Pour déterminer si les États occidentaux sont des démocraties, nous devons nous demander : leurs dirigeants suivent-ils la volonté de leur peuple ? 

Pour déterminer si les États occidentaux sont des démocraties, nous devons nous demander : leurs dirigeants suivent-ils la volonté de leur peuple ? 

Beaucoup ici diraient « non », mais détrompons-nous. 

Se pourrait-il que les Occidentaux aiment réellement l’Empire ? Se pourrait-il que leur supposée naïveté et leur manque d’esprit critique soient simplement feints ? Qu’il est commode pour eux de paraître crédules lorsque l’Empire pousse la propagande d’atrocités comme excuse pour bombarder et sanctionner encore un autre pays ? 

Se pourrait qu’au fond d’eux-mêmes les citoyens occidentaux comprennent que l’Empire opprime les pays non impériaux pour que eux, occidentaux puissent avoir un niveau de vie plus élevé ? 

Et se pourrait il que, par conséquent, les dirigeants impériaux font réellement ce que leur peuple veut?  Et que, par conséquent, les États occidentaux sont finalement des démocraties, après tout.

J’aime ce retournement qui suggère que les peuples feignent de s’offusquer et au fond d’eux même, en dernière analyse, ils soutiennent ceux qu’ils critiquent . J’aime cette hypothèse de l’hypocrisie lâche des peuples qui veulent jouir et bouffer et n’en veulent rien savoir du reste… tout en faisant semblant de critiquer.

8 réflexions sur “Pour déterminer si les États occidentaux sont des démocraties, nous devons nous demander : leurs dirigeants suivent-ils la volonté de leur peuple ? 

  1. Bonjour M.Bertez
    De plus en plus de nos compatriotes vivent , chichement par rapport aux élites mais « comme des dieux » par rapport aux habitants des bidonvilles de Calcutta; et avec les media, ils en sont un peu conscients.
    Beaucoup de travailleurs indépendants que je connais se retrouvent avec une retraite inférieure au smic après une vie de cotisation.
    Pourtant, les leveurs de fonds ou d’aides sont unanimes: les Français sont assez généreux, même s’il s’agit de petites sommes.
    Conscients de la finitude des ressources de la planète, humanistes par éducation, ils ne sont pas contre l’idée que chaque humain sur cette terre puisse vivre avec un toit, sans famine, avec un système de soins, d’éducation et de solidarité en cas de catastrophe. Ce qui suppose un revenu moyen par humain de l’ordre de 1000€/mois…..
    C’est là que les difficultés apparaissent: ils sont aussi vaguement conscients que cela n’est pas possible actuellement, d’autant plus qu’il y en a qui souhaitent s’accaparer et exhiber un maximum de hochets matériels pour se prouver qu’ils existent plus que les autres, ils croient qu’ils sont par ce qu’ils ont.
    Je ne vois personne disposant d’un revenu de l’ordre du smic accepter gaiement de réduire son déjà petit train de vie, ne plus pouvoir laisser ou donner quelque chose à ses enfants pour que de lointains africains ou asiatiques puissent mieux vivre….
    Ils se trouvent donc pris entre deux injonctions contradictoires: donner et économiser .
    Et de ce fait ont tendance à laisser le choix aux dirigeants, quitte à s’arranger un peu avec leur conscience.
    Il est vrai que la majorité de l’espèce étant droitière, la tendance à ranger son portefeuille par dessus son coeur est elle aussi assez majoritaire.
    De ce fait je ne saurais jeter la première pierre à qui que ce soit, mais je chercherais plutôt par quel moyen améliorer le sort de mes semblables par plus d’efficacité, moins de gaspillage de ressources et en premier comment soigner les névroses de toute puissance et d’accumulation qui sont affectent beaucoup mes semblables. On peut encore méditer sur la fable du savetier et du financier …..
    Si Louis XIV savait quel profit son fils pouvait tirer de l’étude des fables d’Esope pour exercer son futur métier de roi, je ne vois pas pourquoi nous n’en ferions pas autant.
    Après tout ne dit on pas, même en république,  » le roi n’est pas son cousin! » d’un homme heureux ?

    Cordialement.

    J’aime

  2. Rappelons avec René Guénon que la « démocratie », que l’on définit comme le gouvernement du peuple par lui-même, est là une véritable impossibilité, une chose qui ne peut pas même avoir une simple existence de fait, pas plus à notre époque qu’à n’importe quelle autre, mais que la grande habileté de nos dirigeants est de continuer à faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même, et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible. C’est pour créer cette illusion, dit-il, qu’on a inventé le « suffrage universel ».
    Le « suffrage universel », rappelons-le, c’est l’opinion de la majorité qui est supposée faire la loi ; mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier ; on peut toujours, à l’aide d’une propagande, de suggestions appropriées (démagogie, sondages), mais aussi et surtout par la PEUR (crises économiques, chômage, attentats, pandémies, guerres) y provoquer des courants allant dans tel ou tel sens déterminé. C’est ce qu’on appelle la « fabrication du consentement ». Et les médias de masses : presse écrite, TV, radio, cinéma, jeux vidéo, publicité, affichage urbain, sites web, « Wiki », etc., la plupart, grassement « subventionnés » à cet effet, aidant grandement à la manœuvre. C’est pour cela qu’on a pu dire que « l’opinion, c’est l’erreur du plus grand nombre ».
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    J’aime

  3. Alexandre Sergueïevitch Pouchkine poète, dramaturge et romancier (1799 – 1837).

    « Un leurre qui m’exalte m’est plus cher que mille vérité… »

    J’aime

  4. Cher monsieur,
    Je dirais plutôt que le peuple français a été pris en otage après le vote de 2005: les gens souffrent d’une sorte de syndrome de Stockholm.
    Ce n’est pas très différent de ce que vous dites, sinon que la responsabilité des preneurs d’otage est plus accentuée…
    Des fois, cela me fait penser aux victimes perverties des romans de Sade… C’est très français dans l’esprit, finalement!
    Cordialement,

    J’aime

  5. Je le dis depuis des années, De Gaulle a sous évalué notre capacité à la veulerie : nous ne sommes plus des veaux, nous sommes des mollusques (krrrr krrrr)

    J’aime

  6. Les peuples occidentaux sont lâches mais surtout suicidaires.

    Ils sont imprégnés de la religion du pognon ; il suffit de leur dire que l’euro va imploser si tel ou tel est élu pour qu’ils rentrent dans le rang et votent selon les consignes de la bien-pensance. Leur identité et leur dignité sont devenues secondaires.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s