Si il y a des perspectives de desserrement ou desserrement, les marchés quel que soit leur niveau de valorisation ou de surévaluation repartiront de l’avant.

Hussman essaie d’explorer comment l’assouplissement monétaire peut influencer la tendance boursière. Il a decouvert que les assouplissements monétaires ne causent pas eux même les retournements: tout dépend de la situation psychologique des marchés. Les desserrements monétaires amplifient l’appétit pour le jeu quand cet appétit est encore là. Ici l’appétit pour le jeu bousier est encore très fort, c’est évident . Cela implique selon moi que si il y a des perspectives de desserrement ou desserrement, les marchés quel que soit leur niveau de valorisation ou surévaluation repartiront de l’avant.

Comment l’assouplissement monétaire interagit avec la psychologie des investisseurs

En ce qui concerne la politique de la Réserve fédérale, le tableau ci-dessous est une leçon visuelle sur la façon de traîner les pieds, d’abandonner la politique systématique et, ce faisant, d’amplifier l’inflation de la fin des années 1970, d’encourager une bulle hypothécaire qui s’effondre dans la crise financière mondiale, de provoquer une « toute en bulles » de spéculation à la recherche de rendement et contribuent au taux d’inflation le plus élevé en 40 ans.

Wall Street semble convaincue que le recul d’un demi-point de l’inflation sous-jacente la plus élevée en 40 ans, actuellement à 5,9 %, encouragera la Fed à « pivoter » vers des taux plus bas en un rien de temps. 

Pourtant, lorsque le taux des fonds fédéraux a été inférieur à l’inflation sous-jacente, avec une inflation sous-jacente supérieure à 2,5 %, la Fed n’a jamais opté pour un assouplissement à moins que la récession n’ait poussé le taux de chômage vers 6 % ou plus.

 Il convient également de noter que le seul plus bas de marché baissier de l’histoire qui s’est produit au milieu d’un cycle de resserrement de la Fed a eu lieu en 1987, avec un P/E forward du S&P 500 inférieur à 10 et un multiple prix/revenu inférieur à un quart. du niveau d’aujourd’hui. C’est dire si on était alors bon marché.

Le taux actuel des Fed Funds défie toutes les règles et toute l’expérience historique.

Taux des fonds fédéraux par rapport aux indices de référence systématiques

Malgré l’enthousiasme récent du marché face à une légère détente de l’inflation, s’interroger sur le futur pivot de la Fed est la mauvaise question en premier lieu. Ce qui importe, c’est de s’intéresser à la psychologie des investisseurs: est ce qu’elle passe de l’aversion au risque à la spéculation? Voila ce qu’il faut suivre. 

Cette psychologie est déduite de l’uniformité des éléments internes du marché, et aucune prévision n’est requise. 

Alors que les assouplissements de la Fed peuvent amplifier la spéculation lorsque les investisseurs sont enclins à spéculer, ils ne font rien pour soutenir les actions lorsque les investisseurs sont averses au risque. 

En effet, lorsque les investisseurs ont une aversion pour le risque, ils considèrent la liquidité sûre comme un actif souhaitable plutôt qu’inférieur car ils sont persuadés que les actifs à risque seront perdants.

En effet, tous les gains cumulés du S&P 500 à travers l’histoire, au-delà des rendements des bons du Trésor, se sont produits pendant des périodes d’internes favorables selon nos mesures, et ce que la politique de la Fed ait été accommodante ou restrictive. 

La pire combinaison de conditions de marché apparaît en fait lorsque des éléments internes défavorables sont rejoints par un passage à l’assouplissement de la Fed, en particulier dans un marché surévalué. 

L’argent facile dans un marché averse au risque est un indicateur de crise et pas grand-chose d’autre. C’est d’ailleurs une évidence intuitive. Si l’argent est facile alors que l’appétit pour le risque à disparu c’est parce que l’on est en crise.

Bien que l’argent facile puisse encourager un virage vers la spéculation, il est dangereux de s’y fier et mieux vaut répondre directement aux indicateurs internes.

Rendements cumulés du S&P 500 selon diverses combinaisons de politique monétaire et de paramètres internes du marché (Hussman)

 Pour notre part, nous nous contentons d’aligner nos perspectives sur les conditions de marché dominantes et observables, et nos perspectives changeront à mesure que ces conditions changeront.

La nouvelle ère

La « nouvelle ère » qui débute en 1927 implique au fond l’abandon de la démarche analytique ; et alors que l’accent était apparemment encore mis sur les faits et les chiffres, ceux-ci étaient manipulés par une sorte de pseudo-analyse pour étayer les illusions de l’époque. La doctrine de la « nouvelle ère » – selon laquelle les « bonnes » actions (ou « blue chips ») étaient des investissements judicieux quel que soit le prix payé pour elles – n’était au fond qu’un moyen de rationaliser sous le nom d’« investissement » l la capitulation presque universelle à la fièvre du jeu.

– Benjamin Graham & David L. Dodd, Analyse de la sécurité, 1934

Malgré les extrêmes atteints par les mesures d’évaluation historiquement fiables, nous pouvons être certains d’une chose : les investisseurs s’en fichent. Ils ne s’en préoccuperont jamais aux extrêmes du marché. S’ils le faisaient, les marchés financiers ne pourraient jamais atteindre des extrêmes comme 1929, 2000 et aujourd’hui en premier lieu.

Les objections typiques impliquent un large éventail de rhapsodies verbales impliquant la technologie, l’innovation, le changement structurel, la productivité, l’entrepreneuriat et les monopoles hautement rentables – tout cela peut être résumé en gros par l’expression « nouvelle ère ». C’est comme si les investisseurs s’imaginaient que c’était aujourd’hui la première fois que l’économie découvrait la technologie, l’innovation, le changement structurel, la productivité, l’esprit d’entreprise et des monopoles hautement rentables -mais finalement temporaires.

L’histoire économique et financière que nous tenons pour acquise est remplie de bulles, d’effondrements, d’inflation, de déflation, d’expansion, de récession, de dépression, de guerres mondiales et d’innombrables innovations qui ont eu un impact économique profond – automobiles, aviation commerciale, automatisation, télévision, produits pharmaceutiques, l’électronique, les ordinateurs, la biotechnologie – sans parler de l’introduction du pain en tranches par Otto Frederick Rohwedder en 1928. Mais bon, l’iPhone 14 sort.

C’est la règle, et non l’exception, que des mesures d’évaluation historiquement fiables semblent inutiles pendant une bulle spéculative

Si de riches valorisations suffisaient à elles seules à stopper la spéculation, il serait impossible d’atteindre les extrêmes époustouflants qui précèdent l’effondrement. 

Face à des taux d’intérêt nuls, même des « limites » à la spéculation définies au sens large et historiquement fiables sont devenues inefficaces. Notre réponse a été d’accorder beaucoup plus de priorité à l’état des internes du marché. 

Comme Graham & Dodd l’ont noté à propos du pic de 1929, les investisseurs ont abandonné leur attention aux mesures d’évaluation fiables précisément parce que « les archives du passé se sont avérées un guide d’investissement non fiable ». 

Ensuite, le marché a perdu 89% de sa valeur.

Publicité

Une réflexion sur “Si il y a des perspectives de desserrement ou desserrement, les marchés quel que soit leur niveau de valorisation ou de surévaluation repartiront de l’avant.

  1. Bonjour monsieur Bertez,

    Les mines virtuels de Potosi ont craché leur surabondance d’argent électronique; il est affamé et se destine à la réalité.
    Il me semble qu’il n’y aura pas de destruction de cette richesse en devenir quoique pour le moment encore suspendue.
    Elle va plutôt se déverser et saisir: la guerre, l’espace, les gigafactory, la quantification comptable de nouvelles choses, l’arpentage fanatique et la subdivision extrême de nouvelles matières à valoriser.
    Une déferlante de créations et d’accaparations de valeurs réelles.
    Il est probable que l’inflation n’en soit pas une; que nous ne regardions qu’à l’envers; que la réalité économique proche soit tout juste largement au-delà et que nous ne fassions qu’assister à un mouvement de correction du prix réel des choses: que c’est la mesure de la valeur de l’argent qui se met à jour.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s