Début de semaine: Ayez l’œil sur l’Italie et l’euro

La BCE a relevé ses taux de 50 points de base;

C’est la première hausse en 11 ans. 

Son principal taux directeur n’est pas encore positif, mais la périphérie européenne en difficulté est soumise à des tensions aiguës. 

L’Italie, très endettée et totalement dysfonctionnelle dans l’optique européenne , est dans le collimateur. Mario Draghi a démissionné. Le parlement italien a été dissous et il y aura au moins deux mois d’incertitude, les élections sont désormais prévues pour le 25 septembre. 

La dynamique de la crise a englouti les obligations de la périphérie européenne le mois dernier, avec des pics de rendement déstabilisants en Italie et en Grèce.

La BCE a répondu en s’engageant à créer un outil dit « anti-fragmentation », un outil de plus pour essayer de faire tenir ensemble des éléments qui divergent de plus en plus.

Outil anti fragmentation, cela signifie essentiellement que l’on va faire plus de QE dirigé vers les obligations italiennes et périphériques pour contrecarrer l’effondrement du marché obligataire des pays concernés.  

Un vague aperçu de ce programme a été annoncé.  Sans surprise, les Allemands, les Autrichiens et d’autres s’opposent à l’imprimession de plus d’argent pour soutenir « des gouvernements fiscalement irresponsables ». 

Le bilan de la BCE a gonflé de 5 milliards de dollars ces dernières années, l’Europe est confrontée à un grave problème d’inflation, ainsi qu’à une crise énergétique et à une stagnation économique mais seul l’inflationnisme peut sauver la Construction Européenne de l’éclatement.

La monetisation des dettes , la création monétaire constituent le corset qui permet a cet assemblage de tenir, mais une fois le corset posé il n’est plus possible de s’en passer, au contraire.

Les Allemands ont des soucis à se faire !

Il devrait être évident pour tout le monde que l’impression d’argent ne peut résoudra les problèmes existentiels de l’Europe. Les Allemands et les Italiens ne peuvent partager une monnaie commune. L’ITlie ne peut supporter la hausse des rendements de la périphérie européenne et les dilatations des spreads.

La regression italienne. Un pays en voie de sous développement relatif

La BCE risque d’avoir à faire face à une crise de confiance. Lagarde est en train de concocter un mécanisme de soutien de la liquidité pour la périphérie de la zone euro qu’elle espère vraiment ne pas avoir à utiliser. Lorsque la BCE sera contrainte de recourir à des opérations de soutien obligataire et que leur efficacité sera remise en question, nous serons confrontés à la perspective réelle d’une sérieuse ruée sur les marchés obligataires périphériques et même sur l’euro.

Ces gens sont des irresponsables.

21 juillet – Financial Times:

« Mario Draghi a démissionné de son poste de Premier ministre italien, déclenchant la dissolution du parlement et poussant le pays à des élections anticipées en septembre. Draghi a démissionné de son poste de Premier ministre… un jour après que les trois grands partis au parlement ont boycotté un vote de confiance en sa direction à la suite d’un débat parlementaire aigre. Le président Sergio Mattarella… a noté que la dissolution anticipée du parlement – ​​dont le mandat devait expirer l’année prochaine – était censée être un « dernier recours » mais que la situation politique ne lui laissait aucune alternative. Il s’est également dit préoccupé par la capacité de l’Italie à respecter les « délais cruciaux » pour accéder à ses prochaines tranches des 200 milliards d’euros de fonds de récupération des coronavirus de l’UE. L’élection aura lieu le 25 septembre.

21 juillet – Reuters :

« L’Italie endettée se retrouve à nouveau dans le collimateur des marchés, alors que l’effondrement de son gouvernement d’union nationale coïncide avec le fait que la Banque centrale européenne se prépare à délivrer sa première hausse de taux d’intérêt en 11 ans . Comme d’autres pays endettés de la zone euro, l’Italie a passé les dernières années lorsque les liquidités étaient bon marché et abondantes à essayer de réduire sa vulnérabilité à la hausse des taux et à la panique des marchés. Mais il est plus exposé à l’augmentation des coûts d’emprunt qu’il n’y paraît, selon une étude Reuters de son profil d’endettement. Bien sûr, l’Italie a allongé les échéances de sa dette, mais de moins que ses pairs d’Europe du Sud et la dette pure et simple est plus élevée qu’elle ne l’était pendant la crise de la dette de la zone euro.

21 juillet – Financial Times :

« La dette italienne a été liquidée jeudi après la démission du Premier ministre Mario Draghi et la Banque centrale européenne a fortement relevé les taux d’intérêt dans son effort pour maîtriser l’inflation galopante. Le rendement des obligations d’État italiennes à 10 ans a augmenté de 0,27 point de pourcentage pour atteindre près de 3,7 % alors que la coalition d’unité nationale de Draghi s’est effondrée et que la BCE a relevé son taux de dépôt… La baisse des prix des obligations italiennes a gonflé l’écart entre les indices de référence italien et allemand 10- rendements annuels… à 2,38 points de pourcentage, reflétant un élargissement de plus de 0,3 point de pourcentage en seulement deux jours. La pression sur la dette italienne s’est un peu relâchée plus tard dans la séance… »

21 juillet – Bloomberg :

« L’effondrement du gouvernement italien réveille une menace latente sur les marchés obligataires européens. Les swaps sur défaillance suggèrent que les investisseurs commencent à s’inquiéter d’une future administration se retirant hors de l’euro. Ils achètent des swaps plus récents, qui offrent plus de protection contre un tel événement, faisant grimper leur prime aux swaps plus anciens au plus haut depuis 2018 jeudi. Cela s’est produit après que les obligations italiennes ont glissé à la suite de la démission du Premier ministre Mario Draghi, ce qui ouvre la porte à des élections anticipées qui pourraient amener un gouvernement plus eurosceptique ou moins responsable sur le plan budgétaire. La dette a encore été vendue après que la Banque centrale européenne a augmenté les coûts d’emprunt plus que prévu, Le nouvel outil pour arrêter les pics de rendement n’a pas réussi à arrêter la déroute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s