Editorial. Tout est secret défense. Tout est opaque. Nos régimes sont pourris. Les cliques gouvernent dans l’irresponsabilité totale.

Je ne crains pas de dire que nous vivons sous des régimes politiques scélérats; peu de gens osent le dire, même parmi les authentiques partisans de la liberté et de la démocratie. Penser et critiquer est passé de mode.

Non seulement les peuples et leurs représentants ne votent plus sur les guerres, elles sont engagées sans leur consentement, mais, en outre, on ne les tiens plus informés, ni des motifs, ni des procédures, ni des moyens mis en œuvre, ni des modus operandi; tout est secret défense!

Secret-défense comme le Covid; le sanitaire, la VAXX, etc.

Tout est secret-défense, comme la politique monétaire réelle, elle n’est pas celle que l’on nous vend; on nous prend pour des idiots. Tout est secret défense comme la politique énergétique réelle et ses motivations.

Tout est secret-défense car nos régimes ne peuvent plus supporter la lumière, la transparence; ce sont des régimes pervers, de viol et de mensonge. Rien d’étonnant s’ils sont maintenant devenus aussi propices à la corruption.

Je soutiens et je suis prêt à en débattre avec n’importe qui que le régime autoritaire de Poutine est fondamentalement beaucoup plus démocratique que les régimes occidentaux actuels. En effet, en ne respectant pas les règles de la démocratie, Poutine laisse néanmoins intactes ces règles; il ne les détruit pas fondamentalement. Un peu comme le mensonge ne détruit pas la vérité, mais au contraire, à la limite, atteste de son existence en tant que catégorie de la raison humaine. Poutine ne respecte pas les règles de la démocratie, mais nous faisons bien pire, puisque que nous, ce que nous nions, c’est l’existence même de ces règles dans nos régimes.

Bien peu comprennent que nos régimes ont évolué et abandonné la démocratie en tant que source de souveraineté et légitimité. Mine de rien, on a implanté la pratique de ce que l’on appelle en entreprise « la gouvernance ». La gouvernance vient d’en haut, elle est justifiée par des règles de business, de compétition et de maximisation du profit. Le sacrifice que la gouvernance fait à l’égard de la démocratie est une insulte à la démocratie: ce sacrifice consiste à faire semblant d’expliquer ce que l’on fait en donnant dans la plupart des cas des explications fausses et des objectifs tronqués. La gouvernance tue à la racine l’esprit même de la démocratie tandis que l’autoritarisme en maintient le principe en tant que principe non respecté mains néanmoins désirable.

Les guerres n’en sont qu’un exemple, ou plus exactement tout fait partie de la guerre. Que ce soit le monétaire, le financier, l’économique, le sanitaire, les libertés individuelles, tout est soumis à la courbure de la guerre.

EN PRIME

https://www.thomsonreuters.com/en-us/posts/authors/dawn-scalici/
Dawn Scalici a rejoint Thomson Reuters en juillet 2015 en tant que première directrice des activités gouvernementales mondiales de la société. Elle est chargée de faire progresser la capacité de Thomson Reuters à répondre aux besoins disparates du gouvernement américain...Avant de rejoindre Thomson Reuters, Mme Scalici a travaillé 33 ans à la Central Intelligence Agency (CIA). Dans sa dernière affectation fédérale, elle a occupé le poste de responsable du renseignement national pour l’hémisphère occidental au sein du bureau du directeur du renseignement national (ODNI). Dans ce rôle, elle était chargée de superviser le renseignement national pour une zone de responsabilité s’étendant de l’Arctique à la pointe de l’Amérique du Sud, y compris le territoire américain.

Article associé :
https://www.Reuters.com/world/exclusive-pentagon-revives-team-speed-arms-ukraine-allies-sources-2022-03-11/

Glenn Greenwald sur le régime de censure sans précédent imposé dans toute la sphère de l’OTAN.

« … Ce qui rend cette explosion de la censure occidentale si remarquable – et ce qui la motive au moins en partie – c’est qu’il y a une soif claire et démontrable en Occident pour les nouvelles et les informations qui sont bannies par les sources d’information occidentales, celles qui loyalement s’opposent aux affirmations du gouvernement américain, de l’OTAN et des responsables ukrainiens.

Comme le Washington Post l’a reconnu en rapportant l’interdiction « sans précédent » de Big Tech de RT, Spoutnik et d’autres sources d’information russes : Comme le Washington Post l’a reconnu en rapportant l’interdiction « sans précédent » de Big Tech de RT, Spoutnik et d’autres sources d’information russes : « Au cours des quatre premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par la Russie , l’audience de plus d’une douzaine de chaînes de propagande russes soutenues par l’État sur YouTube a atteint des niveaux inhabituellement élevés« .

« Notez que ce régime de censure est complètement unilatéral et, comme d’habitude, entièrement aligné sur la politique étrangère américaine. Les médias occidentaux et les plateformes de médias sociaux ont été inondés de propagande pro-ukrainienne et de mensonges éhontés depuis le début de la guerre... « 

Si l’on souhaite être exposé à des nouvelles, des informations ou des points de vue qui contreviennent à la vision dominante des États-Unis et de l’OTAN sur la guerre en Ukraine, une recherche rigoureuse est nécessaire. 

Et il n’y a aucune garantie que la recherche aboutira. C’est parce que le régime de censure étatique/d’entreprise qui a été imposé en Occident concernant cette guerre est étonnamment agressif, rapide et complet.

Quasiment au quotidien, toute agence de presse off-key, plateforme indépendante ou citoyen individuel est susceptible d’être bannie d’internet. Début mars, à peine une semaine après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les vingt-sept nations de l’Union européenne – invoquant la « désinformation » et « l’ordre public et la sécurité » – ont officiellement interdit aux médias russes RT et Sputnik d’être entendus partout en Europe.

Dans ce que Reuters a qualifié de « décision sans précédent », toutes les plateformes de télévision et en ligne se sont vu interdire par la force de la loi de diffuser du contenu à partir de ces deux points de vente. Même avant cette ordonnance de censure de l’État, Facebook et Google interdisaient déjà ces points de vente, et Twitter a immédiatement annoncé qu’ils le feraient également, conformément à la nouvelle législation européenne.

Mais ce qui était « sans précédent » il y a à peine six semaines est désormais devenu banal, voire normalisé. 

Toute plate-forme qui se consacre à offrir des nouvelles gênantes pour l’OTAN ou des perspectives alternatives est garantie d’une durée de vie très courte. Moins de deux semaines après le décret de l’UE, Google a annoncé qu’il interdisait volontairement tous les médias affiliés à la Russie dans le monde, ce qui signifie que les Américains et tous les autres non-Européens étaient désormais interdits de visionner ces chaînes sur YouTube s’ils le souhaitaient. 

Comme cela arrive souvent avec la censure des Big Tech, une grande partie de la pression exercée sur Google pour censurer plus agressivement le contenu sur la guerre en Ukraine provenait de sa propre main-d’œuvre : « Les employés de Google avaient exhorté YouTube à prendre des mesures punitives supplémentaires contre les chaînes russes. »

Ce régime de censure est si prolifique et rapide qu’il est pratiquement impossible de compter combien de plateformes, d’agences et d’individus ont été bannis pour le crime d’avoir exprimé des opinions jugées « pro-russes ». 

Mardi, Twitter, sans explication comme d’habitude, a soudainement interdit l’un des comptes dissidents les plus informatifs, fiables et prudents, nommé « Russians With Attitude ». Créé fin 2020 par deux Russes anglophones, le compte a explosé en popularité depuis le début de la guerre, passant d’environ 20 000 abonnés avant l’invasion à plus de 125 000 abonnés au moment où Twitter l’a interdit.Il a explosé en popularité et, du moins pour le moment, peut encore être entendu sur Patreon .

 Les médias occidentaux et les plateformes de médias sociaux ont été inondés de propagande pro-ukrainienne et de mensonges éhontés depuis le début de la guerre. Un article du New York Times de début mars l’a mis très délicatement dans son titre : « Fait et mythe se mélangent dans la guerre de l’information en Ukraine ». Axios a également été sous-estimé en reconnaissant ce fait : « La désinformation ukrainienne se répand – et pas seulement depuis la Russie. » Les membres du Congrès américain se sont joyeusement réjouis de fabrications qui sont devenues virales pour des millions de personnes, sans aucune action de la part des sociétés de la Silicon Valley, heureuses de la censure. 

Ce n’est pas une surprise : tous les participants à la guerre utilisent la désinformation et la propagande pour manipuler l’opinion publique en leur faveur, et cela inclut certainement tous les belligérants directs et par procuration dans la guerre en Ukraine.

Pourtant, il y a peu ou pas de censure – que ce soit par les États occidentaux ou par les monopoles de la Silicon Valley – de la désinformation, de la propagande et des mensonges pro-ukrainiens. La censure ne va que dans un sens : faire taire toutes les voix jugées « pro-russes », qu’elles diffusent ou non de la désinformation . 

Le compte Twitter « Russians With Attitude » est devenu populaire en partie parce qu’ils critiquaient parfois la Russie, en partie parce qu’ils étaient plus prudents avec les faits et les affirmations virales que la plupart des médias d’entreprise américains, et en partie parce qu’il y a une telle pénurie de médias qui sont prêt à offrir toute information qui sape ce que le gouvernement américain et l’OTAN veulent que vous croyiez à propos de la guerre.

Leur crime, comme le crime de tant d’autres comptes bannis, n’était pas la désinformation mais le scepticisme à l’égard de la campagne de propagande US/OTAN . 

Autrement dit, ce n’est pas la « désinformation » mais plutôt le point de vue qui est ciblé pour être réduit au silence.

On peut répandre autant de mensonges et autant de désinformation que l’on veut à condition qu’elle soit conçue pour faire avancer l’agenda de l’OTAN en Ukraine (tout comme un est libre de répandre la désinformation à condition que son objectif soit de renforcer le Parti démocrate, qui exerce son pouvoir majoritaire à Washington pour exiger une plus grande censure et bénéficie du soutien de la majeure partie de la Silicon Valley). Mais ce qu’on ne peut pas faire, c’est remettre en cause le cadre de propagande OTAN/Ukraine sans courir un risque très important de bannissement.

Il n’est pas surprenant que les monopoles de la Silicon Valley exercent leur pouvoir de censure en pleine conformité avec les intérêts de politique étrangère du gouvernement américain. De nombreux monopoles technologiques clés – tels que Google et Amazon – recherchent et obtiennent régulièrement des contrats très lucratifs avec l’État de sécurité américain , y compris la CIA et la NSA. 

Leurs cadres supérieurs entretiennent des relations très étroites avec les hauts responsables du Parti démocrate. Et les démocrates du Congrès ont à plusieurs reprises traîné les dirigeants de la technologie devant leurs différents comités pour les menacer explicitement de représailles légales et réglementaires s’ils ne censurent pas davantage conformément aux objectifs politiques et aux intérêts politiques de ce parti.

Mais une question persiste : pourquoi y a-t-il tant d’urgence à faire taire les petites oasis de voix dissidentes à propos de la guerre en Ukraine ? 

Cette guerre a uni les deux ailes de l’establishment et des deux partis et pratiquement tous les grands médias avec un consensus sans précédent depuis les jours et les semaines qui ont suivi l’attaque du 11 septembre. 

On peut compter sur les deux mains le nombre de personnalités politiques et médiatiques éminentes qui ont été disposées à s’opposer, même de manière minimale, à ce consensus bipartite de Washington – une dissidence qui provoque instantanément la diffamation sous la forme d’ attaques contre son patriotisme et sa loyauté . Pourquoi y a-t-il une telle peur de permettre à ces voix isolées et diabolisées de se faire entendre ?

La réponse semble claire. Les avantages de cette guerre pour plusieurs centres de pouvoir clés de Washington ne peuvent être surestimés. 

Les milliards de dollars d’aide et d’armes envoyés par les États-Unis à l’Ukraine volent si vite et avec un tel caractère aléatoire qu’il est difficile de les suivre. « Biden approuve 350 millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine », a déclaré Reuters le 26 février ; « Biden annonce une aide militaire de 800 millions de dollars à l’Ukraine », a annoncé le New York Times le 16 mars ; le 30 mars, le titre de NBC disait : « L’Ukraine recevra 500 millions de dollars supplémentaires d’aide des États-Unis, annonce Biden » ; mardi, Reuters a annoncé :« Les États-Unis vont annoncer 750 millions de dollars supplémentaires d’armes pour l’Ukraine, disent les responsables. »

Ces chiffres gigantesques ont depuis longtemps perdu tout sens et suscitent à peine un soupçon de questionnement et encore moins d’objection.

Ce n’est pas difficile de savoir à qui profite de cette orgie de dépenses militaires. 

Mardi, Reuters a rapporté que « le Pentagone accueillera mercredi les dirigeants des huit principaux fabricants d’armes américains pour discuter de la capacité de l’industrie à répondre aux besoins en armes de l’Ukraine si la guerre avec la Russie dure des années ». Parmi ceux qui participent à cette réunion sur la nécessité d’augmenter la fabrication d’armes pour alimenter la guerre par procuration en Ukraine se trouve Raytheon, qui a la chance d’avoir le général à la retraite Lloyd Austin en tant que secrétaire à la Défense, poste auquel il est monté du conseil d’administration de Raytheon . Il est pratiquement impossible d’imaginer un événement plus favorable à l’industrie de l’armement que cette guerre en Ukraine !

La demande d’armes a augmenté après l’invasion par la Russie le 24 février. Elle a stimulé les transferts d’armes des États-Unis et de leurs alliés vers l’Ukraine. Le réapprovisionnement ainsi que la planification d’une guerre plus longue devraient être discutés lors de la réunion, ont déclaré les sources à Reuters sous couvert d’anonymat. 

Le réapprovisionnement ainsi que la planification d’une guerre plus longue devraient être discutés lors de la réunion. . . . La Maison Blanche a déclaré la semaine dernière qu’elle avait fourni plus de 1,7 milliard de dollars d’aide à la sécurité à l’Ukraine depuis l’invasion, dont plus de 5 000 Javelins et plus de 1 400 Stingers.

Cette faction au pouvoir permanent est loin d’être la seule à récolter les bénéfices de la guerre en Ukraine et à faire dépendre sa fortune de la prolongation de la guerre aussi longtemps que possible. 

La complicité entre le complexe militaro industriel américain, les néoconservateurs du Parti démocrate et leurs alliés des médias n’a jamais été aussi élevée depuis les jours de gloire de 2002.

L’un des propulseurs les plus virulents du DNC de MSNBC, Chris Hayes, a déclaré que la guerre en Ukraine avait revitalisé la foi et la confiance en la CIA et la communauté du renseignement plus qu’à tout autre événement de mémoire récente – à juste titre, a-t- il déclaré. « Les dernières semaines ont été comme une sorte de guerre d’Irak à l’envers pour le renseignement américain. » On peut à peine lire un journal grand public ou regarder un journal d’entreprise sans voir le groupe de néocons bellicistes le plus assoiffé de sang du pays – David Frum, Bill Kristol, Liz Cheney, Wesley Clark, Anne Applebaum, Adam Kinzinger – célébrés comme des experts sages et des guerriers héroïques. pour la liberté.

Cette guerre est vraiment très bonne pour la classe politique et médiatique permanente de Washington. Et bien qu’il ait été tabou pendant des semaines de le dire, il est maintenant plus que clair que le seul objectif des États-Unis et de leurs alliés en ce qui concerne la guerre en Ukraine est de la faire traîner le plus longtemps possible. 

Non seulement il n’y a pas d’efforts diplomatiques américains sérieux pour mettre fin à la guerre, mais le but est de s’assurer que cela ne se produise pas. Ils le disent maintenant explicitement, et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Les avantages du bourbier sans fin en Ukraine sont aussi immenses qu’évidents: 

-le budget militaire monte en flèche. 

-la punition est imposée à l’ennemi juré du Parti démocrate : Poutine

-les citoyens s’unissent derrière leurs dirigeants et sont distraits

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s