La profession de journaliste a été capturée par les gens d’en haut , il n’y a rien à en tirer, rien à sauver.

Lisez et écoutez, c’est intéressant.

Intéressant bien que très superficiel.

Stemmelen explique ce que tout citoyen doit avoir assimilé, mais c’est un minimum:

-l’auto censure

-la fausse pluralité

-la connivence au sommet et dans la partie supérieure des structures

-la consanguinité

-la peur du chômage à la base , la prolétarisation

Mais il n’aborde pas:

-l’incompétence crasse structurelle des journalistes, ils parlent de choses auxquelles ils ne comprennent rien

-la carence de la formation de base avec les contresens sur ce qui est important et ce qui est accessoire

-la paresse, le principe du moindre effort dans un métier de frime et de surestimation narcissique

-l’origine des ressources des médias avec le système de Tiers Payant qui fait que le lecteur ne paie pas, il est payé , on recrute les lecteurs!

Donc le lecteur ne sanctionne pas, simplement il perd confiance. Le tiers payant implicitement et organiquement commande même si il n’intervient pas; il n’y a pas de sanction de la médiocrité, mais il y a sanction de la non conformité.

Mais ce que mon expérience me conduit à considérer comme la faiblesse la plus importante de la profession c’est la dépendance à l’égard des sources,

Le journaliste a un fond commerce , il a un Capital et ce Capital ce sont ses sources, son carnet d’adresses, ses accréditations.

Ceux que l’on considère comme grands journalistes ce sont non pas les gens qui font bien leur travail, mais ceux qui ont le meilleur réseau, la meilleure insertion. les sources sectionnent leurs interlocuteurs et ceux ci leur sont redevables. La cote des journalistes se fabrique!

Il faut aussi évoquer la pratique des interviews. Pratique complaisante, complètement pourrie, qui a plus à voir avec la communication publicitaire et les relations publiques qu’avec l’interrogation critique.

Le journaliste donnerait son cul pour avoir des interviews ce qui le met en position rigoureusement non critique mais en fait un passe-plat .

Il faudrait aussi aborder la question de la transparence et des nécessaires indications qui devraient être fournies aux récepteurs et utilisateurs des médias.

La question de la formation à donner aux lecteurs/spectateurs pour qu’ils deviennent d’authentiques contre pouvoirs face à celui des journalistes. La classe des utilisateurs devrait être le contre pouvoir face aux pouvoirs excessifs de cette profession.

Et bien sur la question de la disparition de la déontologie, … l’air du temps avec la disparition de la vérité comme référent et son remplacement par l’opinion,… la fin de la démocratie comme objectif et son remplacement par la gouvernance c’est à dire l’unilatéralisme des classes dominantes et leurs soi disant experts…censés savoir …

La profession de journaliste a été capturée par les gens d’en haut , il n’y a rien à en tirer, rien à sauver.

Publicité

2 réflexions sur “La profession de journaliste a été capturée par les gens d’en haut , il n’y a rien à en tirer, rien à sauver.

  1. Le constat est clair et concerne le journalisme papier /TV et, plus vicelard, les iphones.

    Aujourd’hui, le vrai journalisme est fait par des passionnés, des fous, des poilus de la guerre de l’info…sous forme de blogs, de vidéos, de livres. Et cela demande un effort d’aller les chercher donc n’est pas visible par le troupeau.

    Au passage, grand merci aux dits poilus…

    J’aime

  2. On peut bien accorder une rallonge de 400 millions d’euros sur deux ans aux journaux,comme le gouvernement vient de le faire:les lecteurs suivent de moins en moins.
    En gonflant les chiffres a l’hélium,on arrive a 9000 ventes physiques (papier) pour Libé.
    Dans ma région,Le télégramme ou Ouest France sont « offerts » régulièrement dans les rues lors de promotions.
    Des hebdomadaires comme Le Point offrent des abonnements gratuits avec des cadeaux!
    Les gens pensent que tout ceci est gratuit alors que c’est grassement payé par leurs impots et la dette.
    Enfin les journalistes médias ont des salaires extravagants:38000 euros par mois pour animer la matinale d’Europe 1(qui n’a plus beaucoup d’auditeurs).
    C’est sur qu’a ce tarif on tient sa langue.

    J’aime

Répondre à grouik Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s