Quand je prévois cette ruine financière que personne ne saurait prévoir!

Pour bien commencer l’année , un petit coup d ‘oeil sur la dette globale, laquelle n’est qu’une infime partie de la dette du système mondial.

A noter que la stabilisation actuelle n’a pas pour origine un arrêt de la production de dettes, non, elle a pour origine la reprise mécanique des productions c’est dire des GDP après les arrêts dus au Covid.

Pour comprendre le phénomène de la dette, imaginez un chasse neige qui avance et qui repousse un mur de neige devant lui.

L’économie dominante occulte les phénomènes de stocks, elle fait comme si les les phénomènes d’accumulation n’existaient pas, ou elle les appellent des cygnes noirs. Les stocks, les tas, ne rentrent pas dans l’intelligibilité court termiste de l’économie politique capitaliste. L’intelligence des idiots qui gouvernent ne dépasse pas la question des flux.

Souvenez vous de l’imbécilité de Keynes : à long terme nous serons tous morts.

Jusqu’en 2008 il y a eu un peu de prudence dans l’accumulation des dettes , on a maintenu cette idée de seuil, souvenez vous du temps ou Rogoff et sa copine prédisaient le chaos si les dettes d’une pays dépassaient les 100% du PIB!

Les phénomènes de stocks ne sont pas linéaires, pas dérivables, pas proportionnels, ils sont chaotiques.

Les phénomènes de stocks s’analysent comme les gouttes d’eau qui font déborder les vases, comme les fétus de paille qui brisent le dos des chameaux, les phénomènes de stocks s’analysent en terme de rupture ou de chaos. Il y a un « tout ou rien », un « avant et un après ». On tire sur la corde et puis un jour, elle casse.

Je vous conseille de lire les travaux du grand physicien danois Pier Bak sur la criticalité et les états critiques en général; génial..

Pour comprendre une crise financière il faut se référer comme je le fais et comme JP Hussman le fait aux travaux de la physique sur les états critiques d’un système.

La surévaluation, l’empilement, l’accumulation des dettes cela tient jusqu’à … ce que cela ne tienne plus , une trappe, une fenêtre d’instabilité s’ ouvre à un moment donné et n’importe quoi peut provoquer une crise.

 « Dans ce cas, les avalanches sont imprédictibles, mais elles suivent bien la loi que nous venons de voir. Le modèle le plus réaliste et simple proposé par Per Bak est celui du tas de sable. Imaginons du sable tombant en pluie fine sur une table. Un tas de sable se forme dont la pente augmente peu à peu pour atteindre une pente critique au delà de laquelle le sable s’écroule puis tombe en dehors de la table. On est alors en régime permanent. Ce régime est caractérisé par des avalanches de sable imprévisibles mais dont la fréquence est bien inversement proportionnelle à l’amplitude. »

Toute la gestion des zozos est fondée sur la continuité: si cela a marché jusqu’au temps t cela va marcher en t+1 et si cela a marché jusqu’en t+1 cela va marcher en t+2 etc ainsi de suite.

Le tas de capital est bien entendu trop élevé, on ne peut l’honorer , on peut en prolonger le mirage mais c’est au prix d’une poursuite séculaire de la baisse des taux d’intérêt c’est à dire en passant aux taux négatifs. Hélas les buy backs sont des transformations de capitaux à risque contre des capitaux de dettes donc les buy backs augmentent la fragilité du système .

Le tas de dettes est plus fragile et plus instable que la masse de capitaux propres, car les dettes fonctionnent en tout ou rien en général sauf quand elles sont restructurées .

Pour comprendre tout cela il suffit de regarder ce qui se passe en Chine.

Le mal, le vice, c’est le court termisme, c’est la pensée qui croit que le long terme est une succession de courts termes, c’est la pensée de toutes élites, de tous les gens qui gouvernent.

Pourquoi pensent ils ainsi? Parce que c’est leur intérêt tout simplement! Ils pensent non pas en fonction de la science ou du savoir mais en fonction de ce qui convient à leurs intérêts. Hélas cette pensée est fausse et archi fausse. Et bien sur on le verra en matière d’accumulation de dettes par les états et les banques centrales et on le verra en matière d’accumulation des mesures liberticides: tout s’inadapte. Un jour l’avalanche arrive, sans prévenir.

Je note en passant que Trichet est le dernier à ma connaissance parmi les patrons de banque centrale à avoir attiré l’attention sur la non linéarité. Personne ne l’a écouté et lui même s’est empressé d’oublier.

4 réflexions sur “Quand je prévois cette ruine financière que personne ne saurait prévoir!

  1. La décorélation des marchés avec le réel est totale
    +
    La couardise des populations occidentales vieillissantes est totale
    =
    Rien ne bouge avant qu’une famine ne survienne.

    J’aime

  2. pareil avec le vaccin et la libre disposition de son corps ou les droits constitutionnels: que des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. Votre compte en banque,les droits de l’homme,vos droits a la retraite ou a la secu,la liberte de cocontracter ou le droit de propriete, que du vent face a l’alliance de l’etat et des grands groupes. Ne reste que l’ultima ratio des romains,le droit du plus fort. « l’arbre de la liberte doit etre arrose de temps en temps avec le sang des martyrs et des tyrans ».Beaucoup vont redecouvrir le sens de ces mots a l’avenir…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s