Après leur défaite dans le Donbass, les Etats-Unis peuvent etre tentés par l’escalade des armements et plus …

Andrei Martyanov

Les plans changent constamment, c’est pourquoi les états-majors planifient 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans interruption. 

L’armée américaine ne sait pas ce qu’est une vraie guerre dans laquelle les militaires américains sont soumis au feu d’un’ennemi qui a les moyens de riposter, efficacement .

 Le seul avantage que les États-Unis ont maintenant est le fait que leur C4ISR au-delà du territoire ukrainien n’est pas encore touché par les Russes. 

Note: C4ISR est un sigle utilisé pour représenter un ensemble de fonctions militaires définies par C4 (Computerized Command, Control, Communications en 2007, anciennement Command, Control, Communications, Computers), I (Intelligence -renseignement militaire-) et S (Surveillance), R (Reconnaissance),

Dans une véritable guerre avec la Russie, les États-Unis verraient leur C4ISR perturbé et ils perdraient une grande partie de leurs actifs spatiaux. Mais nous n’en sommes pas encore là, heureusement, et j’espère que nous n’y arriverons pas. 

Mais pour les États-Unis, la lutte en Ukraine est existentielle et la catastrophe militaire qui se profle pour le VSU se traduit directement sur les États-Unis, qui sont encore sous le choc de l’humiliation militaire en Afghanistan. Elle illustre la  performance pathétique de la véritable technologie militaire américaine fournie à l’Ukraine. 

Maintenant cette nouvelle crise. Severodonetsk a été prise par les forces russes comme l’a rapporté Kadyrov (en russe) . 

Alors, qu’allez-vous faire, si vous êtes de la CIA, du Département d’État ou du Pentagone ? 

Bon, vous faites ce que vous faites toujours, vous continuez à soutenir vos propres SOB et, de préférence, vous élargissez le conflit. 

C’est le « changement de plans ». 

La seule façon pour les États-Unis d' »élargir » le conflit est de continuer à fournir des armes au régime de Kiev, d’où le discours sur les harpons et maintenant HIMARS

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, ces livraisons ne changeront pas le résultat, mais si HIMARS est utilisé contre le territoire russe, nous pourrions avoir une escalade très sérieuse de la part de la Russie et une partie de celle-ci sera très désagréable pour les États-Unis.

 Gardez à l’esprit que les États-Unis ont de très nombreux atouts et beaucoup de bases dans le monde. Tous sont à portée des armes à longue distance de la Russie et la Russie ripostera directement contre les deux membres de l’OTAN qui ont livré des armes, comme les harpons danois, et la plupart des bases militaires américaines seront sous la menace directe de représailles. 

Et voici le problème : même les représailles de l’Iran contre les bases américaines en 2020 , après l’assassinat du général Soleimani, ont été une révélation pour les États-Unis. 

Les représailles de la Russie seront beaucoup plus dévastatrices et pourraient se dérouler sans avertissement préalable au côté américain, contrairement à ce qui a été fait par l’Iran en 2020.

Mais voici un autre problème : les munitions ATACMS et PrSM pour HIRAMS ont des portées respectives de 300 et 500 kilomètres.. Ce sont précisément les types d’armes pour lesquels des systèmes AD tels que le S-400, le S-300V4 et les versions ultérieures du S-300 ont été créés. 

Mis à part les représailles déjà décrites de la Russie, au cas où les États-Unis décideraient de poursuivre cette « politique » d’escalade suicidaire, qui n’aura aucun effet sur le résultat militaire du SMO, ces derniers mouvements ne seront rien de plus que des convulsions désespérées dans une tentative de prolonger l’agonie du 404. 

L’amiral Gorshkov a atteint aujourd’hui une cible de surface à 1000 kilomètres de Zircon :

Tout cela n’est qu’une autre démonstration de l’ écart énorme et croissant en matière d’armes entre les Etats Unis et la Russie; ui est également l’un des principaux moteurs des tentatives suicidaires américaines de « mener » des guerres par procuration. 

Faire n’importe quoi pour que la Russie s’embourbe dans une sorte d’affaire gourmande en ressources, sans même remarquer que ce sont les États-Unis qui perdent à la fois des ressources et surtout un statut en étant impliqués, dans des guerres qu’ils ne peuvent pas exécuter avec compétence. 

Cela se reflète également dans l’interview d’aujourd’hui de Vladimir Yermakov du ministère russe des Affaires étrangères (en russe) sur un dialogue entre les États-Unis et la Russie sur la stabilité stratégique

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s