Editorial. « La Russie n’aurait encore rien commencé de sérieux ». A suivre avec MAJ

Le monde des spectateurs et des commentateurs est engagé.

j’entends par là qu’il n’est pas neutre, purement objectif, il prend parti. Qu’il le veuille, qu’il le reconnaisse ou non.

C’est l’une des limites de notre condition humaine, nous sommes non pas de purs esprits, mais des êtres qui ont une histoire, qui ont des besoins, des désirs et donc nous ne sommes pas transparents.

C’est triste à reconnaitre, mais il faut le faire, le monde des observateurs de la guerre est dans la situation du public qui regarde un match de football ou un western; il prend parti, il choisit son camp, c’est instinctif, souvent involontaire et non conscient.

Ceci étant posé il faut donc le conserver à l’esprit.

Les développements que l’on entend et lit depuis trois jours sont produits par des personnes qui ont un intérêt psychologique dans cette guerre. Il y a toujours une sorte d’identification aux indiens ou aux cow boys.

On discerne cette sorte de torsion ou de biais même chez les observateurs les plus crédibles, les plus informés et les plus honnêtes.

C’est ainsi, on n’y peut rien .

Quand j’étais aux affaires dans la presse, j’avais coutume de dire que l’objectivité est un mythe ou un horizon et que dans la pratique, être honnête, bien faire son métier, impliquait que l’on annonce à ses interlocuteurs, aux récepteurs de ses messages, son biais. Son parti pris; c’est une conception déjà intéressante mais restreinte.

Je pense un peu différemment maintenant, mais disons que c’était une pensée d’étape sur le chemin de l’expérience.

Maintenant j’ai plutôt tendance à penser que l’objectivité a à voir avec la quantité de travail que l’on fournit, quantité de travail qui permet de s ‘approcher asymptotiquement de la Verité.

Au plan psychologique, j’ai également tendance à accorder de l’importance à l’ascèse, au travail sur soi. Je pense que le désir de celui qui parle est toujours présent, – le désir du locuteur c’est ce qui lui fait ouvrir sa gueule a dit un jour Lacan; il n’est pas à notre portée d’être des êtres sans désirs, la sainteté est un horizon qui n’est pas à notre portée. Pascal a bien résumé lorsqu’il a dit: « qui veut faire l’ange fait la bête. »

Bon maintenant que ceci est posé, je dirais que la question qui me préoccupe est celle de l’interprétation des évènements en Ukraine et singulièrement celle des décisions ou non-décisions russes.

J’observe que la plupart des gens qui en parlent ou écrivent sur le sujet restent sur la ligne qu’ils avaient avant ce qui se présente comme une défaite russe. Leurs augments et leurs critiques sont ceux qu’ils donnent depuis le début mais cette fois avec plus de developpé et plus d’assurance.

L’assurance du fameux: « je vous l’avais bien dit. »

L’une des idées que l’on retrouve le plus souvent c’est celle de la trop grande modération de Poutine. Il n’a pas voulu payer le prix qu’il fallait payer pour réussir à atteindre ses objectifs. Peut être même n’a t-il pas été capable de bien appréhender et hiérarchiser les priorités qu’il fallait retenir.

Il a mis des gants, il a refusé de faire une vraie guerre. Il s’est trompé, il fallait mettre le paquet dès le début un peu à l’image de ce que font les américains quand ils détruisent un pays: ils détruisent tout sans scrupules avec le maximum de moyens et dégâts; la guerre c’est la guerre!

Cette opinion est celle exprimée par  » Ukraine. Military Summary And Analysis 10.09.2022″ dont je fournit le lien vidéo ci dessous. Le titre est explicite: Le retrait d’Izium – un catalyseur pour « commencer sérieusement »

 » Nous pouvons dire qu’aujourd’hui a été la meilleure , la deuxième meilleure  journée de tous les temps pour les Russes sur le territoire de l’Ukraine. 

Quelque chose doit être changé. Si vous demandez ce que les Russes devraient changer, à vrai dire, je ne sais pas.  » Mais je crois que s’ils ne changent rien après cette situation, cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre cette opération spéciale. Parce que les Ukrainiens ont réussi à rassembler un grand nombre d’infanterie. Certaines sources disent, en plaisantant bien sûr, que maintenant les Ukrainiens ont une armée si grande que les autorités ukrainiennes peuvent leur donner juste des pierres. Et cette armée est capable de briser l’ordre de défense des Russes juste avec des pierres parce qu’il y en a tellement.

Ecoutons « b » de MoA sur ce sujet. Il est fin observateur, il essaie de comprendre le pourquoi des choix de Poutine, il les éclaire par la situation historique, politique et par l’équation personnelle de Poutine.

Ecoutons le .

« Ce qui précède est le début du résumé militaire de Dima sur les événements d’hier en Ukraine.

La vision simpliste selon laquelle « la quantité a une qualité qui lui est propre » est généralement attribuée à Joseph Staline, le dirigeant géorgien de l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale (ainsi qu’avant et après).

Staline s’est trompé, comme le prouve la deuxième bataille de Kharkov , mentionnée ici hier. En mai 1942, près d’Izium, les nazis ont complètement vaincu une force soviétique de contre-attaque qui était deux fois plus importante que leurs forces.

Mais Staline avait également raison. En fin de compte, l’Union soviétique a simplement surpassé le Reich allemand et ses alliés dans presque tout – chars, avions, canons, munitions, carburant, nourriture et soldats – ce qui a permis sa victoire. (Le rôle très médiatisé des États-Unis dans ce domaine n’était historiquement qu’un spectacle secondaire.)

Le retrait russe d’hier de la région entre Izium et la frontière russe a été un désastre pour les (pro-)russes sur le terrain. C’était aussi la conséquence rationnelle d’un manque de moyens militaires. 

Les forces militaires russes en Ukraine sont trop peu nombreuses pour tenir une ligne de front longue de 1 500 kilomètres contre une armée ukrainienne qui a maintenant:

a.) une force beaucoup plus importante avec laquelle travailler,

b.) aucune inquiétude quant aux pertes humaines élevées et

c.) un approvisionnement régulier d’armes « occidentales ».

La Russie doit s’adapter à cela.

La demande la plus mentionnée dans les commentaires pro-russe depuis hier est de « retirer les gants » – d’interdire sérieusement les livraisons d’armes « occidentales », de détruire les ponts ukrainiens et d’autres infrastructures à double usage, de passer d’une « opération militaire spéciale » vers la guerre.

Pourquoi les dirigeants politiques russes ne l’ont-ils pas encore fait ?

Après l’avoir observé pendant deux décennies, j’en ai conclu que le leadership politique russe, avant tout son dirigeant actuel Vladimir Poutine, est guidé par deux principes directeurs. 

Le premier est de suivre la volonté du peuple. 

Le second est de mener des politiques rationnelles. 

Les notes élevées de Poutine et d’autres dirigeants politiques dans les sondages russes indépendants ne sont pas un hasard. C’est le résultat de politiques qui sont a.) rationnelles et bien expliquées et b.) profondément démocratiques en ce qu’elles suivent l’opinion publique de la majorité du peuple. Ils ne permettent pas à des groupes d’intérêts particuliers d’avoir une influence démesurée sur elle.

Cela se voit mieux dans la guerre que Poutine a menée contre ces milliardaires qui, dans les années 1990 et au début des années 2000, ont tenté d’entrer en politique pour faire passer leurs intérêts avant tous les autres. Ils ont été vaincus et ceux qui n’ont pas fui à Londres ont depuis cessé d’interférer avec l’État.

L’autre groupe qui a traditionnellement joué un rôle surdimensionné en Russie, en particulier pendant la guerre froide, est le complexe militaro-industriel. Il a diminué pendant le règne d’Eltsine en raison des conséquences financières catastrophiques de sa campagne de privatisation de voyou . 

Sous Poutine, l’armée russe a été quelque peu ressuscitée, réarmée et dotée de ressources suffisantes. Mais elle a aussi été apprivoisé. 

Sous le ministre de la Défense Shoigu et le chef d’état-major Gerasimov, la priorité des politiques générales de l’État sur les besoins militaires perçus n’est plus discutable.

Les plus grands opposants à la politique de Poutine sont les nationalistes, et non les clowns « libéraux » favorisés par les « occidentaux » comme Navalny. Les nationalistes se retrouvent à gauche, à droite et au centre politique. Ils ne sont pas bien organisés mais ont une voix dans tout le spectre politique. (L’ancien président Dimitri Medvedev joue actuellement devant ce public.) Les nationalistes ont même une voix dans les médias publics.

Voici les observations de Gilbert Doctorow sur leur position récente discutée dans d’importants talk-shows russes :

Pour sa part, Vladimir Solovyov est allé au-delà de la présentation de la menace que représentent les États-Unis et ses alliés pour analyser la possible réponse de la Russie. Il a parlé longuement, et nous pouvons supposer que ce qu’il disait avait l’approbation directe du Kremlin, …..

Alors, qu’est-ce que Soloviev avait à dire? 

Premièrement, que Ramstein marquait une nouvelle étape dans la guerre, en raison du caractère plus menaçant des systèmes d’armes annoncés à la livraison, comme les missiles d’une précision de 1 à 2 mètres lorsqu’ils sont tirés à des distances de 20 ou 30 kilomètres grâce à leur GPS- vol guidé, contrairement aux missiles à guidage laser livrés jusqu’à présent à l’Ukraine. Dans la même catégorie, il y a les armes conçues pour détruire les systèmes radar russes utilisés pour diriger les tirs d’artillerie. 

Deuxièmement, que Ramstein a marqué la poursuite de l’expansion de la coalition ou de la sainte croisade faisant la guerre à la Russie. 

Troisièmement, qu’en fait, il ne s’agit plus d’une guerre par procuration mais d’une véritable guerre directe avec l’OTAN et qu’elle devrait être poursuivie avec la mobilisation appropriée de toutes les ressources au pays et à l’étranger.

Selon Solovyov, la Russie devrait se débarrasser des contraintes et détruire l’infrastructure ukrainienne à double usage qui permet de déplacer les armes occidentales à travers le pays vers le front. Le système ferroviaire, les ponts, les centrales électriques devraient tous devenir des cibles équitables. De plus, Kiev ne devrait plus être épargnée par les frappes de missiles et la destruction des ministères et de l’appareil présidentiel chargés de la poursuite de la guerre. Je note que ces idées ont été diffusées sur le programme Soloviev il y a plus d’un mois, mais ont ensuite disparu de la vue alors que les Russes faisaient de gros gains sur le terrain. Les derniers revers et les nouveaux risques associés aux politiques occidentales définies à Ramstein les font resurgir.

La récente réunion de Ramstein a promis une « assistance à long terme » à l’Ukraine et annoncé des transferts d’armes d’une nouvelle qualité.

De l’avis des nationalistes en Russie, il faut une réponse. La Russie, à leur avis, a besoin d’escalader.

Le Kremlin était et est extrêmement opposé aux pertes russes. Dans cette guerre, il donne la priorité aux vies russes sur tout le reste. Cela a bien fonctionné pendant les premiers mois de la guerre. Selon mon estimation, les pertes russes représentaient jusqu’à présent environ un dixième des victimes ukrainiennes. Mais les dirigeants ukrainiens ne se sont jamais souciés du nombre de victimes. La question ne lui importe donc pas vraiment.

La Russie avait entrepris de « démilitariser » et de « dénazifier » l’Ukraine. La principale priorité géographique était de libérer les républiques populaires de Donetsk et Lougansk. Le couloir terrestre vers la Crimée et la ville très russe de Marioupol étaient également des cibles importantes.

La démilitarisation, principalement par des armes à longue portée, a bien fonctionné. L’Ukraine n’a plus d’industrie de défense. La dénazification est un processus continu. Les unités « nationalistes » fascistes comme les bataillons Azov et leurs frères du Kraken et d’autres groupes ont été décimées.

La première phase de la guerre consistait à pousser le gouvernement ukrainien à un accord rapide. La menace contre Kiev a été conçue pour y parvenir. Cela a presque fonctionné. Fin mars, Kiev a accepté de répondre aux exigences russes. Ensuite, Boris Johnson a été envoyé pour pousser à prolonger la guerre pour « affaiblir la Russie » . Le président ukrainien Vladimir Zelenski a depuis obéi à cet ordre.

La Russie s’est retirée de Kiev et a entamé la deuxième phase de la guerre. Depuis lors, l’oblast de Louhansk et le couloir terrestre vers la Crimée, en particulier Marioupol, ont été conquis. La libération de la République de Donetsk est au point mort. Le nombre de forces russes et alliées combattant la guerre est resté stable ou a même diminué au fil du temps. Pendant ce temps, les forces ukrainiennes se sont multipliées. Ils obtiennent une quantité très importante d’armes de sources «occidentales» et de nouvelles promesses de maintenir ces approvisionnements. Même lorsqu’ils sont moins armés, un plus grand nombre d’hommes compte avec le temps.

Cela a rendu possibles des défaites potentiellement coûteuses, comme récemment sur le front d’Izium. L’armée russe s’est réadaptée à cette menace en réduisant le territoire détenu et en se concentrant sur les objectifs initiaux de la guerre.

Le public russe, qui au début ne comprenait pas bien pourquoi la guerre était nécessaire, a depuis pris conscience. Elle comprend désormais le grand jeu qui se joue contre son pays. Elle exige d’ajuster le niveau des ressources investies dans la guerre à celui nécessaire pour une victoire décisive.

C’est pourquoi Dima conclut :

« Nous pouvons dire qu’aujourd’hui a été la meilleure journée [..] pour les Russes sur le territoire ukrainien.

Il est maintenant probable qu’ils seront libérés. D’une façon ou d’une autre.

Je pense également que le retrait de la région d’Izium, qui a laissé derrière lui un nombre important de civils pro-russes sous les menaces mortelles des groupes fascistes de « filtration » , sera le catalyseur d’une escalade significative du côté russe.

Je peux, comme si souvent, me tromper. Il reste encore un jeu intermédiaire à venir. Le 3e corps russe, formé de réservistes bien payés, armés de nouvelles armes et désormais déployé au sud de la région du Donbass, pourrait changer la donne. 

S’il se déplace vers le nord et parvient à remonter les fortifications ukrainiennes sur la ligne de Donetsk par derrière, il peut devenir la force décisive. Mais la mise en place des forces mobiles ukrainiennes qui se sont déplacées ces derniers jours, en grande partie sans opposition, vers la rivière Oskol, est une nouvelle carte que les Ukrainiens peuvent jouer à nouveau contre n’importe quel point faible des lignes russes.

Le public russe, doucement mené par le Kremlin à travers les médias russes, est désormais en train d’exiger davantage. Cela ne doit pas signifier la mobilisation totale de l’armée russe. Les affirmations « occidentales » selon lesquelles la Russie est isolée sont fausses. Il a de nombreux amis auxquels il peut faire appel pour contribuer à ses efforts. Les manœuvres de diversion contre l’armée américaine dans de nombreuses régions du monde ne sont qu’une possibilité parmi d’autres.

Le temps est toujours la troisième force sur le champ de bataille. Les deux adversaires doivent jouer contre ou s’allier avec lui. L’Europe s’affame actuellement en boycottant les ressources énergétiques russes. C’est insoutenable et, avec le temps, il devra cesser de suivre ses politiques actuelles dirigées par les États-Unis. Economiquement l’Ukraine est fauchée et elle ne peut, malgré les subventions étrangères, soutenir une longue guerre. Il existe également des changements politiques potentiels aux États-Unis qui joueront un rôle.

Pourtant, la guerre doit être gagnée sur le terrain ukrainien. La Russie doit améliorer son jeu. 

Le 7 juillet, lors d’une session avec les dirigeants de la Douma et les chefs des factions du parti, Poutine a déclaré :

Aujourd’hui, nous apprenons qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Bien, que puis-je dire? Laissez-les essayer. Nous avons déjà beaucoup entendu parler de l’Occident voulant nous combattre « jusqu’au dernier Ukrainien ». C’est une tragédie pour le peuple ukrainien, mais cela semble être là où il se dirige. Mais tout le monde devrait savoir que, dans l’ ensemble, nous n’avons encore rien commencé de sérieux.

EN PRIME

CETTE OPINION:

Qu’est-ce que je rate? Dans la guerre des tranchées, des saillants se produisent. Il n’est tout simplement pas possible d’avoir une large ligne d’engagement si forte et placée avec une telle prévoyance qu’elle puisse résister à une attaque ciblée. Dans un front large avec peu d’effectifs, l’art est de choisir où mettre plus ou moins. Logiquement, vous placez des défenses plus fortes là où le risque est plus grand, la valeur stratégique plus grande ou la difficulté de renforcement plus grande, comme à Kherson. 

La ligne Karkhiv a été tenue à la légère malgré des informations détaillées sur l’accumulation de troupes Ukr dans la région. Mais un saillant là-bas mène à un terrain non stratégique, et plus l’avance est importante, plus les lignes de renfort/réapprovisionnement vers la Russie sont courtes. La question est maintenant de savoir quelles ressources la Russie engagera étant donné que cela est visible et prévisibleune opération dirigée par l’OTAN. 

À l’approche de l’hiver, l’OTAN est bien consciente qu’elle doit visiblement avancer et démontrer la validité de l’effort de guerre pour garder les masses européennes regroupées à ses côtés alors que leurs dirigeants politiques les escroquent pour des raisons entièrement néolibérales. 

Conclusion : c’était inévitable, prévisible, pas raisonnablement possible d’atténuer à ses débuts, et la balle est dans le camp de la Russie. 

On peut dire qu’il devrait, entre autres choses, utiliser la supériorité aérienne pour interdire le fret ferroviaire et routier transfrontalier occidental. Tout ce qu’il faut, c’est un mitraillage persistant.

EN PRIME

KADYROV

About the mobilisation…Russia doesn’t mobilise it trains volunteers for now and it might be long-time strategy in that direction…Ramzan Kadyrov took part in a drill review of military units and equipment.

The formation of three battalions of 560 fighters and a special regiment of 1,500 fighters has been completed in the Chechen Republic.

There are a total of 3180

EN PRIME

LE REPLI

Episode du retrait des troupes de la direction de Kharkov.

Le passage de la colonne des Forces armées de la Fédération de Russie. Devant une énorme colonne de réfugiés, les troupes russes sont les dernières à fermer le mouvement et à empêcher les groupes mobiles ennemis de contourner les unités et d’attaquer les civils.

Sur la droite le long de l’autoroute, un véhicule blindé de transport de troupes russe est en feu, qui était le premier du convoi juste derrière les réfugiés. Le DRG ennemi a tenté d’attaquer le convoi, l’équipage russe est entré dans la bataille et a achevé la tâche de protéger les civils dans la région de Kharkov au prix de leur vie.

Il y a en effet de nombreux citoyens pro-russes de la région de Kharkiv là-bas, en Ukraine. Mais un grand nombre de personnes ont réussi à sauver. Souvent au prix de la vie de militaires russes.
#Russie #Ukraine #Kharkov @rybar

EN PRIME

Rapport du ministère de la Défense de la Fédération de Russie sur l’avancement de l’opération militaire spéciale sur le territoire de l’Ukraine – Partie 1
au 11 septembre2022

🔻Les Forces armées de la Fédération de Russie continuent de mener une opération militaire spéciale. Les Forces aérospatiales russes, les troupes de missiles et l’artillerie effectuent des frappes de haute précision contre des unités et des réserves des Forces armées ukrainiennes dans la région de Kharkiv.

▪️À la suite des frappes, les effectifs et l’équipement militaire des unités des 14e et 92e brigades mécanisées des Forces armées ukrainiennes dans les régions de STAROVEROVKA, CHUGUEV et VOLOSSKAYA BALAKLEYA, la 113e brigade de défense territoriale dans la colonie de NOVAYA VODOLAGA , ainsi que le point de déploiement des mercenaires étrangers dans la zone de la colonie ont été touchés au point KLUGINO-BASHKIROVKA. Les pertes de l’ennemi se sont élevées à plus de 200 militaires et à plus de 20 unités de matériel militaire.

▪️En outre, pendant la journée, des tirs concentrés ont infligé une défaite aux unités des Forces armées ukrainiennes dans les zones des colonies de PRISTIN, BOLDYREVKA, SINIKHA, WHITE, KOMAROVKA, GORHOVATKA, KUPYANSK, SENKOVO et PODvysokoye de la région de Kharkiv. Plus de 250 militaires ukrainiens, 12 véhicules blindés, trois pièces d’artillerie de campagne, un lance-roquettes multiples et 17 véhicules ont été détruits.

▪️Dans la direction Nikolaev-Krivoy Rog, des frappes de missiles de haute précision des forces aérospatiales russes ont détruit le point de déploiement temporaire des unités de la 36e brigade de marine des forces armées ukrainiennes dans la région de Nikolaev . Les pertes ennemies se sont élevées à plus de 100 militaires, ainsi qu’à 15 véhicules et véhicules blindés.

▪️Au total, rien que dans ces deux directions du 6 au 10 septembre, les pertes du régime de Kiev se sont élevées à plus de quatre mille tués et plus de huit mille blessés.

🔻L’aviation opérationnelle et tactique et militaire, les forces de missiles et l’artillerie continuent de frapper des installations militaires sur le territoire de l’Ukraine.

▪️Des missiles au sol de haute précision Iskander ont touché les effectifs et l’équipement militaire de la 28e brigade d’infanterie motorisée des Forces armées ukrainiennes lors du déchargement à la gare de Krasnoarmeysk de la République populaire de Donetsk.

▪️Plus de 50 militaires et 7 pièces d’ équipement militaire ont été détruits dans la zone de la colonie de MIROLYUBOVKA, région de Kherson, à la suite de frappes aériennes des forces aérospatiales russes sur des unités de la 60e brigade d’infanterie des forces armées ukrainiennes .

▪️Huit postes de commandement des Forces armées ukrainiennes ont été touchés , dont les quartiers généraux des 93e et 24e brigades mécanisées dans les régions d’ ARTYOMOVSK et de RAIGORODOK de la République populaire de Donetsk, les postes de commandement et d’observation des bataillons du 1er char, 59e infanterie, 60e brigades d’infanterie et 35e brigades de marines dans les régions de KALINOVSKOE, MARYANSKOE de la région de Dnepropetrovsk, KALUGA de la région de Nikolaev et BELAYA KRYNITSA de la région de Kherson, ainsi que 43 unités d’artillerie, effectifs et équipements militaires de l’ennemi dans 103 arrondissements.

▪️Dans les zones des colonies NIKOLAEVKA , République populaire de Donetsk et Voznesensk, région de Mykolaïv , des dépôts de munitions ont été détruits. Dans OLD BOGDANOVKA , région de Mykolaïv , une station radar de détection et de suivi de cibles aériennes a été détruite.

🔻Partie 2🔻

Rapport du ministère de la Défense de la Fédération de Russie sur l’avancement de l’opération militaire spéciale sur le territoire de l’Ukraine 
au 11 septembre2022

▪️Les systèmes de défense aérienne russes dans la région d’ UGLEDAR de la République populaire de Donetsk ont ​​abattu un hélicoptère Mi-8 de l’armée de l’air ukrainienne. En outre , quatre véhicules aériens sans pilote ont été abattus en l’ air dans les zones des colonies de TOMINA BALKA dans la région de Kherson, SNIGIREVKA dans la région de Mykolaïv et KIRILLOVKA dans la République populaire de Donetsk.

▪️Deux missiles balistiques « Tochka-U » et deux missiles anti-radar américains HARM ont été abattus en l’air près du village d’ Udy, dans la région de Kharkiv . Dans la région de NOVAYA KAHOVKA, région de Kherson , 12 obus du système de lance-roquettes multiples HIMARS de fabrication américaine et neuf roquettes des lance-roquettes multiples Alder ont été interceptés .

▪️Au total , depuis le début de l’opération militaire spéciale, ont été détruits : 293 avions, 153 hélicoptères, 1 933 véhicules aériens sans pilote, 374 systèmes de missiles antiaériens, 4 883 chars et autres véhicules blindés de combat, 831 véhicules de combat à lancement multiple systèmes de roquettes, 3 378 canons et mortiers d’artillerie de campagne, ainsi que 5 469 unités de véhicules militaires spéciaux.

🔻Afin de déstabiliser la situation sur le territoire libéré par les forces armées russes et d’infliger des souffrances à la population civile, le régime de Kyiv poursuit le bombardement délibéré des infrastructures énergétiques : installations de production, sous-stations de transformation et lignes électriques.

▪️Ainsi, depuis le 1er septembre, le territoire de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya et la ville d’Energodar ont été bombardés d’artillerie par les forces armées ukrainiennes à 26 reprises, y compris sur le territoire de la centrale nucléaire. Dans le même temps, à la suite d’un incendie dirigé sur le poste de transformation le 6 septembre et sur la ligne électrique le 8 septembre, la ville d’ ENERGODAR s’est retrouvée à deux reprises sans électricité.

▪️Sur le territoire de la République populaire de Donetsk, l’artillerie ukrainienne a frappé à plusieurs reprises 22 installations d’alimentation électrique importantes afin de mettre hors tension les colonies, les jardins d’enfants, les installations de survie de la population et les entreprises industrielles.

▪️Le 1er septembre, à la suite de la grève, trois mines de la Donetsk Coal Energy Company ont été mises hors tension, où des dizaines de mineurs ont été bloqués sous terre.

▪️Hier 10 septembre, en raison du bombardement des forces armées du district Petrovsky de la ville de Donetsk, 19 sous-stations de transformation ont été mises hors tension. À la suite des bombardements, plus de 1 600 objets civils se sont retrouvés sans alimentation électrique.

▪️Des frappes quotidiennes sur les installations d’approvisionnement en électricité des infrastructures civiles sont menées délibérément et délibérément par le régime de Kyiv.

EN PRIME

SITUATION

a situation dans la direction de Kharkiv
à 13h00 le 11 septembre 2022

À l’heure actuelle, les unités russes continuent de reconfigurer le front dans la direction de Kharkov . Le retrait des forces armées de la Fédération de Russie a commencé à partir de la ligne Udy-Cossack Lopan-Bolshie Passages .

Les Forces armées RF maintiennent une présence limitée, couvrant des colonnes de réfugiés qui partent pour le territoire de la Fédération de Russie. À l’est du Seversky Donets, des groupes mobiles distincts des Forces armées ukrainiennes ont jusqu’à présent atteint la ligne Khotomlya-Bolchoï Burluk . Au nord, les unités russes continuent d’évacuer les civils.

En raison du manque de coordination entre les unités ukrainiennes des Forces armées ukrainiennes, les Forces armées ukrainiennes ont effectué des bombardements à Bolchoï Burluk, bien que seuls des civils soient restés dans la colonie elle-même.

Les forces armées RF continuent de niveler le front le long de la rivière Oskol , tirant des renforts vers la rive gauche. Dans la zone du village d’Oskol , des détachements de 60 « vétérans » de l’OMSB tiennent la route, assurant la sortie de groupes individuels de réfugiés.

Dans la zone du village de Senkovo , l’ aviation de l’armée des Forces armées RF a détruit le ponton des Forces armées ukrainiennes.

Carte à grande résolution

Versions étrangères de Kharkiv Carte de direction : DE | FR | ES | FR | IT

#digest #raisins #map#Russie #Ukraine #Kharkov @rybar * Soutenez-nous : | (ETH) | (BTC)

EN PRIME

Offensive à Kharkiv Direction
Chronique des batailles, 10 septembre 2022

▪️Au cinquième jour de l’offensive dans la région de Kharkiv, l’AFU a ouvert un autre front. Après avoir forcé les Siversky Donets près de Raihorodok , l’AFU a tenté de prendre d’assaut Krasnyi Lyman et Yampil’ .

Les unités russes ont repoussé une attaque à la périphérie de Krasniy Lyman et ont arrêté l’ennemi sur la ligne Staryi Karavan-Brusivka-Dibrova .

▪️Le commandement des forces armées russes a décidé d’ épargner la vie du personnel du groupement Izyum des troupes russes. À la mi-journée, le gros des troupes russes a quitté le point d’arrêt d’ Izyum et s’est retiré derrière la rivière Oskil .

▪️Au nord de Koupyansk , les forces armées russes n’ont pas réussi à stabiliser le front. L’AFU a continué d’avancer depuis Kupyansk et depuis le réservoir Pechenizs’ke . À midi, Velykyi Burluk a été prise.

▪️Le commandement des forces armées russes a pris une décision similaire de retirer les troupes qui détenaient les défenses à Kupyansk même et au nord de celle-ci. Les unités russes se replient progressivement sur Vovtchansk , assurant l’évacuation des réfugiés.

🔻L’intention du commandement des forces armées russes est de tenter d’organiser une ligne de défense stable le long de la rivière Oskil-Siversky Donets . Dans le même temps, les unités retirées de Balakliya, Kupyansk et Izyum sont regroupées et des réserves sont introduites.

▪️La population pro-russe fuit vers le territoire russe, à la fois de la région de Kharkiv et des régions du nord de la RPL. Des détachements de filtration pénètrent dans les colonies occupées par l’AFU. Leur but est d’éliminer les militants pro-russes et d’habituer les gens à avoir peur de soutenir la Russie sous peine de mort. Des temps sombres sont arrivés dans les territoires perdus de la région de Kharkiv.

#digest #map #Russia #Ukraine #video #Kharkiv
@rybar

EN PRIME

DICOURS DE KADYROV

Ramzan Kadyrov a abordé et critiqué la situation dans la direction de Kharkiv de l’opération militaire spéciale en Ukraine :

– Moi, Ramzan Kadyrov, vous déclare officiellement que toutes ces villes seront rendues. Nos gars sont déjà là. 10 000 autres combattants sont prêts à partir ;

– Dans un avenir proche, nous atteindrons Odessa, vous verrez des résultats concrets ;

– Je ne suis pas un stratège, comme au ministère de la Défense. Mais des erreurs ont été commises. Je pense qu’ils tireront des conclusions. Quand vous dites la vérité en face, vous ne l’aimez peut-être pas. Mais j’aime dire la vérité. Nous avons parlé avec les commandants sur les fronts ;

Dommage que rien n’ait été dit pendant plusieurs jours. Il est clair que les gens n’étaient pas préparés à cela. Nous parlons toujours de notre travail;

Si aujourd’hui ou demain des changements ne sont pas apportés à la conduite d’une opération militaire spéciale, je serai obligé de contacter les dirigeants du pays afin de leur expliquer la situation sur terre. Elle est très intéressante, « géniale » je dirais ;

– Le fait que plusieurs villages et villes leur aient été attribués présente plusieurs avantages. Nous n’avons pas fait de publicité, mais nous avons une tâche particulière. Nos gars se sont levés et ont commencé leur travail;

– Dans un avenir proche, nous rencontrerons les commandants militaires, nous leur expliquerons ce qu’est le patriotisme. Les patriotes ne devraient pas être offensés si quelqu’un a fait quelque chose de mal. Nous devons fédérer les gens autour de nous;

– Je sais une chose. La Russie gagnera. Les armes de l’OTAN seront supprimées par l’esprit de nos combattants. Nos mains et nos pieds tremblent déjà.

EN PRIME

Literally every channel informs today that there is large AFU concentration near Ugledar and they could be planning breakthrough Egorovka-Volnovakha-Mariupol.

[ Photo ]
🇷🇺 🇺🇦 The situation in the Donetsk-Zaporozhye direction as of 17.00 on September 11, 2022

The Ukrainian command is pulling up reserves in the Ugledar direction. An echelon with 150 units of military equipment arrived at the station in Pokrovsky, and the AFU units began dismantling their own minefields on the approaches to Ugledar.

The transfer of troops together with other actions indicates plans to prepare an offensive in the Ugledar direction. His goal may be to throw up to Volnovakha in order to create a springboard for advancing in several directions.

The concentration of enemy forces in the Krasnogorovka area near Donetsk was also noticed. In recent days, the AFU has repeatedly launched unsuccessful counterattacks on the village of Peskiy on the outskirts of the capital of the DPR, but this time they may attempt a strike from Avdiivka.

EN PRIME

ILS DECLARENT LA GUERRE TOTALE A LA RUSSIE HISTOIRE DE BIEN ENFONCER LE CLOU ET FAIRE CROIRE QU’ILS SONT MAINTENANT DANS UNE POSITION DE FORCE.

The enemy has declared total war on Russia: our people need to mobilize urgently

3 brazen and blatant statements from enemies today
▪️Ex-US army commander in Europe Ben Hodges: Russia needs to be « de-imperialized
« …US military objectives in this conflict must include the ‘de-imperialization of Russia. …We see the beginning of the end of Russia in its current form. One must be prepared for this… ».
▪️Secretary of the National Security and Defence Council Danilov:
« Ukraine will no longer be satisfied with Russia’s ‘surrender’ of Crimea and Donbass, nor with reparations for the ‘invasion’. Kiev, together with its Western allies, will seek Russia’s « complete surrender and demilitarisation ».
▪️Minister of Defence of Ukraine A. Reznikov:
Kiev is ready for negotiations after the de-occupation of all Ukrainian territories – within 1 December 1991. There are no more options for Ukraine as of February 24.

EN PRIME

DE LA MORGUE A L’IMPRUDENCE

Exclusive⚡️How the Armed Forces of Ukraine entered Peski⚡️

Quite recently, obviously overexcited from the successes on the Kharkov front, the Armed Forces of Ukraine made an attempt to regain control of Peski, a village near Donetsk recaptured from them by the NM DPR.

How this attempt ended can be seen in the video provided to the Wargonzo project by the Somali Battalion.

On several tanks and armored vehicles, the Armed Forces cheerfully entered Peski. And after a while they also cheerfully came out, but not all of them. Some retreated on all fours.

Watch soon on our channel the full video of the battle with the commentary of Son-in-law, deputy battalion commander of Somalia, responsible for this sector of the front.


3 réflexions sur “Editorial. « La Russie n’aurait encore rien commencé de sérieux ». A suivre avec MAJ

  1. Bonjour M. Bertez
    Sur l’avancée lente de la « Russie », Jacques Baud a judicieusement rappelé que ce sont essentiellement les forces armées du Donbass qui sont engagées et que donc ils avancent sur leur territoire au milieu de leurs « concitoyens » pour repousser les Ukrainiens; on ne s’étonne donc pas de ce qu’ils n’aient aucune envie de tout raser pour aller plus vite.

    J. Baud a fait remarquer que le fait de dire sans cesse « les Russes » fait oublier cet élément essentiel. la Fédération de Russie est intervenue pour aider les républiques de Donetzk et de Lougansk à se libérer, elle n’a pas déclaré la guerre à l’Ukraine.

    Ceci dit il semblerait que nous passions effectivement au stade démasqué de guerre Russo Otan, ce qui est une toute autre affaire et demande des plans différents de part et d’autre.

    Auquel cas le sort de quelques villages , et hélas de leurs habitants, change de rang dans la hiérarchie des préoccupations stratégiques et tactiques.

    Cordialement.

    J’aime

  2. Excellente analyse.

    Le profane, un peu naïf, qui a tendance à vivre la guerre au jour le jour comprend qu’elle se joue dans un contexte à nombreuses facettes et que la victoire prend parfois des chemins détournés.

    Merci de nous aider à réfléchir et à ne pas réagir dans l’immédiateté.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s