistante (probabilité de 40%).

Une autre est une Fed qui renonce pour l’instant à son objectif d’inflation dans l’espoir que des évolutions favorables exogènes émergeront, telles qu’une augmentation de la productivité ou des chaînes d’approvisionnement en guérison rapide, contribuant à faire face à la hausse des coûts de main-d’œuvre (30%).

Un troisième scénario est la stagflation (20 %), le résultat le plus inquiétant pour les moyens de subsistance, la stabilité financière et l’efficacité des politiques.

Le deuxième facteur structurel qui pèse sur les marchés est l’érosion structurelle de la liquidité intrinsèque des marchés.

La dernière décennie a vu une réduction significative de la capacité d’absorption des risques des marchés, les intermédiaires ayant été à la fois moins capables et moins disposés à exposer leurs bilans.

Cela a coïncidé avec une énorme expansion de la taille des détenteurs d’actifs qui traitent par l’intermédiaire d’autres intermédiaires.

En tant que tel, ce décalage entre l’offre et la demande de contreparties peut entraîner de grands mouvements de marché, ou des «écarts de prix», chaque fois qu’il y a un changement dans le consensus un phénomène qui a été visible non seulement pour les actions individuelles mais aussi pour d’autres segments de marché.

Manquant désormais d’un thème unificateur fort (la surabondance de liquidités) et naviguant dans un large éventail incertain de scénarios macro, les actions resteront sensibles non seulement aux aléas des nouvelles sur la Russie et l’Ukraine, mais aussi à d’autres facteurs tels que les remarques concurrentes des centrales banquiers et les publications de données significativement différentes des prévisions médianes.

Cela oblige les investisseurs à anticiper une volatilité plus inquiétante et à avoir le courage de la gérer (rappelez-vous que bon nombre des principales erreurs d’investissement se produisent à ces moments-là).

Cela justifie également de privilégier la sélection de noms individuels par rapport aux indices et de soumettre les avoirs à des examens de qualité « granulaires » à une fréquence beaucoup plus élevée que ce qui était justifié ces dernières années.

2 réflexions sur “Bourses, prévision de tangage d’El Erian.

  1. Ce qui est intéressant dans ce texte c’est la distinction qui est faite entre 2 formes de liquidités ; celle fournie par les BC et la liquidité intrinsèque des marchés.

    La plupart des gens confondent les 2 alors qu’elles n’ont rien à voir.

    La liquidité fournie par les BC a permis des marchés directionnels avec peu de volatilité et a masqué la baisse de la liquidité intrinsèque autrement dit celle du carnet d’ordres, celle qui permet d’absorber des chocs.

    J’ai travaillé sur les questions de microstructures des marchés et il y aurait beaucoup à dire mais pour moi les responsables sont les autorités qui ont laissé les bourses devenir des entreprises privés autrement dit des entreprises tenues par leurs plus gros clients et surtout les ont laissé adopter les règles qu’elles voulaient ( à ce titre par exemple, l’AMF est une simple chambre d’enregistrement des règles édictées par Euronext aussi stupides soit elles).

    Résultats, les bourses ont accepté toutes les oukazes de ces mêmes clients ; mise en place de l’anonymat des transactions, encouragement du trading à haute fréquence et de l’illusion de liquidité qui va avec…

    Pour preuve de cette liquidité factice parfaitement consentie, les bourses ont adapté leurs grilles tarifaires en favorisant les opérateurs passant beaucoup d’ordres au lieu de favoriser ceux ayant beaucoup d’exécutions.

    On ne saurait être plus clair ; on a favorisé l’émergence de carnet d’ordres qui ne veulent plus rien dire et sont gorgés d’ordres conditionnels pour ne pas dire trompeurs.

    Dégat collatéral ; on a favorisé la gestion passive au détriment des gestionnaires actifs qui en ont compris qu’ils ne jouaient plus sur des marchés « fair » et en ont eu marre de se faire plumer. Or cette gestion active était pourvoyeuse d’une liquidité de qualité.

    Bref la liquidité étant un cercle vertueux, on l’a cassée ce qui rend les marchés particulièrement fragiles.

    J’aime

    1. Bonsoir,
      Votre commentaire est très instructif . Puis-je vous demander quelques références concernant la microstructure, les carnets d’ordre ou encore le lien entre le trading haute fréquence et la fausse liquidité ?
      Merci

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s