Les ministres des affaires étrangères de l’OTAN tiennent un sommet à Bucarest.

Les ministres des affaires étrangères de l’OTAN tiennent un sommet à Bucarest.

par Dave DeCamp 

L’ OTAN a redoublé mardi sa promesse d’admettre un jour l’Ukraine lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’alliance à Bucarest, en Roumanie;Elle a donc renouvelé l’affirmation d’une position qui a joué un rôle majeur dans la provocation de l’invasion russe.

La ville roumaine était l’endroit où l’OTAN avait initialement fait cette promesse à l’Ukraine en 2008 , et à l’époque, les responsables américains avaient reconnu que tenter de faire entrer ce pays dans l’alliance pourrait déclencher une guerre dans la région.

« Nous avons pris la décision à Bucarest en 2008 lors du sommet », a déclaré mardi le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. «J’étais là-bas… représentant la Norvège en tant que Premier ministre. Je me souviens très bien des décisions. Nous maintenons ces décisions. La porte de l’OTAN est ouverte.

Dans une déclaration conjointe, les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, dont le secrétaire d’État Antony Blinken, ont déclaré qu’ils « réaffirmaient » les décisions prises lors du sommet de Bucarest en 2008.

Le directeur de la CIA, William Burns , a écrit un télégramme en 2008 , quand il était ambassadeur des États-Unis en Russie, selon ce télégramme la promesse d’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie touche un « nerf à vif » en Russie et soulève de graves problèmes de sécurité pour Moscou.

Burns a écrit : « Non seulement la Russie perçoit l’encerclement et les efforts pour saper l’influence de la Russie dans la région, mais elle craint également des conséquences imprévisibles et incontrôlées qui affecteraient gravement les intérêts de sécurité russes. »

Burns a déclaré dans le câble, qui a été publié par WikiLeaks, que la Russie était particulièrement préoccupée par l’Ukraine. « Les experts nous disent que la Russie craint particulièrement que les fortes divisions en Ukraine sur l’adhésion à l’OTAN, avec une grande partie de la communauté ethnique russe contre l’adhésion, ne conduisent à une scission majeure, impliquant la violence ou, au pire, une guerre civile. Dans cette éventualité, la Russie devrait décider d’intervenir ou non ; c’est une décision que la Russie aimerait ne pas avoir à prendre », a-t-il écrit.

La promesse d’admettre l’Ukraine dans l’OTAN n’a pas conduit à une guerre civile tout de suite, mais elle a été déclenchée après l’ éviction de l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch lors d’un coup d’État soutenu par les États-Unis en 2014 . 

Les séparatistes de la région orientale du Donbass ont rejeté le gouvernement post-coup d’État plus favorable à l’Europe et aux États-Unis et ont déclaré leur indépendance.

Après l’éviction de Ianoukovitch, l’OTAN a entamé un partenariat approfondi avec l’Ukraine en envoyant des troupes pour former l’armée du pays, et les États-Unis ont commencé à fournir à Kyiv des missiles antichars sous l’administration Trump. Yahoo News a révélé plus tôt cette année que les États-Unis avaient déployé des paramilitaires de la CIA sur les lignes de front de la guerre du Donbass dès 2014 pour entraîner les forces ukrainiennes.

Lors de la préparation de l’invasion russe du 24 février, la Russie a présenté aux États-Unis une liste d’exigences portant sur sa sécurité. La principale d’entre elles était la question de l’élargissement de l’OTAN, que la Russie voulait voir annulée. Moscou cherchait également à obtenir la garantie que l’Ukraine ne rejoindrait jamais l’OTAN, mais les États-Unis ont refusé d’envisager l’idée même si le président Biden avait reconnu que Kiev ne rejoindrait pas l’alliance de si tôt.

Peu de temps après l’invasion russe, le président ukrainien Voldymr Zelensky a déclaré qu’on lui avait dit en privé que l’Ukraine ne rejoindrait pas l’OTAN. « Je leur ai demandé personnellement de dire directement que nous allons vous accepter dans l’OTAN dans un an ou deux ou cinq, dites-le simplement directement et clairement, ou dites simplement non », a déclaré Zelensky en mars . « Et la réponse a été très claire, vous n’allez pas être membre de l’OTAN, mais publiquement, les portes resteront ouvertes. »

Alors que l’OTAN ne prévoit pas d’admettre l’Ukraine en tant que membre à part entière de si tôt, l’alliance a de grands projets pour le pays. 

POLITICO a rapporté en octobre que l’OTAN élaborait un plan sur 10 ans pour reconstruire l’industrie militaire et de l’armement de l’Ukraine en mettant l’accent sur le passage du pays de l’utilisation d’équipements soviétiques à l’utilisation principale d’armes de l’OTAN. 

Le rapport indique que le plan ferait de l’Ukraine un membre « par défaut » de l’OTAN, une situation qui ne sera jamais acceptable pour la Russie.

via antiwar.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s