Essai: comment les banques centrales enrichissent les uns au détriment des autres en détruisant le système en profondeur.

Les crises financières se succèdent depuis le milieu des années 80. Pour soigner ces crises on utilise un seul remède, le remède miracle de la production de monnaie, de crédit et l’argent de plus en plus gratuit, c’est à dire les taux d’intérêt de plus en plus bas.

https://brunobertez.com/2018/09/29/les-depeches-samedi-soir-accepter-les-crises-fiancieres-ou-les-guerres-civiles/

Les crises se rapprochent du coeur du système et en même temps elles deviennent de plus en plus lourdes, elles mettent en jeu des masses de capitaux de plus en plus considérables.

Avant on employait les petits moyens mais à partir de 1998 , puis 2000 et surtout 2008 il a fallu employer de grands, puis très grands et enfin colossaux moyens. Les sommes en jeu n’ont plus aucune mesure avec celles que l’on maniait auparavant.

Depuis la crise financière de 2008, les banques centrales ont acheté $22 trillions de papier. Ces achats ont été « financés » si on ose dire par l’inscription à leur bilan de « liabilities », c’est dire d’un passif. C’est une opération comptable miraculeuse qui permet d ‘accoucher de la monnaie. de donner naissance à de la monnaie. Ces morceaux de papier ayant été achetés aux banques et aux marchés financiers, ce sont eux qui détiennent ce passif, c’est à dire ce pouvoir d’achat.

Les banques centrales sont ainsi venu au secours à la fois des gouvernements puisqu’elles ont acheté  des dettes publiques et au secours des banques commerciales. Les gouvernements ont dépensé et continué leurs débauches et les banques , elles, ont spéculé avec cet argent tombé du ciel. En effet, les banques ont échangé cet argent qui était dans leur compte auprès de la banque centrale et qui ne rapportait rien contre des actifs financiers qui rapportaient quelque chose. Elles ont touché des intérêts, des dividendes et des plus values sur les papiers achetés. Plus des commissions sur ce qu’elles ont réussi à faire acheter au public gogo.

Ce qui a été une action de sauvetage du système financier de la ruine est devenu permanent, ces techniques sont maintenant partie intégrantes des outils des banques centrales. Elles ont sauvé le système financier de la ruine et certainement aussi le système politique. De là, la tentation de  rendre ces outils permanents et même en l’absence de crise, de s’en servir à des fins politiques. Des fins politiques comme imposer la construction européenne alors qu’elle devait éclater en 2010  et 2011. Les banques centrales font de la politique , on le verra encore plus nettement ces prochains mois avec le déroulement de l’affaire Italienne.

Les banques, coupables en 2008 ont ainsi reçu de quoi continuer à poursuivre leur activité sans passer par la case prison. Les banques centrales vont jusqu’à rémunérer les banques commerciales pour l’argent tombé du ciel qu’elles laissent oisif.

Le bilan des banques centrales , on a omis la GB et la Suisse.

Les banques centrales ont détruit le marché financier tel qu’on le connaissait avant. En effet elles achètent simplement pour faire monter les prix , sans distinction de mérite ou de qualité. A la limites elles préfèrent acheter ce qui est moins bon car ainsi elles soutiennent les canards boiteux et évitent les insolvabilités, faillites et déconfitures.

Les prix en Bourse ne sont plus ni des récompesnes ni des punitions puisque ce qu’elles veulent c’est comme je le dis souvent c’est élever le niveau de la mer, pour éviter que l’on voit ceux qui se baignent nus; c’est dire qu’elles veulent monter la valeur de tous les actifs . Leur biais ce n’est pas la qualité, c’est l’inverse car la qualité se soutient toute seule.  Confère les emprunts allemands ils sont recherchés en eux même et pour eux même ce qui n’est pas le cas  des Portugais ou des Italiens. Les banques centrales protègent plus les mauvaises banques que les bonnes, dans cet esprit!

L’objectif de l’action des banques centrales en créant de la monnaie et en achetant des actifs financiers  a été et est toujours d’inflater les prix  des actifs financiers.

Au début il s’agissait d’empêcher la baisse des prix sur les marchés mais peu à peu l’objectif s’est pérennisé et il est devenu de faire monter les prix. Faire monter les prix pour donner meilleure allure aux bilans des banques, puis pour créer un effet de richesse imaginaire en faveur de ceux qui avaient les moyens d’acheter en Bourse. C’est ainsi que les banques centrales plus les marchés sont devenus ce que l’on peut appeler des outils politiques, des services publics non pas au service du public au sens large, mais au service d’une minorité qui a les moyens de spéculer en Bourse. D’où la fulgurante progression des inégalités.

Bien entendu avec ces pratiques, l’enrichissement de certaines  catégories sociales s’est envolé et on voit ci dessous, que la richesse des ménages s’est ainsi écartée de la production de richesses réelles, une divergence colossale s’est instaurée. Les chiffres sont américains mais le phénomène est mondial bien sur.

En fait le monde réel n’est pas plus riche qu’avant, en tout cas pas plus riche que ne le permet la croissance économique, mais il y a des gens, des catégories sociales qui , elles; ont une fortune supérieure. Ils ont des droits sur les richesses réelles qui ont progressé plus vite que la vraie production de richesse; ce qui veut dire que les droits des autres eux, ont été réduits . Si vous divisez la production réelle par un chiffre supérieur a celui qui devrait normalement être alors vous diluez, vous baissez la part des autres.

Peut etre que ces gens n’ont pas vendu leurs titres en Bourse et qu’ils vont reperdre tout ce qu’ils ont gagné fictivement mais ce qui est sur c’est que si cela atteint des proportions significatives, les banques centrales vont à nouveau intervenir pour soutenir et recréer de la richesse fictive.

A votre détriment.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s