Ce qui se cache derrière le mot écran: inflation.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

28 février 2022

L’idée est devenue bien utile pour tous les camps politiques pour faire avancer leurs propositions. Un économiste américain de gauche propose ainsi des mesures particulièrement imposantes…

Personnellement, je soutiens que l’inflation est un phénomène d’offre.

L’offre étant constituée par les entreprises, celles-ci étant dominées par les besoins de rentabilité du capital et surtout maintenant les exigences des marchés financiers doivent à certains moments hausser leurs prix.

L’inflation, c’est un outil de la classe capitaliste, laquelle contrôle les banques centrales, pour compenser la pression en faveur de salaires plus élevés à mesure que le développement des forces productives dans le capitalisme progresse et que les forces antagoniques se développent. C’est le cas maintenant avec le bouleversement des équilibres antérieurs provoqué par le Covid et surtout par les mesures anti Covid.

L’inflation se comprend en rapport avec ce que l’on appelait, avant, la lutte des classes.

Actuellement, l’inflation exprime et traduit une amélioration du rapport des forces entre les salariés et les entreprises.

La Fed veut s’opposer à l’inflation en reconstituant un volant plus élevé de chômage.

Une vision des politiques à venir

L’inflation est un facteur antagoniste à la baisse tendancielle du taux de profit.

La lutte contre l’inflation des prix par l’outil monétaire bute sur le niveau élevé des prix des actifs financiers.

C’est pour cela qu’un jour je n’exclus pas les politiques de contrôle des prix et des revenus.

Sur ce sujet, je vous propose la lecture d’extraits d’un article de gauche plus ou moins classique de James K. Galbraith, publié dans le magazine américain The Nation et traduit par mes soins.

Il y présente notamment les politiques qu’il voudrait voir mises en place pour lutter contre l’inflation.

Vous pouvez par ailleurs retrouver la traduction intégrale de cet article sur mon site et l’article original en cliquant ici.

« En déclarant récemment que ‘l’inflation est le travail de la Fed’, le président Biden a exprimé de manière compacte trois propositions radicalement fausses et politiquement suicidaires :

  1. Les hausses de prix de l’année dernière font partie d’un processus qui doit être réprimé.
  1. Les politiques anti-inflationnistes sont l’apanage de la banque centrale.
  1. La Réserve fédérale peut supprimer l’inflation sans également détruire l’économie, le propre programme du président, son parti et ses perspectives politiques.

Permettez-moi d’offrir trois contre-propositions :

  1. Il n’y a aucune raison impérieuse d’augmenter les taux d’intérêt, maintenant ou plus tard.
  1. Néanmoins, les futures pressions sur les prix sont inévitables.
  1. Une stratégie anti-inflationniste progressive est possible et nécessaire, une stratégie qui soutienne les emplois et le niveau de vie et n’implique pas la Réserve fédérale.

[…]

De toute évidence, nous nous heurtons à des changements structurels induits par la pandémie, dont certains ne peuvent pas être inversés et d’autres ne devraient pas l’être, mais aucun d’entre eux ne peut être évité par la Fed en faisant monter les taux d’intérêt.

Et des changements structurels de plus en plus importants sont à venir, que cela nous plaise ou non. Plus important encore, les États-Unis ne dirigent plus le monde. Il faut s’éloigner, au plus vite, avant que de nouvelles catastrophes ne se produisent, des tentatives avortées pour préserver une domination militaire et financière que nous ne pouvons pas maintenir.

Deuxièmement, nous devons nous éloigner des combustibles fossiles.

Troisièmement, la pandémie a montré que nous devons nous éloigner de la chaîne d’approvisionnement mondiale – pas partout, mais dans certains domaines critiques, en rétablissant la capacité de fabrication nationale pour faire face aux urgences.

Chacune de ces transitions à venir générera des pressions sur le niveau des prix. Et l’argument qui vient d’être avancé s’appliquera à nouveau : certaines augmentations de prix doivent être acceptées, et certaines doivent être gérées, du mieux que nous pouvons, avec des politiques qui contrôlent les choses et partagent les charges.

Quelles sont ces politiques?

Elles comprennent d’importants investissements dans les infrastructures, les transports en commun, le logement et la reconstruction des villes ; des actions sur le changement climatique ; et une législation pour des salaires minimums plus élevés et des emplois garantis.

Encore une fois, tous ces efforts auront tendance à faire monter les prix, dans un premier temps. […]

Comment gérer ces pressions ? Premièrement, en mettant à disposition des ressources que nous gaspillons actuellement. Avant tout, nous devons démilitariser et rediriger ces précieux matériaux, compétences et personnel pour faire face aux gros investissements dont nous avons besoin ici, chez nous.

Des politiques de guerre imprudentes, menées pendant 20 ans, ont déjà mis fin à la domination mondiale dont nous jouissions autrefois – l’Irak, l’Afghanistan et maintenant la situation en Ukraine en sont la preuve.

 Le seul moyen de sortir de ce déclin est de s’occuper et de reconstruire sur le front intérieur. Soit dit en passant, c’est ce qu’ont tous fait l’Allemagne, le Japon, la Corée et la Chine – et c’est exactement pourquoi ils sont les puissances économiques les plus élevées ou montantes alors que nous sommes celle qui décline.

Deuxièmement, les États-Unis devraient se définanciariser. Depuis l’époque de Reagan, l’économie américaine a connu des vagues de spéculation – dans l’immobilier, dans les technologies de l’information, dans les hypothèques, et maintenant à nouveau dans l’immobilier – chacune menant à un effondrement.

Ici, la sortie est double. Tout d’abord, démanteler ou reprendre les grandes banques, rétablir une réglementation efficace et créer un système bancaire public au service d’un objectif public, comme l’a fait la France après la Seconde Guerre mondiale.

Deuxièmement, taxer lourdement les actifs spéculatifs, y compris la terre, les droits miniers et la soi-disant propriété intellectuelle, ramenant nos oligarques sur terre et réduisant les impôts sur les travailleurs, les consommateurs et les bénéfices commerciaux ordinaires. […]

Troisièmement, contrôler les coûts des soins de santé. […]

Quatrièmement, contrôler les loyers. Comme tous les emplacements sont uniques, le logement locatif est par nature une forme de pouvoir de marché. Et tandis que les propriétaires méritent un retour équitable, les locataires méritent également un accord équitable. Le contrôle des loyers, géré par des conseils communautaires, est le moyen d’y parvenir et de réduire les coûts de logement.

Enfin, utiliser des contrôles sélectifs des prix pour arrêter les prix abusifs. L’inflation est toujours aggravée par de mauvais acteurs qui abusent de leur pouvoir sur le marché pour en tirer profit. Contre cela, la meilleure arme est le consommateur responsabilisé, informé et organisé. La plus grande expérience de démocratie économique jamais tentée, l’Office of Price Administration dirigé par Chester Bowles de 1943 à 1945, a déployé plus de 300 000 volontaires pour contrôler les prix. L’Office était détesté par les entreprises et a été aboli en 1946, précisément parce que c’était un pouvoir compensateur qui fonctionnait réellement. […] »

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

Une réflexion sur “Ce qui se cache derrière le mot écran: inflation.

  1. Les propositions utopistes ne manquent pas dans toute l’histoire de l’humanité ,surtout venant « d’intellectuels » ayant le temps et l’énergie pour ces loisirs en utilisant la force productive de ses congénères pour vivre. Mais ce qui prime et primera (peu importe le système et régime en place) c’est son désir de survie , l’ordre melien et la volonté de puissance .

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s